3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire
Compression des importations
Publié dans Liberté le 25 - 05 - 2019

Le gouvernement de Noureddine Bedoui, fortement contesté par le mouvement populaire, projette de donner un tour de vis aux importations de blé et de poudre de lait, deux produits qui comptent pour plus de la moitié de l'ensemble des importations alimentaires. L'objectif visé est "la préservation des réserves de changes, la régulation de ces deux filières et l'arrêt des transferts des subventions publiques aux indus bénéficiaires". L'Exécutif a également décidé de "mettre fin à l'octroi des licences pour de nouvelles minoteries ou l'élargissement de celles existantes". Le gouvernement tente ainsi de mettre de l'ordre dans deux filières sur lesquelles, l'importation exerce sa dominance.
Le secteur agricole, dans son ensemble, a besoin d'être réformé, pas par des réformettes, dans un pays qui traverse un passage à vide aux plans économique et politique, mais par des réformes en profondeur. Or, des réformes très diverses et significatives, le cabinet Bedoui, souffrant d'un défaut de légitimité et étant censé expédier les affaires courantes seulement, ne peut en faire. Un gouvernement chargé d'expédier les affaires courantes ne peut arrêter des choix, prendre des décisions ou poser des actes qui engageraient durablement l'Etat algérien, que ce soit à l'échelle du pays ou au niveau international. Pourtant, l'actuel Exécutif le fait sous le couvert de vouloir assurer la continuité du service et ne pas impacter l'activité économique… Depuis son installation, il a, en fait, organisé ses actions dans une approche à la petite semaine, faisant intervenir de multiples parties prenantes et secteurs, sans prise sur la réalité. Il s'attaque à des dossiers sensibles tels que celui des céréales et du lait. Ces deux filières ont besoin de mesures concrètes qui les aideront à atteindre le seuil de rentabilité et à contribuer à la baisse de la facture alimentaire.
Cela ne pourra, cependant, être possible que dans un plan d'action établi par un gouvernement disposant de la légitimité populaire pour ce qu'il fait. Au-delà de cela, l'Exécutif ne peut compter, à l'heure actuelle, sur aucun moyen tout prêt lui permettant de réduire les importations, a fortiori lorsqu'il s'agit de postes d'importations incompressibles comme c'est le cas pour le blé et la poudre de lait, la production étant encore faible dans ces deux branches. La production céréalière réellement obtenue durant la campagne 2017-2018 a été estimée à 60,5 millions de quintaux, contre 34,7 millions de quintaux durant la campagne précédente. Dans la filière laitière, le pays produit, aujourd'hui, 2,8 milliards de litres. Et, il veut arriver à l'horizon 2022 à une production de 4,8 milliards de litres.
Le gouvernement affirme ne vouloir importer que ce dont a besoin le marché national en blé et en lait. Sauf qu'il en ignore les besoins. Aussi, a-t-il appelé les services concernés à procéder à une évaluation précise des besoins réels du marché national en blé et en lait, particulièrement pour ce qui a trait à l'industrie de transformation. Dans la même perspective, il a demandé aux opérateurs publics, assurant la régulation du marché, de garantir une meilleure gestion du stock stratégique à travers l'adoption de nouvelles formes d'intervention, afin de rationaliser les importations de blé et d'autres produits alimentaires cotés en bourse. Ainsi, le gouvernement fait semblant d'avoir un mandat pour travailler, visant à rétablir un semblant de normalité dans la vie quotidienne. Pendant ce temps, les attentes de la population évoluent rapidement vers l'impatience et le mécontentement.
Youcef Salami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.