Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Une saison à blanc pour le WO Boufarik    Le duel jusqu'au bout !    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Bientôt un nouveau procès    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    El Tarf : L'APW dans une bulle    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    LG partage un Iftar avec la presse nationale    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le gouvernement pris en étau    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Le MC Oran exposé à la saignée    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avocats et étudiants ont battu le pavé
Oran
Publié dans Liberté le 24 - 04 - 2019

Hier matin les robes noires d'Oran ont organisé une marche qui les a menées du palais de justice, dans le quartier de l'Usto, au tribunal correctionnel de la Cité Djamel, quelques centaines de mètres plus loin. Ils étaient quelque 500 avocats, selon les estimations du bâtonnat, à battre le pavé pour exprimer leur rejet du pouvoir en place, pour exiger le départ des Bensalah et Bedoui, et réclamer l'instauration d'un Etat de droit qui réhabiliterait le métier d'avocat. Portant le drapeau national et des banderoles et affiches appelant notamment à l'indépendance de la justice et à l'instauration d'un Etat de droit, ces derniers, encadrés par un dispositif de police, ont scandé les slogans habituels réclamant le départ du système.
Au tribunal de la Cité Djamel, les manifestants ont observé un sit-in pendant lequel ils ont appelé les magistrats à se joindre à leur mouvement. Plus loin, une avocate a exprimé son inquiétude de la multiplication des interpellations des hommes d'affaires ces derniers jours. "Je suis inquiète parce que la justice a été actionnée par le général-major Gaïd Salah. Ce n'est pas le rôle du militaire d'intervenir dans la vie publique et ce n'est pas dans l'intérêt de la justice et de la démocratie que des juges acceptent cette immixtion", a-t-elle estimé.Peu après, ce sont les étudiants d'Oran qui, eux aussi, ont participé par centaines à leur marche partant de l'université Med-Boudiaf ex-Usto, pour se diriger ensuite vers la wilaya. Ils ont réitéré leurs revendications, durant la marche : "Nous ne voulons pas de ce régime, ils doivent tous partir et nous voulons, nous et le peuple, désigner ceux qui conduiront une transition." D'autres feront référence aux élections programmées du 4 juillet et qu'ils rejettent totalement. Ils tiennent surtout à montrer qu'en plus d'une grève qui perdure depuis des semaines paralysant les universités d'Oran, les étudiants entendent rester à la pointe de la mobilisation.
En plus des pancartes sur lesquelles on pouvait lire maints messages hostiles au régime, les étudiants ont choisi le tribunal de la Cité Djamel pour faire une halte, haranguant les magistrats en criant : "Magistrats, on n'est pas bien ! magistrats n'ayez pas peur des pressions". À noter que, comme chaque mardi, des enseignants ont accompagné et soutenu leurs étudiants en participant à la marche d'hier.

Samir. O. A/D. LOUKIL


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.