L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour le départ du système et en hommage aux martyrs du Printemps noir
Une foule impressionnante a pris part à la marche du 17e vendredi à Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 15 - 06 - 2019

"14 juin 2001-14 juin 2019 : les temps changent, le combat continue", lit-on sur une très large banderole.
La mobilisation n'a pas faibli à Tizi Ouzou. Bien au contraire, ce 17e vendredi de manifestation pour le départ du système a drainé encore plus de monde que d'habitude. Il y avait la clémence des températures mais c'était, sans doute, la coïncidence de la journée d'hier avec le 18e anniversaire de l'historique marche vers Alger, le 14 juin 2001, qui a été pour beaucoup dans cette particulière mobilisation. En effet, nombreux étaient, hier, ceux qui disent avoir été interpellés par la forte charge symbolique de cette date et qui ont vu dans cette coïncidence une espèce de "revanche de l'histoire" à laquelle il fallait absolument prendre part.
"14 juin 2001-14 juin 2019 : les temps changent, le combat continue", lit-on d'ailleurs sur une très large banderole blanche déployée à la tête du premier carré qui s'est ébranlé, comme à l'accoutumée, à 13h30, de l'entrée de l'université Mouloud-Mammeri, sous les cris de "Pouvoir assassin", "Mazalagh d Imazighen", "Kabylie chouhada", "Ulac, ulac, ulac smah ulac", "Système dégage". Plus haut, sur l'esplanade du stade du 1er-Novembre, une autre foule dense attendait. Les dizaines de banderoles et pancartes noires écrites en blanc qui y ont été déployées laissaient aisément deviner qu'il s'agissait d'un carré dédié exclusivement aux 128 jeunes assassinés par la gendarmerie en 2001 dans la région. Sur une d'elles, on pouvait lire les derniers mots prononcés par le tout premier martyr, Guermah Massinissa, avant de succomber sous les balles des gendarmes à l'intérieur même de la brigade de gendarmerie à Beni Douala.
Sur une autre : "Le sang des martyrs du Printemps noir réclame justice." Sur une autre encore, on pouvait lire : "La 2e république commence par le jugement des assassins des martyrs du Printemps noir." De nombreuses pancartes reprenant le mot "Liberté", écrit avec son sang par un autre jeune tué à Azazga, étaient également brandies par les manifestants qui scandaient : "Zerhouni assassin", "Jugez les gendarmes". S'en est suivi un silence de cathédrale devant le CHU de Tizi Ouzou, où une minute de silence a été observée à la mémoire de ces jeunes qui ont payé de leur vie leur soif de liberté et de démocratie.
Bien que la mémoire des martyrs du Printemps noir ait prédominé durant la manifestation d'hier, l'objectif principal du mouvement populaire n'a pas été pour autant perdu de vue par l'impressionnante foule qui a déferlé sur le centre-ville de Tizi Ouzou. Preuve en est, tous les slogans habituels exigeant un changement radical du système étaient repris tout au long de l'itinéraire menant jusqu'à la place de L'Olivier, point de chute de la marche. "Daoula madania, matchi aâskaria", "Anelhou, anelhou alama yeghli udavu", "Y en a marre, y en a marre des généraux", et d'autres encore.
Sur des banderoles et pancartes brandies, on pouvait également lire : "Le peuple n'est pas dupe pour croire à vos fausses arrestations tant que la justice n'est pas indépendante", "Bensalah, tu ne nous représentes pas, dégage", "Gaïd Salah détrône un clan pour en installer un autre" et encore : "Nous ne voulons rien de votre part, juste votre départ." À souligner que la matinée d'hier a été quelque peu houleuse devant l'université de Tizi Ouzou en raison de l'opération chasse à l'homme lancée par la police à l'encontre des militants du MAK, venus, eux aussi, commémorer cette triste date, où un lynchage en règle avait été opéré, en 2001, contre les manifestants kabyles à Alger.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.