En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    L'Alliance présidentielle décapitée    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    La présidence dit oui    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    La cérémonie en Egypte    Pas de représentant algérien à la CAF    Les syndicats ne cachent pas leur colère    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La charte des droits et libertés rendue publique
Des animateurs de la société civile ont animé un point de presse à Béjaïa
Publié dans Liberté le 18 - 06 - 2019

Les acteurs de la société civile de la wilaya de Béjaïa ont décliné, hier, dans une conférence de presse, leur charte des droits et des libertés. Les acteurs, qui regroupent les représentants de plusieurs partis, organisations socioprofessionnelles, syndicats autonomes, cafés littéraires…, ont, d'emblée, indiqué qu'ils ne s'autoproclament pas représentants du mouvement, mais l'accompagnent "quoiqu'une bonne partie d'entre nous n'ait pas attendu l'insurrection, enclenchée depuis le 16 février à Kherrata et le 22 du même mois à l'échelle nationale", a tenu à préciser Karim Boudjioua, l'un des animateurs du groupe.
Etaient présents à cette conférence, le Comité de solidarité avec les travailleurs de la wilaya de Béjaïa (CSTWB), la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (Laddh), le Cnapest, l'Unpef, le Cela, le Satef, la SNT postiers, la SNTFP, la SNTE, le Snapap, le Rassemblement actions jeunesse (RAJ), le Café littéraire de Béjaïa (CLB), le Parti des travailleurs (PT) et Jil Jadid. Lors de son intervention, Rabah Rezki, ancien militant du MDS, a tenu à rappeler que "le front ouvrier a été créé au niveau du CDDH en janvier 2019, et ce, bien avant le début du mouvement insurrectionnel. Et on voulait aussi l'élargir à l'échelle de la wilaya d'abord et à l'échelle nationale ensuite". C'est le cas aussi avec le présent rassemblement des acteurs de la société civile.
Il demeurera, selon ses membres, ouvert aux personnalités et aux organisations pour peu que celles-ci signent "la présente charte des droits et des libertés". Laquelle charte a pour but, a indiqué Kader Sadji du Café littéraire de Béjaïa, "la consécration des standards démocratiques, indispensables à l'édification d'un Etat social", qui va parachever "l'Etat de droit" auquel aspire le peuple algérien. Dans leur vision, il faudra consacrer la séparation des pouvoirs : Exécutif, législatif et judiciaire ; séparer la religion de la politique. "On ne doit pas mêler le sacré à la vie publique", insistera Kader Sadji. Les acteurs de la société civile font leur l'un des principes du Congrès de la Soummam, à savoir "la primauté du politique sur le militaire" et appellent de leurs vœux un Etat civil où les libertés démocratiques seront garanties.
Rachid Bedjaoui du Parti des travailleurs a expliqué que "l'on ne peut aller vers une transition sans la libération, immédiate et inconditionnelle des détenus d'opinion et sans que le commandement militaire prenne des mesures d'apaisement". Hocine Boumedjane du CDDH a déploré, quant à lui, qu'en dépit du caractère pacifique du mouvement, "le pouvoir continue à tergiverser et à user de méthodes répressives à l'encontre des manifestants et ajoute du flou en organisant des procès médiatiques pour amuser la galerie". Seule l'élection d'une Assemblée constituante, estiment-ils, est à même de garantir la pérennité du mouvement populaire et solidaire.

M. OUYOUGOUTE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.