Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le bras de fer engagé
Personnel de contrôle-ministère du commerce
Publié dans Liberté le 12 - 05 - 2019

L'action de contestation illustre le ras-le-bol exprimé par quelque 9 000 agents de contrôle à travers le pays qui réclament plus de sécurité et plus de moyens pour un exercice plus efficient de leurs missions.
En dépit des menaces du ministère et de la décision de justice déclarant "illégale" la grève qu'il a organisée mercredi et jeudi derniers, le Syndicat des travailleurs du secteur du commerce (SNTC) maintient son mouvement de protestation. Le SNTC engage ainsi un véritable bras de fer avec sa tutelle. Car le syndicat récuse la sentence de la justice et tiendra une assemblée générale extraordinaire la semaine en cours pour examiner la situation qui prévaut au sein du secteur et fixer de nouvelles dates de la grève. Le syndicat a fini par hausser le ton puisque la tutelle s'obstine à ne pas satisfaire ses revendications et à ne pas tenir ses promesses. Le ministère du Commerce a appelé, jeudi, les travailleurs en grève depuis mercredi à rejoindre leurs postes de travail, soulignant qu'il "s'engage à satisfaire la majorité des revendications convenues au préalable". Pour les employés, en revanche, la tutelle n'a pas montré de signes allant dans ce sens. L'action de contestation illustre parfaitement le ras-le-bol exprimé par quelque 9 000 agents de contrôle à travers le pays. Ils réclament plus de sécurité et plus de moyens pour un exercice plus efficient de leurs missions.
Ils ne veulent plus descendre sur le terrain dans la conjoncture sensible que traverse le pays, afin de protéger leur santé physique et morale. Et les prix de référence arrêtés par le ministère pour certains produits rendent encore leur travail plus compliqué et risquent de les mettre en conflit avec les commerçants. Ce que veulent éviter, en toute légitimité, ces contrôleurs. Or, ceux-ci demandent une "amélioration des conditions de travail, en ce qui concerne notamment le système indemnitaire et la protection lors de l'exercice de leurs fonctions". Une chose est certaine, le SNTC avait déclaré que le débrayage reprendra les 13, 14 et 15 mai en cours si les revendications ne sont pas prises en charge.
Le mouvement de grève maintenu
De son côté, le département de Saïd Djellab avoue que "la porte du dialogue restera ouverte à tous les partenaires sociaux". Il ne s'agit pas de publier des communiqués appelant au dialogue et à la reprise du travail, mais plutôt de répondre de manière effective à toutes les doléances de ces travailleurs qui datent depuis des décennies. Ce n'est pas l'avis du chargé de communication au ministère, Samir Meftah, qui a indiqué que le partenaire social "n'a pas voulu poursuivre le dialogue et a présenté de nouvelles revendications irréalisables". Les principales doléances débattues depuis la formation des deux groupes mixtes, en décembre 2018, "ont été définitivement tranchées", affirme-t-il. Il s'agit essentiellement d'assurer une protection à travers un accompagnement par des éléments de la police et de la gendarmerie, ainsi que les revendications relatives au Fonds de revenu complémentaire (FRC) en suspens depuis près de vingt années en plus de la formation. Une affirmation que dément le président du SNTC, Ahmed Allali, pour qui ces revendications "ne sont pas nouvelles, comme le prétend le ministère".
Elles étaient principalement axées sur le programme élaboré par les deux groupes de travail conjoints, composés de cadres de l'Administration centrale, de représentants de partenaires sociaux ("Snapap" filière commerce et SNTC). Pour le conseiller du ministre, l'action est en cours, afin de prendre en charge les autres revendications relatives au système d'indemnisation et au statut des travailleurs du secteur dont la réalisation sur le terrain exige du temps, car impliquant des mesures entre les ministères de la Justice et des Finances.

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.