Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Le verdict du procès des trois activistes de Béjaïa renvoyé au 8 juillet    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Le marché informel des télés offshore    Le pétrole progresse,    Les hôpitaux sont à nouveau sous pression    Pourquoi la population ne respecte pas les mesures barrières ?    Les explications de Météo Algérie    De lourdes peines de prison et saisies des biens    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    Répression contre l'opposition à Hong Kong    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    58e anniversaire de l'Indépendance: le Président Tebboune décrète une grâce présidentielle au profit de détenus    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Biskra face au rebond inquiétant des contaminations    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont source de tension dans la région    Le président de la République décide de réserver un quota de logements supplémentaire de 450 unités à Tindouf    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    LUTTE CONTRE LA CONTREBANDE : Arrestation de 29 personnes à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    SONATRACH ET ENI : Signature de trois accords gaziers    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    DECLARATION DU 1ER NOVEMBRE : Goudjil appelle à une interprétation plus approfondie    POUR INFRACTIONS AUX MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID 19 : 125 décisions de fermeture de commerces à Mascara    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Iris à la conquête des USA    L'extravagance toujours au menu    Kia se maintient en tête    171 projets retenus par le FCE    Le ciné-club virtuel qui crève les écrans    Ledjdar, une nouvelle publication dédiée au patrimoine    Hommage à l'artiste Bettina Heinen-Ayech    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    AGEX du GS pétrolier : Reportée au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    AADL: le site web de l'Agence ouvert au profit de 47.000 souscripteurs    Schengen ouvre ses frontières pour les Algériens    FAF: Qui succédera à Kheireddine Zetchi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La prise en charge des malades à revoir
Polyclinique de BEni Haoua (Chlef)
Publié dans Liberté le 26 - 06 - 2019

La polyclinique de Béni Haoua au nord-est du chef-lieu de la wilaya de Chlef, la seule infrastructure médicale qui existe dans toute la région, n'arrive plus à fournir les prestations de services nécessaires aux malades qui sont nombreux à la fréquenter quotidiennement. Ce sont les habitants de la commune qui l'ont révélé au moyen de leurs nombreuses déclarations et autres doléances adressées aux responsables administratifs compétents. D'après leurs témoignages, le constat est plus qu'amer et les solutions aux épineux problèmes posés sont loin d'être trouvées. "Cela fait bien longtemps que cet établissement médical ne donne aucune satisfaction. Les nombreux malades et surtout les cas urgents, à savoir les blessés et les accidentés entre autres sont, chaque fois, déçus par la mauvaise prise en charge médicale fournie par cette polyclinique. Celle-ci manque cruellement d'un personnel médical en mesure d'assurer aux malades les soins dont ils ont besoin. Aucun pédiatre, ni médecin spécialiste, ni encore une sage-femme n'existent au sein de cette polyclinique qui est également dépourvue de matériels médicaux et des médicaments nécessaires. Cela a trop duré. On n'en peut plus !", s'indignent de nombreux citoyens de Béni Haoua.
Pour évacuer leurs malades, les habitants locaux sont contraints de faire plus de 60 km afin de se rendre vers d'autres infrastructures médicales (hôpitaux, salles de soins, polycliniques) se trouvant soit à Chlef, soit dans la wilaya de Aïn Defla. Toujours selon les mêmes témoignages, combien de fois la situation des malades ou des accidentés se complique et devient dramatique en cours de déplacement? "Ce n'est pas aussi facile qu'on le croit d'évacuer, vers Chlef ou Aïn Defla, un malade dans un état grave ou encore une parturiente qui présente de sérieuses complications avant l'accouchement. Il nous est arrivé, maintes fois, de faire appel aux secouristes de la Protection civile en cours de route, à mi-chemin et parfois en pleine nuit, compte tenu de l'état critique dans lequel se trouve le malade évacué. Mais si notre polyclinique fonctionnait normalement et disposait ainsi de moyens humains et matériels indispensables, le problème ne se serait jamais posé", se plaignent encore nos interlocuteurs qui interpellent, au moyen de leurs multiples mouvements de protestation, le wali pour qu'une enquête soit faite sur les lieux afin de déterminer les responsabilités de chacun.

AHMED CHENAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.