Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le Bébête Show, version élections US    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    Mahrez a repris les entraînements    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour la libération de Louisa Hanoune et des détenus d'opinion
UN RASSEMBLEMENT A ETE TENU HIER À BEJAIA
Publié dans Liberté le 13 - 06 - 2019

Les participants au sit-in ont également soulevé le cas d'autres militants des droits de l'Homme injustement incarcérés.
Plusieurs membres d'organisations de la société civile et de partis politiques ont tenu, hier, à la place de la Liberté d'expression Saïd-Mekbel de Béjaïa, un rassemblement, suivi d'une prise de parole, pour exiger "la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus politiques et d'opinion". Cette deuxième action a été marquée par la présence de Djamel Zenati, le militant politique et ancienne figure de proue du Mouvement culturel berbère (MCB).
Les animateurs du comité de solidarité avec les travailleurs de la wilaya, de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (Laddh), du Café littéraire de Béjaïa, du Rassemblement actions jeunesse (RAJ), des syndicats autonomes (Satef, Cnapeste, Snapap, Cela, Unpef, SNTFP et SNTPostiers), les représentants des partis politiques (PT, PST et Jil Jadid), le député Khaled Tazaghart, présenté par les organisateurs comme l'un des rares parlementaires à avoir "renoncé à son salaire pour rejoindre la révolution populaire en cours", se sont ensuite relayés au micro pour exprimer leur solidarité avec la SG du Parti des travailleurs, mais aussi avec tous les détenus d'opinion qui croupissent en prison après plus de trois mois de mobilisation populaire.
Tous se sont dit être interpellés en leur qualité de militants politiques et sociaux "face à cette situation qui menace toute expression démocratique et qui met en péril même les vies humaines". Qu'il s'agisse de Rachid Bedjaoui du PT, de Karim Bourdjiaoua ou de Hocine Hana du Snapap, tous ont plaidé pour une union de toutes les forces progressistes pour "la défense des libertés fondamentales et démocratiques, lesquelles devraient consacrer un Etat de droit, dont chacun porte en lui les aspirations depuis l'indépendance du pays". "L'incarcération de la SG du PT, Louisa Hanoune, nous préoccupe davantage devant la dégradation de son état de santé, qui pourrait mettre sa vie en danger", avertissent les mêmes intervenants.
Sachant notamment que malgré le cas de Mohamed Tamalt — le journaliste mort en décembre 2016 après avoir observé une grève de la faim en prison — n'a pas servi d'exemple au pouvoir politique, puisqu'il a "laissé mourir, le 28 mai dernier à l'hôpital de Blida, un autre militant des droits de l'Homme, le Dr Kamal-Eddine Fekhar en l'occurrence". C'est pour éviter de connaître un autre drame de ce genre que Boualem Ziani du PST, Kader Sadji du Café littéraire et Yahia Goudjil du Cela ont exigé, durant leur intervention, "la libération immédiate et inconditionnelle de Louisa Hanoune, mais aussi de tous les détenus d'opinion avant que cette situation, jugée inquiétante, n'engendre l'irréparable". Hocine Boumedjane, le responsable du Centre de documentation et d'information sur les droits de l'Homme (CDDH), a expliqué que la "situation est très grave quand des politiques sont en prison, car, selon lui, cela signifie que l'on veut mettre au pas les partis politiques, les associations et les syndicats autonomes. Mais le peuple a atteint un degré de maturité et il sera difficile au pouvoir de venir à bout de cette insurrection populaire".

M. OUYOUGOUTE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.