Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La prise en charge des malades à revoir
Polyclinique de BEni Haoua (Chlef)
Publié dans Liberté le 26 - 06 - 2019

La polyclinique de Béni Haoua au nord-est du chef-lieu de la wilaya de Chlef, la seule infrastructure médicale qui existe dans toute la région, n'arrive plus à fournir les prestations de services nécessaires aux malades qui sont nombreux à la fréquenter quotidiennement. Ce sont les habitants de la commune qui l'ont révélé au moyen de leurs nombreuses déclarations et autres doléances adressées aux responsables administratifs compétents. D'après leurs témoignages, le constat est plus qu'amer et les solutions aux épineux problèmes posés sont loin d'être trouvées. "Cela fait bien longtemps que cet établissement médical ne donne aucune satisfaction. Les nombreux malades et surtout les cas urgents, à savoir les blessés et les accidentés entre autres sont, chaque fois, déçus par la mauvaise prise en charge médicale fournie par cette polyclinique. Celle-ci manque cruellement d'un personnel médical en mesure d'assurer aux malades les soins dont ils ont besoin. Aucun pédiatre, ni médecin spécialiste, ni encore une sage-femme n'existent au sein de cette polyclinique qui est également dépourvue de matériels médicaux et des médicaments nécessaires. Cela a trop duré. On n'en peut plus !", s'indignent de nombreux citoyens de Béni Haoua.
Pour évacuer leurs malades, les habitants locaux sont contraints de faire plus de 60 km afin de se rendre vers d'autres infrastructures médicales (hôpitaux, salles de soins, polycliniques) se trouvant soit à Chlef, soit dans la wilaya de Aïn Defla. Toujours selon les mêmes témoignages, combien de fois la situation des malades ou des accidentés se complique et devient dramatique en cours de déplacement? "Ce n'est pas aussi facile qu'on le croit d'évacuer, vers Chlef ou Aïn Defla, un malade dans un état grave ou encore une parturiente qui présente de sérieuses complications avant l'accouchement. Il nous est arrivé, maintes fois, de faire appel aux secouristes de la Protection civile en cours de route, à mi-chemin et parfois en pleine nuit, compte tenu de l'état critique dans lequel se trouve le malade évacué. Mais si notre polyclinique fonctionnait normalement et disposait ainsi de moyens humains et matériels indispensables, le problème ne se serait jamais posé", se plaignent encore nos interlocuteurs qui interpellent, au moyen de leurs multiples mouvements de protestation, le wali pour qu'une enquête soit faite sur les lieux afin de déterminer les responsabilités de chacun.

AHMED CHENAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.