Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    Conseil de la Nation : Son rôle et ses missions fixés au titre de la prochaine Constitution    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Iran : Téhéran ne prolongera pas son ultimatum, les Européens ont moins de trois semaines    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Ouverture de la 32e édition de la CAN-2019 demain en Egypte: Groupe C : Les Verts en mode conquérant en Egypte    A quelques jours de la CAN-2019 : Le foot africain en fête en terre égyptienne    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Son procès reporté au mois de septembre    Louisa Hanoune maintenue en détention    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    La Cour suprême ordonne la réouverture du dossier    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    Les mises en garde de Gaïd Salah    Report du procès au 3 juillet    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    Le Barça verrait le transfert de Neymar comme irréalisable    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    L'appel des sept    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'armée doit écouter les élites et les sages"
Taleb Ibrahimi
Publié dans Liberté le 23 - 05 - 2019

Dans une lettre ouverte rendue publique hier et adressée au mouvement populaire, mais dont la teneur interpelle particulièrement Ahmed Gaïd Salah, l'ancien ministre des Affaires étrangères, Ahmed Taleb Ibrahimi, a exprimé de nouveau sa vision de sortie de crise, en recommandant notamment le rassemblement des articulations constitutionnelles des articles 7 et 8 de la loi fondamentale. "Aujourd'hui, devant l'impasse actuelle, marquée par l'entêtement du pouvoir et l'attachement du hirak populaire à ses revendications, j'ai vu qu'il est de mon devoir d'exprimer mon opinion et d'œuvrer à corriger certaines erreurs en veillant à rapprocher les points de vue", a-t-il dit, d'emblée. "Il est vrai que l'institution militaire est disciplinée et évite de se mêler directement dans les affaires publiques, mais dans la situation particulière que nous vivons, elle doit écouter les propositions des élites et des sages, et ne doit pas être un appui à des institutions rejetées par la population même si elle est dans une posture constitutionnelle constante programmée pour des situations ordinaires, mais pas exceptionnelles comme celles que nous vivons aujourd'hui", souligne l'ancien chef de la diplomatie.
En filigrane, il préconise l'abandon de l'option "article 102". Autrement dit, il recommande d'aller à une période de transition. "La solution la plus efficace, à mes yeux, est de rassembler les articulations constitutionnelles des articles 7 et 8 avec l'interprétation qu'elles permettent, en considérant le mouvement populaire comme un référendum et certains articles de procédure permettant un transfert constitutionnel du pouvoir", soutient-il. "La sagesse impose de privilégier ‘la légitimité objective' sur ‘la légitimité formelle' en prenant en considération le droit du peuple au changement continu", insiste-t-il. "La Constitution est l'œuvre des hommes. Elle ne doit pas être en décalage par rapport au mouvement du réel ni être une embûche devant le mouvement du futur.
C'est ma vision pour sortir de la crise. Elle s'ajoute aux dizaines d'autres initiatives proposées par les partis, les syndicats et les personnalités", ajoute-t-il encore non sans s'étonner "qu'elles n'aient pas été vues par les décideurs". Même s'il exclut de nourrir quelques ambitions, vu son âge avancé, M. Ibrahimi s'est dit disposé à mettre son expérience au service de la patrie pour œuvrer au retour de la souveraineté. "Ma préoccupation est de contribuer avec les autres fidèles à ce pays à trouver une issue pour sauver mon pays de l'impasse politique à moindres coûts, car la poursuite de cette situation sera un saut dans l'inconnu, en plus du fait qu'elle fragilise notre économie et menace la stabilité, incontournable pour maintenir le rythme du développement (…)", dit-il. Au mouvement auquel il demande de maintenir la dynamique, Ahmed Taleb Ibrahimi suggère : "Nous devons tous sauvegarder cet acquis civilisationnel et concilier toutes les parties autant que possible." Pour lui, le fait que l'armée ne recourt pas à la violence préfigure d'une nouvelle culture sur laquelle serait bâtie la démocratie de demain.

Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.