Référendum sur la Constitution : l'ANIE fixe les critères de la campagne électorale    La commission des affaires juridiques examine la demande du ministre de la Justice    Une demande de levée d'immunité introduite contre une sénatrice FLN    CONSEIL DE LA NATION : Zeghmati présente le projet de Code de procédure pénale    Koweït: décès de l'émir cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah    Real Madrid : Gros retournement de situation pour deux indésirables de Zidane ?    AIN EL BIA (ORAN) : 549 kg de viande impropre à la consommation saisis    BAGARRE RANGEE ENTRE GANGS A TIARET : La police arrête 11 personnes    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Benabdi, nouvelle recrue    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    Lancement d'une campagne de vaccination contre la rage    Tassili Airlines dément le prétendu accident de l'un des ses avions    Accidents de la route: 31 morts et 1348 blessés en une semaine    Sénat: présentation du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    Transfert de 700 migrants depuis l'île de Lesbos    La France va organiser une conférence internationale    Pompeo entame des entretiens en Grèce, pour favoriser une «désescalade»    Ces détenus oubliés du hirak    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Larbi Ouanoughi a fait long feu    Vu en France    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    40% des Maghrébins n'ont pas de comptes bancaires    Lancement prochain du transport de fret roulant    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Saisie de marchandises interdites à l'importation, évaluées à 912 millions de centimes    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Lancement de la «La rentrée culturelle» en Algérie    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    En attendant la reprise du mouvement en Algérie : Le hirak diasporique à l'épreuve des dissensions idéologiques !    Nouvelle opération de rapatriement: 181 Subsahariens transférés vers leur pays en début de semaine    ES Sétif: Un bain de jouvence pour l'effectif    USM Bel-Abbès: Est-ce le bout du tunnel ?    Energie: Pourquoi le «Super» va être supprimé    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    Institut français d'Algérie: La cérémonie du choix Goncourt Algérie 2020, le 03 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La famille d'Abdelhafid Yaha solidaire
Mouvement populaire
Publié dans Liberté le 05 - 05 - 2019

Le peuple algérien s'est levé comme un seul homme, le 22 février dernier, pour exprimer, d'abord, son opposition à un cinquième mandat du président sortant Abdelaziz Bouteflika et réclamer, ensuite, un changement de système politique instauré par la force depuis 1962. Ce "hirak populaire" est porté essentiellement par une jeunesse passionnée et avide de liberté, de justice et de démocratie. Il a émerveillé et continue encore de susciter l'admiration du monde entier par son caractère pacifique, son union et sa maturité politique. En digne héritière des jeunes révolutionnaires du 1er Novembre 1954 qui ont déclenché la guerre de Libération nationale contre le colonialisme français, la jeunesse algérienne mène, actuellement, une révolution populaire pacifique pour le changement du système et la construction d'une nouvelle République.
Cette dernière doit consacrer un Etat de droit, une justice sociale, le respect des libertés individuelles et collectives ainsi que l'égalité entre l'homme et la femme. Ces principes ont jalonné le combat du défunt Abdelhafid Yaha dit Si l'Hafid, commandant de la wilaya III et fondateur du FFS, durant toute sa vie militante. Il a toujours accompagné tous les mouvements d'essence démocratique, et ce, depuis la création du FFS en 1963, en passant par les événements du 5 Octobre 1988 jusqu'au mouvement citoyen des aârchs en 2001. À ce titre, il dira dans le tome II de ses mémoires : "Après un demi-siècle de luttes, de larmes, de solidarité, d'espoir et parfois de trahisons, l'Algérie libre dont nous avions rêvé dans les maquis, dans les prisons et dans les salles de torture reste à conquérir. C'est le défi d'avenir qui attend les nouvelles générations.
Au crépuscule de ma vie, je mesure, plus que jamais, la valeur de la liberté, de la dignité et de la justice, qu'aucun bien matériel ne peut remplacer. J'estime avoir accompli ma part de combat pour une Algérie meilleure. Aux jeunes générations de continuer la lutte pour hisser ce pays au niveau des nations modernes." Fidèle au combat et aux principes défendus par Si l'Hafid, son épouse Mme Nouara Yaha et ses enfants expriment leur soutien actif et indéfectible au mouvement populaire pacifique en général et à la jeunesse algérienne en particulier, se considérant comme partie prenante dans ce "hirak populaire pacifique" pour l'édification d'une nouvelle République et le changement du système politique en place.
Gloire à nos valeureux Martyrs.
Vive l'Algérie libre et démocratique.
Pour une Algérie unie et indivisible.

P/la famille Bachir YAHA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.