Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boumerdes : remise de clés aux bénéficiaires de 4.450 logements    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    COVID-19 : le wali d'Alger exclut la possibilité d'imposer un confinement partiel aux communes de la wilaya    470 nouveaux cas confirmés et 8 décès en Algérie    La PCH instruite de distribuer les moyens de protection au personnel médical le plus tôt possible    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    ALGERIENNE DES EAUX (ADE) : Réception de 06 projets en juillet à Mostaganem    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION A MOSTAGANEM : 08 morts et 590 blessés au 1er semestre    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres consacrée au Plan national de relance socioéconomique    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    "Nous devons la vérité aux Algériens"    Le RCD dénonce la "reconduction de schémas sortis des laboratoires de la police politique"    Les 4 samedis    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La BAD octroie une aide d'urgence pour la Libye    Forte convergence sur le dossier libyen entre Alger et Rome    La reprise à nouveau renvoyée    Khacef veut continuer à Bordeaux    34 personnes qui fêtaient un anniversaire, arrêtées    Les athlètes «qualifiés et qualifiables» autorisés à reprendre les entraînements    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Le blues des colonies et l'implacable holocauste des origines    Les journalistes seront expulsés des chambres de Sidi Fredj    La France risque de perdre le marché algérien    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Vers un mouvement de désobéissance civile au Mali    Le P-DG et 3 responsables de l'EPMC sous mandat de dépôt    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    "Nous avons 25 milliards en instance d'encaissement"    Boussouf prêté à Courtrai puis à Eindhoven    L'exemple français    Khaled rêve d'un Maghreb uni    Numidia TV dans la tourmente    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU réclame une enquête indépendante
Décès de l'ex-président égyptien Mohamed Morsi
Publié dans Liberté le 19 - 06 - 2019

Un rapport de parlementaires britanniques avait déjà averti contre le risque d'un décès brutal de l'ex-chef d'Etat égyptien en détention, en raison du traitement inhumain qu'il a subi en prison.
Plusieurs voix se sont élevées hier pour demander aux autorités égyptiennes l'ouverture d'une enquête indépendante sur la mort de l'ex-président Mohamed Morsi, survenu lundi lors de son procès, six ans après sa destitution par l'actuel chef d'Etat Abdel-Fattah al-Sissi. "Toute mort soudaine en prison doit être suivie d'une enquête rapide, impartiale, minutieuse et transparente menée par un organe indépendant afin de faire la lumière sur la cause du décès", a déclaré Rupert Colville, porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'Homme. "Comme l'ancien président Mohamed Morsi était détenu par les autorités égyptiennes au moment de sa mort, l'Etat a la responsabilité de s'assurer qu'il était traité humainement et que son droit à rester en vie et à être soigné a été respecté", a-t-il estimé, rappelant les "inquiétudes" exprimées sur l'état de santé du défunt président en détention et le risque de mourir à n'importe quel moment, en raison de son maintien à l'isolement 23 heures par jour alors qu'il souffrait de diabète et d'insuffisance rénale.
En mars 2018, une commission britannique indépendante avait condamné ce traitement qu'il a subi durant six ans de détention après le putsch mené par l'actuel président, qui a occupé en 2012 le poste de chef d'état-major des armées. "Nous craignions que si Morsi ne bénéficiait pas d'une assistance médicale d'urgence, les dommages pour sa santé pourraient être permanents et même mortels. Malheureusement, nous avons eu raison", a affirmé hier le député britannique Crispin Blunt, en estimant que la "chaîne de responsabilités" pouvait remonter jusqu'à l'actuel président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Amnesty International et Human Rights Watch (HRW) ont réclamé une enquête indépendante. "Les autorités égyptiennes devraient faire l'objet d'une enquête pour les mauvais traitements infligés à l'ancien président Mohamed Morsi, décédé le 17 juin 2019 après des années d'accès insuffisant aux soins médicaux", lit-on dans un communiqué de HRW, exigeant que "le Conseil des droits de l'homme des Nations unies, dont la prochaine session s'ouvrira le 24 juin, ouvre une enquête sur les violations flagrantes des droits de l'homme en Egypte, notamment les mauvais traitements généralisés dans les prisons et la mort de Morsi".
Pour sa part, Amnesty International a dénoncé l'abus dont a été victime l'ancien président, démocratiquement élu en 2012, après la fin de 30 ans de règne sans partage de Hosni Moubarak. L'ONG s'est dit "choquée par la nouvelle de la mort de Mohamed Morsi au cours de son audience", appelant les autorités égyptiennes à "ouvrir immédiatement une enquête concernant les circonstances de la mort et de la détention de Mohamed Morsi ainsi que sur le suivi médical dont il faisait l'objet", lit-on dans le communiqué d'AI. "En tant que détenu, les autorités égyptiennes étaient responsables du suivi médical dont faisait l'objet Mohamed Morsi", a affirmé Magdalena Mughrabi, directrice adjointe de la zone Mena au sein d'Amnesty. Pour rappel, Mohamed Morsi a été enterré dans la nuit de lundi à mardi, en toute discrétion dans un cimetière cairote en présence de sa famille.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.