Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Le Premier ministre ordonne de changer le visage des zones d'ombre avant la fin de l'année en cours    Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Tebboune accuse !    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La drôle de démarche d'un syndicat    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Quand la sardine prend des ailes    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cap de la mobilisation maintenu
Constantine
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 05 - 2019

Contre toute attente, les Constantinois étaient nombreux à marcher lors de ce deuxième vendredi du mois sacré. Finalement, rien ne les arrêtera jusqu'à satisfaction de toutes les revendications populaires.
Carême oblige, la matinée était calme et il n'y avait relativement pas de manifestants aux premières heures de la journée mais dès la fin de la prière, les fidèles très nombreux au niveau des mosquées du centre-ville et des milliers de citoyens se sont donné rendez-vous devant le palais de la culture Mohamed-Laïd Al Khalifa qui symbolisera désormais le Hirak constantinois car, depuis le début du mouvement, c'est devenu le lieu de prédilection des manifestants. Ni le Ramadhan, ni la chaleur accablante, n'ont empêché les Constantinois de sortir une nouvelle fois par centaines en prenant pour cible : le «Gouvernement de bricolage», le FLN, Abdelkader Bensalah et Ahmed Gaïd Salah. Les pancartes, les chants, les slogans étaient unanimes à rejeter les élections du 4 juillet «Makanch intikhabate ya issabate» ou encore «Bensalah : dégage», «Bedoui dégage», «Gouvernelent de bricolage : dégage» ,«Djazaïr horra dimocratia». Et si des protestataires avaient tenu à dénoncer massivement les velléités d'instauration d'une dictature militaire en martelant avec force : «Dawla madania, machi askaria» (Etat civil, pas militaire), «Gaïd Salah dégage !» et «Djoumhouria machi caserna» (Une République, pas une caserne), d'autres étaient d'un autre avis.
En plein centre-ville, ils ont contesté une pancarte qui porte atteinte à Gaïd Salah et qui a été saisie et déchirée. Des pancartes «L'armée défend le pays et nous défendons notre armée» étaient très visibles également avec le slogan «Djich Chaâb khawa khawa».
La foule avait sensiblement grossi pour prendre vers 15h des proportions de véritable marée humaine déferlant sur les rues Belouizdad et Abane-Ramdane pour arriver une nouvelle fois devant le palais de la culture Al Khalifa où les manifestants répétaient des slogans qui témoignaient de leur profonde détermination à maintenir la pression : «Maranache habssine, koul djemaâ khardjine» (On ne s'arrêtera pas, chaque vendredi on sortira).
Lors de la marche d'hier, il y avait de tout. Des banderoles sur lesquelles le portrait d'Ahmed Taleb Ibrahimi accompagnait une revendication sur la conduite de la période de transition par des personnes sans lien avec le régime, ont fait leur apparition.
Bien que certains manifestants aient dénoncé le fait que depuis plus d'une semaine, des chaînes de télévision font le forcing pour donner à Ahmed Taleb Ibrahimi l'image d'une personnalité consensuelle au sein du peuple, des sympathisants n'ont pas hésité hier à scander son nom.
Les chants patriotiques et autres appels à la démocratie ont enrichi ce treizième vendredi, témoin d'une infaillible détermination malgré la divergence.
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.