Amar Tou devant le juge d'instruction près la Cour suprême    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La société civile décline sa feuille de route    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    La preuve de la «généralisation de la corruption»    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ankara va produire les S-500 avec Moscou
Systèmes antimissiles Russes
Publié dans Liberté le 20 - 05 - 2019

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé samedi que la Turquie et la Russie produiraient conjointement des systèmes S-500 de défense antiaérienne et antibalistique, après la controverse sur l'achat par Ankara de systèmes russes S-400.
L'accord portant sur l'achat par la Turquie de systèmes S-400 a mis à rude épreuve les relations déjà tendues avec les Etats-Unis. Washington a averti à plusieurs reprises Ankara des risques de sanctions qui découleraient de cet achat. "Il n'est absolument pas question que (la Turquie) recule sur l'achat des S-400. C'est une affaire conclue", a déclaré M. Erdogan à Istanbul. "Il y aura une production conjointe de S-500 après les S-400", a affirmé le président turc devant un auditoire de jeunes qui l'interrogeaient. Washington affirme que l'accord avec Moscou conclu par la Turquie, qui est membre de l'Otan, est une menace pour la défense occidentale. Les Etats-Unis ont sommé Ankara de choisir entre le système de défense russe et les avions de chasse américains F-35, dont la Turquie souhaite également acquérir 100 exemplaires.
Les Etats-Unis ont suspendu début avril les livraisons d'équipements au sol liés à l'utilisation du F-35, un appareil conçu pour communiquer en temps réel avec les systèmes militaires de l'Otan, dont ceux de défense antiaérienne et antimissiles. Mais M. Erdogan a persisté dans sa volonté d'acquérir le système russe S-400. Les Etats-Unis craignent que la technologie dont sont dotés les systèmes S-400 ne serve à collecter des données technologiques sur les avions militaires de l'Otan et que la Russie puisse y accéder. Selon M. Erdogan, des études techniques menées par la Turquie montrent que les S-400 et les F-35 sont compatibles.
Le président turc a affirmé que "tôt ou tard" la Turquie recevrait les F-35. Il a aussi répété que les S-400 devaient lui être livrés en juillet. "Mais cela pourrait être avancé", a-t-il ajouté. Les relations entre les alliés de l'Otan, la Turquie et les Etats-Unis se sont tendues sur de multiples questions. Parmi elles, le soutien américain aux Unités de protection du peuple (YPG), un groupe armé kurde en Syrie, considéré comme terroriste par Ankara, ainsi que le refus des Etats-Unis d'extrader un prédicateur musulman accusé de la tentative de coup d'Etat contre M. Erdogan en 2016.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.