Proposition de sortie de crise    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    L'EN rejoint son camp de base au Caire    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Une bien triste leçon égyptienne    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    De l'éthique du personnel politique    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire
Compression des importations
Publié dans Liberté le 25 - 05 - 2019

Le gouvernement de Noureddine Bedoui, fortement contesté par le mouvement populaire, projette de donner un tour de vis aux importations de blé et de poudre de lait, deux produits qui comptent pour plus de la moitié de l'ensemble des importations alimentaires. L'objectif visé est "la préservation des réserves de changes, la régulation de ces deux filières et l'arrêt des transferts des subventions publiques aux indus bénéficiaires". L'Exécutif a également décidé de "mettre fin à l'octroi des licences pour de nouvelles minoteries ou l'élargissement de celles existantes". Le gouvernement tente ainsi de mettre de l'ordre dans deux filières sur lesquelles, l'importation exerce sa dominance.
Le secteur agricole, dans son ensemble, a besoin d'être réformé, pas par des réformettes, dans un pays qui traverse un passage à vide aux plans économique et politique, mais par des réformes en profondeur. Or, des réformes très diverses et significatives, le cabinet Bedoui, souffrant d'un défaut de légitimité et étant censé expédier les affaires courantes seulement, ne peut en faire. Un gouvernement chargé d'expédier les affaires courantes ne peut arrêter des choix, prendre des décisions ou poser des actes qui engageraient durablement l'Etat algérien, que ce soit à l'échelle du pays ou au niveau international. Pourtant, l'actuel Exécutif le fait sous le couvert de vouloir assurer la continuité du service et ne pas impacter l'activité économique… Depuis son installation, il a, en fait, organisé ses actions dans une approche à la petite semaine, faisant intervenir de multiples parties prenantes et secteurs, sans prise sur la réalité. Il s'attaque à des dossiers sensibles tels que celui des céréales et du lait. Ces deux filières ont besoin de mesures concrètes qui les aideront à atteindre le seuil de rentabilité et à contribuer à la baisse de la facture alimentaire.
Cela ne pourra, cependant, être possible que dans un plan d'action établi par un gouvernement disposant de la légitimité populaire pour ce qu'il fait. Au-delà de cela, l'Exécutif ne peut compter, à l'heure actuelle, sur aucun moyen tout prêt lui permettant de réduire les importations, a fortiori lorsqu'il s'agit de postes d'importations incompressibles comme c'est le cas pour le blé et la poudre de lait, la production étant encore faible dans ces deux branches. La production céréalière réellement obtenue durant la campagne 2017-2018 a été estimée à 60,5 millions de quintaux, contre 34,7 millions de quintaux durant la campagne précédente. Dans la filière laitière, le pays produit, aujourd'hui, 2,8 milliards de litres. Et, il veut arriver à l'horizon 2022 à une production de 4,8 milliards de litres.
Le gouvernement affirme ne vouloir importer que ce dont a besoin le marché national en blé et en lait. Sauf qu'il en ignore les besoins. Aussi, a-t-il appelé les services concernés à procéder à une évaluation précise des besoins réels du marché national en blé et en lait, particulièrement pour ce qui a trait à l'industrie de transformation. Dans la même perspective, il a demandé aux opérateurs publics, assurant la régulation du marché, de garantir une meilleure gestion du stock stratégique à travers l'adoption de nouvelles formes d'intervention, afin de rationaliser les importations de blé et d'autres produits alimentaires cotés en bourse. Ainsi, le gouvernement fait semblant d'avoir un mandat pour travailler, visant à rétablir un semblant de normalité dans la vie quotidienne. Pendant ce temps, les attentes de la population évoluent rapidement vers l'impatience et le mécontentement.
Youcef Salami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.