Le nouveau directeur de la Sûreté de la wilaya installé    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    A propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (2e partie et fin)    Selon le ministre des Finances, la programmation triennale des budgets permettra plus de transparence    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Les subventions de la wilaya et de l'APC toujours bloquées    Meziane buteur, Benghit exclu    «Oui, la situation est alarmante !»    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Donnez-nous juste le signal, et on clignotera !    Les angoisses fertiles    Une convention de coopération entre l'EPTV et l'Ismas    Plus de 2 700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Les propositions de Rahabi    Trois suspects placés en détention provisoire    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La charte des droits et libertés rendue publique
Des animateurs de la société civile ont animé un point de presse à Béjaïa
Publié dans Liberté le 18 - 06 - 2019

Les acteurs de la société civile de la wilaya de Béjaïa ont décliné, hier, dans une conférence de presse, leur charte des droits et des libertés. Les acteurs, qui regroupent les représentants de plusieurs partis, organisations socioprofessionnelles, syndicats autonomes, cafés littéraires…, ont, d'emblée, indiqué qu'ils ne s'autoproclament pas représentants du mouvement, mais l'accompagnent "quoiqu'une bonne partie d'entre nous n'ait pas attendu l'insurrection, enclenchée depuis le 16 février à Kherrata et le 22 du même mois à l'échelle nationale", a tenu à préciser Karim Boudjioua, l'un des animateurs du groupe.
Etaient présents à cette conférence, le Comité de solidarité avec les travailleurs de la wilaya de Béjaïa (CSTWB), la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (Laddh), le Cnapest, l'Unpef, le Cela, le Satef, la SNT postiers, la SNTFP, la SNTE, le Snapap, le Rassemblement actions jeunesse (RAJ), le Café littéraire de Béjaïa (CLB), le Parti des travailleurs (PT) et Jil Jadid. Lors de son intervention, Rabah Rezki, ancien militant du MDS, a tenu à rappeler que "le front ouvrier a été créé au niveau du CDDH en janvier 2019, et ce, bien avant le début du mouvement insurrectionnel. Et on voulait aussi l'élargir à l'échelle de la wilaya d'abord et à l'échelle nationale ensuite". C'est le cas aussi avec le présent rassemblement des acteurs de la société civile.
Il demeurera, selon ses membres, ouvert aux personnalités et aux organisations pour peu que celles-ci signent "la présente charte des droits et des libertés". Laquelle charte a pour but, a indiqué Kader Sadji du Café littéraire de Béjaïa, "la consécration des standards démocratiques, indispensables à l'édification d'un Etat social", qui va parachever "l'Etat de droit" auquel aspire le peuple algérien. Dans leur vision, il faudra consacrer la séparation des pouvoirs : Exécutif, législatif et judiciaire ; séparer la religion de la politique. "On ne doit pas mêler le sacré à la vie publique", insistera Kader Sadji. Les acteurs de la société civile font leur l'un des principes du Congrès de la Soummam, à savoir "la primauté du politique sur le militaire" et appellent de leurs vœux un Etat civil où les libertés démocratiques seront garanties.
Rachid Bedjaoui du Parti des travailleurs a expliqué que "l'on ne peut aller vers une transition sans la libération, immédiate et inconditionnelle des détenus d'opinion et sans que le commandement militaire prenne des mesures d'apaisement". Hocine Boumedjane du CDDH a déploré, quant à lui, qu'en dépit du caractère pacifique du mouvement, "le pouvoir continue à tergiverser et à user de méthodes répressives à l'encontre des manifestants et ajoute du flou en organisant des procès médiatiques pour amuser la galerie". Seule l'élection d'une Assemblée constituante, estiment-ils, est à même de garantir la pérennité du mouvement populaire et solidaire.

M. OUYOUGOUTE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.