Azzedine Mihoubi nouveau SG du RND    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Un pétrolier algérien contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Un accueil triomphal aux champions d'Afrique    Savoir goûter à la vie    Equipe nationale: Une progression remarquable    Un mort et deux blessés sur le 4ème périphérique    Bouira: 49,99% le taux de réussite au baccalauréat    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Le festival de la chanson oranaise revient    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Initiative du Forum de la Société civile : Un panel pour piloter un dialogue national    Coïncidant avec la finale de la CAN : Les marches populaires dans une ambiance de stade    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    CAN-2019: En fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après    Distinction : L'Algérien Bennacer élu meilleur joueur du tournoi    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Alger: 90 établissements hôteliers réceptionnés au cours des 3 prochaines années    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    Hadj Ghermoul libéré    Quatre narcotrafiquants arrétés    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    L'onction qui trahit la manœuvre ?    Pas de représentant algérien à la CAF    Arrestation des voleurs de portables en série    Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    Téhéran évoque des "accusations délirantes"    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    sortir ...sortir ...sortir ...    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Un navet en salade    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"
ELLE EXPRIME UNE POSITION EN PHASE AVEC LE PEUPLE
Publié dans Liberté le 19 - 06 - 2019

L'organisation préconise "une solution alternative" où seront jumelées
"la solution constitutionnelle et la réalité de la situation politique du pays".
Réagissant encore une fois à la crise qui secoue le pays, l'Organisation nationale des moudjahidine (ONM) a estimé que la solution constitutionnelle consistant en l'application stricte de l'article 102 a abouti à un échec. Pour l'ONM, la solution passe par "une transition" qui sera assurée par une personnalité "consensuelle" et "un dialogue national". "La solution exige la participation de toutes les parties actives" dans la proposition "des mécanismes pratiques, transparents et réalistes, garantissant le passage d'une situation exceptionnelle à une autre ordinaire qui ouvrira de nouvelles perspectives et engagera des réformes profondes".
L'ONM considère que la période de transition "engagée" en vertu de l'application de l'article 102 de la Constitution et qui "n'a pas pris en considération l'application des articles 7 et 8", comme "exigé par le peuple", a abouti à "un énième échec". Elle estime que ce résultat "est tout à fait logique", puisque la solution s'est basée "sur un postulat inexistant", dont "l'absence de conditions juridiques, organisationnelles, techniques et administratives", ce qui exige, selon l'organisation, "une solution alternative" où seront jumelées "la solution constitutionnelle et la réalité de la situation politique du pays". Rappelant son admiration et sa pleine adhésion au mouvement de la rue, qu'elle qualifie de digne héritage de Novembre 1954, l'ONM appelle de tous ses vœux à l'entame d'un dialogue "sérieux et sincère", où "toutes les forces vives de la Nation doivent être associées".
Dans un message adressé à "la partie qui a pris les rênes dans cette période", allusion faite certainement au chef d'état-major de l'ANP, l'ONM estime que cette partie doit "presser le pas" dans le but de trouver "les mécanismes adéquats pour faire participer la collectivité nationale, avec toutes ses composantes, afin de trouver une issue à la crise". L'ONM a ajouté : "Il n'est un secret pour personne que la seule et unique solution à la crise est l'entame d'un dialogue national franc et sérieux." Ce dialogue, selon l'ONM, "est une idée centrale" de sa proposition de sortie de crise, comme il constitue "le point commun" entre la multitude de propositions faites par des organisations, des partis et des personnalités pour trouver une issue à la crise. Réitérant son adhésion à un dialogue inclusif ou à une conférence nationale qui conduira à la désignation d'une "personnalité nationale crédible et consensuelle", l'ONM estime que cette personnalité aura pour mission la gestion de l'après-Bensalah.
Cette personnalité nationale, explique l'ONM, mettra sur pied "une commission nationale indépendante" qui veillera "de façon pratique" sur la préparation, la surveillance et l'annonce des résultats du scrutin présidentiel. Selon l'Organisation des moudjahidine, cette même commission procédera à la révision du code électoral. Sur un autre volet, l'ONM estime que cette personnalité aura la charge de "faire démissionner" l'actuel Exécutif, pour désigner un gouvernement de technocrates qui aura à gérer uniquement les affaires courantes, mais aussi à "assurer les moyens matériels et logistiques pour la présidentielle". L'organisation considère que ce gouvernement "n'aura aucun lien, ni direct ni indirect, avec l'élection présidentielle".

Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.