CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU réclame une enquête indépendante
Décès de l'ex-président égyptien Mohamed Morsi
Publié dans Liberté le 19 - 06 - 2019

Un rapport de parlementaires britanniques avait déjà averti contre le risque d'un décès brutal de l'ex-chef d'Etat égyptien en détention, en raison du traitement inhumain qu'il a subi en prison.
Plusieurs voix se sont élevées hier pour demander aux autorités égyptiennes l'ouverture d'une enquête indépendante sur la mort de l'ex-président Mohamed Morsi, survenu lundi lors de son procès, six ans après sa destitution par l'actuel chef d'Etat Abdel-Fattah al-Sissi. "Toute mort soudaine en prison doit être suivie d'une enquête rapide, impartiale, minutieuse et transparente menée par un organe indépendant afin de faire la lumière sur la cause du décès", a déclaré Rupert Colville, porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'Homme. "Comme l'ancien président Mohamed Morsi était détenu par les autorités égyptiennes au moment de sa mort, l'Etat a la responsabilité de s'assurer qu'il était traité humainement et que son droit à rester en vie et à être soigné a été respecté", a-t-il estimé, rappelant les "inquiétudes" exprimées sur l'état de santé du défunt président en détention et le risque de mourir à n'importe quel moment, en raison de son maintien à l'isolement 23 heures par jour alors qu'il souffrait de diabète et d'insuffisance rénale.
En mars 2018, une commission britannique indépendante avait condamné ce traitement qu'il a subi durant six ans de détention après le putsch mené par l'actuel président, qui a occupé en 2012 le poste de chef d'état-major des armées. "Nous craignions que si Morsi ne bénéficiait pas d'une assistance médicale d'urgence, les dommages pour sa santé pourraient être permanents et même mortels. Malheureusement, nous avons eu raison", a affirmé hier le député britannique Crispin Blunt, en estimant que la "chaîne de responsabilités" pouvait remonter jusqu'à l'actuel président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Amnesty International et Human Rights Watch (HRW) ont réclamé une enquête indépendante. "Les autorités égyptiennes devraient faire l'objet d'une enquête pour les mauvais traitements infligés à l'ancien président Mohamed Morsi, décédé le 17 juin 2019 après des années d'accès insuffisant aux soins médicaux", lit-on dans un communiqué de HRW, exigeant que "le Conseil des droits de l'homme des Nations unies, dont la prochaine session s'ouvrira le 24 juin, ouvre une enquête sur les violations flagrantes des droits de l'homme en Egypte, notamment les mauvais traitements généralisés dans les prisons et la mort de Morsi".
Pour sa part, Amnesty International a dénoncé l'abus dont a été victime l'ancien président, démocratiquement élu en 2012, après la fin de 30 ans de règne sans partage de Hosni Moubarak. L'ONG s'est dit "choquée par la nouvelle de la mort de Mohamed Morsi au cours de son audience", appelant les autorités égyptiennes à "ouvrir immédiatement une enquête concernant les circonstances de la mort et de la détention de Mohamed Morsi ainsi que sur le suivi médical dont il faisait l'objet", lit-on dans le communiqué d'AI. "En tant que détenu, les autorités égyptiennes étaient responsables du suivi médical dont faisait l'objet Mohamed Morsi", a affirmé Magdalena Mughrabi, directrice adjointe de la zone Mena au sein d'Amnesty. Pour rappel, Mohamed Morsi a été enterré dans la nuit de lundi à mardi, en toute discrétion dans un cimetière cairote en présence de sa famille.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.