DISCOURS DE GAID SALAH A BECHAR : ‘'L'heure des comptes est arrivée''    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Quatre cadres du ministère de l'Industrie et l'ancien directeur du CPA en détention    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Autopsie d'un complot    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    Le cas Ounas divise les Verts    "Le recrutement sera bouclé d'ici quelques jours"    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Man United : Un flop du Barça pour remplacer Pogba ?    La société civile pour une transition de «rupture»    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Dialogue… ?    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV
Censure, sanctions et intimidations
Publié dans Liberté le 21 - 05 - 2019

Les journalistes de l'ENTV ont tenu, hier après-midi, leur onzième rassemblement de protestation devant l'entrée principale de l'entreprise sise au boulevard des Martyrs. Rassemblés devant le grand portail métallique du siège de la Télévision publique, ils ont affiché une nouvelle fois une résolution sans faille à poursuivre la contestation jusqu'à la libération de la Télévision nationale des "forces anticonstitutionnelles".Ce nouveau "hirak" des professionnels de ce média public s'est tenu, comme chaque lundi, sous haute escorte policière. Des patrouilles antiémeutes sont installées tout au long du boulevard des Martyrs. Les grands fourgons bleus de la police et autres engins dépêchés sur les lieux sont visibles depuis l'intersection adjacente à l'entrée de l'hôtel El-Djazaïr.
De nombreux policiers ont pris position tout au long de l'accotement, donnant accès à "L'Unique", et ce, pour contenir et empêcher les manifestants de battre le pavé de l'artère principale. Née dans le sillage du mouvement populaire de contestation du 22 février, la contestation des journalistes de la Télévision nationale est organisée chaque semaine pour s'insurger contre le contrôle et la censure qui ont été érigés en règle dans les rédactions (la Terrestre, A3, Canal Algérie, la Quatre et Coran TV). Drapés dans l'emblème national, les manifestants ont crié leur indignation contre les pratiques de rétention de l'information. Ils ont scandé des slogans hostiles à leur hiérarchie qui "excelle dans l'autoritarisme et dans l'intimidation". Ils ont brandi des pancartes qui résument bien la situation à l'intérieur des rédactions publiques et les menaces qui pèsent au quotidien sur des journalistes qui ont osé accompagner la révolte populaire pacifique. "Journalistes en colère", "Non au musellement de la profession", "Halte aux intimidations", pouvait-on lire sur les écriteaux exposés hier. Les journalistes de l'audiovisuel public ont scandé haut et fort : "Maranach habssine, koul ethnine wakfine" (nous ne cesserons pas notre mouvement, nous organisons chaque lundi un sit-in), "Solta rabiaâ, machi solta khadhiaâ" (nous sommes le quatrième pouvoir, et non pas un pouvoir soumis).
Les manifestants ont exprimé aussi leur solidarité avec les journalistes et les techniciens qui ont fait les frais des dernières sanctions infligées par la direction générale. "Pas moins de cinq membres du collectif des professionnels de l'audiovisuel de l'ENTV, créé le 27 février dernier, ont fait l'objet de sanctions et de décisions de mise à l'écart prononcées par les responsables de la Télévision publique. Leur seul tort se résume en leur participation aux côtés du peuple aux marches du vendredi", témoignera une manifestante. D'autres journalistes ont tenu à dénoncer les allégations mensongères partagées ces derniers temps dans les réseaux sociaux, et ce, pour attenter à la réputation de ceux qui militent dans le cadre du "hirak" pour la liberté d'expression. "Nous travaillons dans un média public de souveraineté qui n'appartient ni au gouvernement ni au ministère de tutelle. Personne n'a le monopole de la télévision. Celle-ci appartient au peuple", confiera un autre journaliste.

Hanafi H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.