Activation du plan de lutte contre les feux de forêts à Alger à partir du début juin    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Mohand Oussaïd: le président de la République n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé    DECLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS : Les députés votent pour le maintien du montant à 5000 euros    DETRESSE EN ALIMENTATION EN EAU POTABLE A MOSTAGANEM : 7 Daïras attendent une solution urgente    Les frères Kouninef de nouveau auditionnés    Raouya présente le texte de LFC 2020 devant le Conseil de la Nation    ORAN : Le wali a inspecté les projets des prochains jeux méditerranéens    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Décès de 5 Algériens bloqués en Turquie    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    119 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les députés engagent un débat à l'APN    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Alger ferme ses plages    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    Un lourd héritage    La mort au temps du corona    Mahrez victime d'un cambriolage    Les violentes manifestations se poursuivent    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    Les habitants réclament leur réouverture    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'armée doit écouter les élites et les sages"
Taleb Ibrahimi
Publié dans Liberté le 23 - 05 - 2019

Dans une lettre ouverte rendue publique hier et adressée au mouvement populaire, mais dont la teneur interpelle particulièrement Ahmed Gaïd Salah, l'ancien ministre des Affaires étrangères, Ahmed Taleb Ibrahimi, a exprimé de nouveau sa vision de sortie de crise, en recommandant notamment le rassemblement des articulations constitutionnelles des articles 7 et 8 de la loi fondamentale. "Aujourd'hui, devant l'impasse actuelle, marquée par l'entêtement du pouvoir et l'attachement du hirak populaire à ses revendications, j'ai vu qu'il est de mon devoir d'exprimer mon opinion et d'œuvrer à corriger certaines erreurs en veillant à rapprocher les points de vue", a-t-il dit, d'emblée. "Il est vrai que l'institution militaire est disciplinée et évite de se mêler directement dans les affaires publiques, mais dans la situation particulière que nous vivons, elle doit écouter les propositions des élites et des sages, et ne doit pas être un appui à des institutions rejetées par la population même si elle est dans une posture constitutionnelle constante programmée pour des situations ordinaires, mais pas exceptionnelles comme celles que nous vivons aujourd'hui", souligne l'ancien chef de la diplomatie.
En filigrane, il préconise l'abandon de l'option "article 102". Autrement dit, il recommande d'aller à une période de transition. "La solution la plus efficace, à mes yeux, est de rassembler les articulations constitutionnelles des articles 7 et 8 avec l'interprétation qu'elles permettent, en considérant le mouvement populaire comme un référendum et certains articles de procédure permettant un transfert constitutionnel du pouvoir", soutient-il. "La sagesse impose de privilégier ‘la légitimité objective' sur ‘la légitimité formelle' en prenant en considération le droit du peuple au changement continu", insiste-t-il. "La Constitution est l'œuvre des hommes. Elle ne doit pas être en décalage par rapport au mouvement du réel ni être une embûche devant le mouvement du futur.
C'est ma vision pour sortir de la crise. Elle s'ajoute aux dizaines d'autres initiatives proposées par les partis, les syndicats et les personnalités", ajoute-t-il encore non sans s'étonner "qu'elles n'aient pas été vues par les décideurs". Même s'il exclut de nourrir quelques ambitions, vu son âge avancé, M. Ibrahimi s'est dit disposé à mettre son expérience au service de la patrie pour œuvrer au retour de la souveraineté. "Ma préoccupation est de contribuer avec les autres fidèles à ce pays à trouver une issue pour sauver mon pays de l'impasse politique à moindres coûts, car la poursuite de cette situation sera un saut dans l'inconnu, en plus du fait qu'elle fragilise notre économie et menace la stabilité, incontournable pour maintenir le rythme du développement (…)", dit-il. Au mouvement auquel il demande de maintenir la dynamique, Ahmed Taleb Ibrahimi suggère : "Nous devons tous sauvegarder cet acquis civilisationnel et concilier toutes les parties autant que possible." Pour lui, le fait que l'armée ne recourt pas à la violence préfigure d'une nouvelle culture sur laquelle serait bâtie la démocratie de demain.

Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.