Tipasa : interdiction de la circulation automobile de et vers la wilaya sauf les véhicules de transport de marchandises    Boxe : fin de la saison sportive 2019-2020    Plusieurs mesures en faveur des jeunes et des femmes rurales    Chanegriha met l'accent sur l'impératif d'adopter des critères objectifs lors de la désignation dans les postes et les fonctions    Le Directeur général de la sûreté nationale inaugure plusieurs structures de police à Oran    Gestion de la crise sanitaire : Carte blanche pour le wali de Sétif    494 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : Un déficit de 68000 milliards de centimes à la CNR    Une base militaire à nos frontières est une escalade    Ali Ghediri entame une grève de la faim    Le FFS pourrait quitter le PAD    Ahmed Ouyahia transféré au CHU Mustapha Pacha    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    RESERVES ENERGETIQUES : Le président Tebboune ordonne l'exploitation de tous les gisements    LE PREMIER MINISTRE A SIDI BEL ABBES : ‘'Encourager l'implication des jeunes dans le travail''    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : Deux morts et 128 blessés en 24 heures    ORAN : Quatre communes d'Ain Türck sans eau depuis 15 jours    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Vladimir Poutine    Troubles au Mali: les représentants de l'UA, Cédéao, ONU et UE appellent à "la retenue"    Industrie: Tebboune ordonne de promulguer les cahiers des charges avant le 22 juillet    Boukadoum en visite de travail lundi en Tunisie    «La situation dans la wilaya n'est pas catastrophique»    Un travailleur humanitaire tué dans l'ouest du pays    L'échéance repoussée d'un mois à l'autre    Les offrandes de Mahrez    La FAF prête à payer, mais sous condition    Sonatrach revoit sa stratégie de gestion    Démantèlement d'un réseau de trafic d'armes    Hommage à Idir, symbole de toute une génération    Zoom sur la culture, la nature et la beauté du pays    Sur les traces de "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie"    MC Oran : Les supporters du club mettent leur grain de sel    Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Les grands chantiers de réformes pour créer un nouveau modèle de croissance    Fête de l'indépendance: le Président Tebboune reçoit les vœux des présidents de plusieurs pays    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Large vague de dénonciation
Emprisonnement des porteurs de l'emblème berbère
Publié dans Liberté le 24 - 06 - 2019

La mise sous mandat de dépôt de manifestants qui ont porté vendredi l'emblème amazigh a fait réagir les partis et organisations de la société civile. La dénonciation est unanime. Tous demandent la libération des détenus. Les condamnations de militants qui ont porté l'emblème berbère lors des manifestations de vendredi dernier sont, pour le Parti des travailleurs, "arbitraires" et répondent "aux injonctions du chef d'état-major de l'ANP" prononcées lors de son dernier discours à Béchar. Selon un communiqué du bureau politique de ce parti rendu public hier, ces arrestations sont "arbitraires" et ces accusations sont "une autre dérive grave" qui ouvre la voie "à d'autres éventuels dérapages".
Le PT estime que porter le drapeau national et l'emblème amazigh est le signe de l'unité nationale. Le port de ces deux drapeaux est "un signe envoyé par les Algériens au pouvoir réel lui signifiant son unité", indique encore le document du Parti des travailleurs, dont la secrétaire générale, Louisa Hanoune, croupit toujours en prison malgré les innombrables demandes réclamant sa libération. Le PT considère que "l'unité du peuple algérien constitue la garantie réelle pour la sauvegarde de l'unité nationale sur tout le territoire national". Le PT demande d'abandonner les charges retenues contre les manifestants qui doivent "être libérés". De son côté, le premier secrétaire national du FFS, Belkacem Benameur, désigné par une partie du présidium de ce parti, a dénoncé dans un communiqué ces arrestations. Il estime que "cette provocation de plus traduit les intentions réelles du pouvoir qui tente (…) de détourner ou de venir à bout de la mobilisation pacifique extraordinaire des Algériennes et des Algériens pour se réapproprier leur droit à l'autodétermination".
Le FFS "exige la libération immédiate" des détenus et "exhorte le pouvoir à cesser toute forme d'intimidation et d'action visant le rétrécissement des libertés individuelles et collectives de nos concitoyens". Pour sa part, Mahmoud Rachidi, secrétaire général du Parti socialiste des travailleurs, a appelé à la création d'un réseau national de solidarité avec les détenus. "Au-delà de la division du hirak pour l'affaiblir, l'emprisonnement des manifestants portant l'emblème amazigh pourrait provoquer une réaction qui créerait les conditions ‘justifiant' une plus grande répression, voire la remise en place de l'état d'urgence", a écrit Rachidi sur les réseaux sociaux. Des organisations comme la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (Laddh) ou Rassemblement actions jeunesse (RAJ) ont également dénoncé ces arrestations "arbitraires" et demandent la libération des détenus. Des rassemblements étaient prévus, hier, en fin de journée dans des quartiers d'Alger.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.