Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    Le FLN et le RND tiennent leur conclave ce week-end    La France déploie plusieurs vols entre Alger et Paris    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Encore un scandale !    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Sonatrach bousculée en Europe    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Une célébration sans saveur à Mascara    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Sidi Bel Abbes: Pénurie de pain et de lait    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Maghnia: Confusion autour de l'interdiction de la circulation    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Vers un appui technique du département du Trésor américain    Le décret exécutif publié au JO    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    Les pharmaciens se désengagent    Une reprise graduelle et prudente    AID EL FITR : Le Président Tebboune présente ses vœux à l'Armée et au corps médical    DESCENTE POLICIERE A ANNABA : Le ministère de l'Intérieur dément    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    Journée de l'Afrique: les Sahraouis appellent à faire pression sur le Maroc    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    Les pays africains appelés à bâtir des économies plus résilientes grâce à l'intégration    Journée de l'Afrique: appel à "redoubler d'efforts" dans la lutte contre le covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"La crise actuelle est politique avant d'être constitutionnelle"
Les robes noires observent un sit-in devant le palais de justice d'Oran
Publié dans Liberté le 18 - 04 - 2019

Un second sit-in est prévu dimanche prochain ainsi qu'une marche qui devrait mener les avocats du palais de justice de l'USTO au tribunal correctionnel de Cité Djamel, situé à quelques centaines de mètres plus bas.
Comme prévu, les avocats du barreau d'Oran ont entamé la grève de quatre jours à laquelle l'Union nationale des ordres des avocats (Unoa) a appelé, invitant les avocats algériens à suspendre leurs activités judiciaires les 17 et 18, puis les 21 et 22 de ce mois. Cet appel vient marquer leur refus d'une élection présidentielle conduite par un gouvernement rejeté par le peuple, protester contre la répression des manifestations pacifiques et appeler à la mise en place d'une transition conduite par des personnalités consensuelles acceptées par le peuple : "La crise actuelle est politique avant d'être constitutionnelle (…)", avait estimé l'Unoa dans son communiqué. Un sit-in de protestation a, à ce titre, été organisé au sein du palais de justice d'Oran au cours duquel, les avocats ont notamment réitéré leur appel au départ du pouvoir en place, l'installation d'un Etat de droit qui consacre l'indépendance de la justice et la protection des droits de l'Homme. La démission de Tayeb Belaïz ? Une excellente nouvelle, mais qui ne suffit pas à calmer les esprits. "L'événement est important parce qu'il s'agit quand même du président du Conseil constitutionnel, et son départ répond à une des revendications populaires. Mais les autres ‘B' sont toujours en poste et le pouvoir toujours en place. Or, les Algériens exigent le démantèlement de l'ensemble du système et le départ de tous ceux qui le représentent", a estimé un avocat. Parmi les slogans scandés par les manifestants, un appel de ralliement destiné aux magistrats, qui, jusqu'ici, sont demeurés sourds aux invitations des représentants de la défense : "Il faut qu'ils brisent les chaînes de la peur et qu'ils rejoignent la révolte parce qu'ils font partie du système judiciaire et qu'ils doivent se déterminer devant l'histoire", a exhorté une avocate. Un second sit-in est prévu dimanche prochain, ainsi qu'une marche qui devrait mener les avocats du palais de justice de l'USTO au tribunal correctionnel de Cité Djamel, situé à quelques centaines de mètres plus bas. Ce serait la première fois que les avocats d'Oran porteront leurs revendications par-delà les barreaux de la cour de justice depuis le lancement de la révolte populaire en février.
S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.