Coronavirus : 69 nouveaux cas confirmés et 22 nouveaux décès en Algérie    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Automobile: reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    Arrivage de Chine de la première commande des moyens de protection contre le Covid-19    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    Le Real sait à quoi s'en tenir pour Sadio Mané    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Coronavirus : Le ministre de l'Education annonce une mouture de plan de contingence    Report de la réunion d'urgence Opep-Russie    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    Trois banques publiques fin prêtes    Les journées internationales reportées à fin mai    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Les DAB ne fonctionnent pas tous à Alger    4 hirakistes relaxés    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Les autorisations exceptionnelles prorogées au 19 avril    25 décès et 80 nouveaux contaminés enregistrés hier    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Ils lancent un appel de détresse: 12 Algériens, dont 5 femmes, bloqués aux Maldives    Une instruction du Premier ministère: D'autres catégories de commerces autorisées à activer    Douanes: Mesures exceptionnelles pour faciliter l'importation    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    RENAISSANCE HUMAINE    Le Dr Lyes Merabet met en cause le "non-respect" du confinement    L'infrangible lien…    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV
Censure, sanctions et intimidations
Publié dans Liberté le 21 - 05 - 2019

Les journalistes de l'ENTV ont tenu, hier après-midi, leur onzième rassemblement de protestation devant l'entrée principale de l'entreprise sise au boulevard des Martyrs. Rassemblés devant le grand portail métallique du siège de la Télévision publique, ils ont affiché une nouvelle fois une résolution sans faille à poursuivre la contestation jusqu'à la libération de la Télévision nationale des "forces anticonstitutionnelles".Ce nouveau "hirak" des professionnels de ce média public s'est tenu, comme chaque lundi, sous haute escorte policière. Des patrouilles antiémeutes sont installées tout au long du boulevard des Martyrs. Les grands fourgons bleus de la police et autres engins dépêchés sur les lieux sont visibles depuis l'intersection adjacente à l'entrée de l'hôtel El-Djazaïr.
De nombreux policiers ont pris position tout au long de l'accotement, donnant accès à "L'Unique", et ce, pour contenir et empêcher les manifestants de battre le pavé de l'artère principale. Née dans le sillage du mouvement populaire de contestation du 22 février, la contestation des journalistes de la Télévision nationale est organisée chaque semaine pour s'insurger contre le contrôle et la censure qui ont été érigés en règle dans les rédactions (la Terrestre, A3, Canal Algérie, la Quatre et Coran TV). Drapés dans l'emblème national, les manifestants ont crié leur indignation contre les pratiques de rétention de l'information. Ils ont scandé des slogans hostiles à leur hiérarchie qui "excelle dans l'autoritarisme et dans l'intimidation". Ils ont brandi des pancartes qui résument bien la situation à l'intérieur des rédactions publiques et les menaces qui pèsent au quotidien sur des journalistes qui ont osé accompagner la révolte populaire pacifique. "Journalistes en colère", "Non au musellement de la profession", "Halte aux intimidations", pouvait-on lire sur les écriteaux exposés hier. Les journalistes de l'audiovisuel public ont scandé haut et fort : "Maranach habssine, koul ethnine wakfine" (nous ne cesserons pas notre mouvement, nous organisons chaque lundi un sit-in), "Solta rabiaâ, machi solta khadhiaâ" (nous sommes le quatrième pouvoir, et non pas un pouvoir soumis).
Les manifestants ont exprimé aussi leur solidarité avec les journalistes et les techniciens qui ont fait les frais des dernières sanctions infligées par la direction générale. "Pas moins de cinq membres du collectif des professionnels de l'audiovisuel de l'ENTV, créé le 27 février dernier, ont fait l'objet de sanctions et de décisions de mise à l'écart prononcées par les responsables de la Télévision publique. Leur seul tort se résume en leur participation aux côtés du peuple aux marches du vendredi", témoignera une manifestante. D'autres journalistes ont tenu à dénoncer les allégations mensongères partagées ces derniers temps dans les réseaux sociaux, et ce, pour attenter à la réputation de ceux qui militent dans le cadre du "hirak" pour la liberté d'expression. "Nous travaillons dans un média public de souveraineté qui n'appartient ni au gouvernement ni au ministère de tutelle. Personne n'a le monopole de la télévision. Celle-ci appartient au peuple", confiera un autre journaliste.

Hanafi H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.