Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    Le Polisario bombarde la zone de Guerguerat    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Les saillies d'une réforme prévue "avant la fin de l'année"    La terre a tremblé à Batna et Tizi-Ouzou    227 nouveaux cas et 2 décès en 24h    Timides avancées et grandes désillusions    Arsenal : La réaction d'Arteta au départ d'Özil    Tournoi de l'UNAF (U17): l'Algérie valide son billet pour la CAN 2021    Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    L'AG élective fixée au 2 février    Madoui prend le relais    Toujours pas de conclusions    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    "Nous ne sommes pas encore au maximum"    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    "Nous avons gagné la guerre, nous ne sommes pas demandeurs d'excuses..."    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    La pâleur d'une façade    Vingt-cinq doses de vaccin Covid-19    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'armée doit écouter les élites et les sages"
Taleb Ibrahimi
Publié dans Liberté le 23 - 05 - 2019

Dans une lettre ouverte rendue publique hier et adressée au mouvement populaire, mais dont la teneur interpelle particulièrement Ahmed Gaïd Salah, l'ancien ministre des Affaires étrangères, Ahmed Taleb Ibrahimi, a exprimé de nouveau sa vision de sortie de crise, en recommandant notamment le rassemblement des articulations constitutionnelles des articles 7 et 8 de la loi fondamentale. "Aujourd'hui, devant l'impasse actuelle, marquée par l'entêtement du pouvoir et l'attachement du hirak populaire à ses revendications, j'ai vu qu'il est de mon devoir d'exprimer mon opinion et d'œuvrer à corriger certaines erreurs en veillant à rapprocher les points de vue", a-t-il dit, d'emblée. "Il est vrai que l'institution militaire est disciplinée et évite de se mêler directement dans les affaires publiques, mais dans la situation particulière que nous vivons, elle doit écouter les propositions des élites et des sages, et ne doit pas être un appui à des institutions rejetées par la population même si elle est dans une posture constitutionnelle constante programmée pour des situations ordinaires, mais pas exceptionnelles comme celles que nous vivons aujourd'hui", souligne l'ancien chef de la diplomatie.
En filigrane, il préconise l'abandon de l'option "article 102". Autrement dit, il recommande d'aller à une période de transition. "La solution la plus efficace, à mes yeux, est de rassembler les articulations constitutionnelles des articles 7 et 8 avec l'interprétation qu'elles permettent, en considérant le mouvement populaire comme un référendum et certains articles de procédure permettant un transfert constitutionnel du pouvoir", soutient-il. "La sagesse impose de privilégier ‘la légitimité objective' sur ‘la légitimité formelle' en prenant en considération le droit du peuple au changement continu", insiste-t-il. "La Constitution est l'œuvre des hommes. Elle ne doit pas être en décalage par rapport au mouvement du réel ni être une embûche devant le mouvement du futur.
C'est ma vision pour sortir de la crise. Elle s'ajoute aux dizaines d'autres initiatives proposées par les partis, les syndicats et les personnalités", ajoute-t-il encore non sans s'étonner "qu'elles n'aient pas été vues par les décideurs". Même s'il exclut de nourrir quelques ambitions, vu son âge avancé, M. Ibrahimi s'est dit disposé à mettre son expérience au service de la patrie pour œuvrer au retour de la souveraineté. "Ma préoccupation est de contribuer avec les autres fidèles à ce pays à trouver une issue pour sauver mon pays de l'impasse politique à moindres coûts, car la poursuite de cette situation sera un saut dans l'inconnu, en plus du fait qu'elle fragilise notre économie et menace la stabilité, incontournable pour maintenir le rythme du développement (…)", dit-il. Au mouvement auquel il demande de maintenir la dynamique, Ahmed Taleb Ibrahimi suggère : "Nous devons tous sauvegarder cet acquis civilisationnel et concilier toutes les parties autant que possible." Pour lui, le fait que l'armée ne recourt pas à la violence préfigure d'une nouvelle culture sur laquelle serait bâtie la démocratie de demain.

Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.