La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Epidémie de Coronavirus: 573 091 décès dans le monde    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Le général-major Tlemsani installé dans ses nouvelles fonctions    Les pistes de relance    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Où en est la réflexion pour l'examen d'une proposition de création d'une caisse des retraites ?    Douanes: mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires au niveau national    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Pékin sanctionne un diplomate et trois parlementaires américains    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Le personnel soignant appelle à la prévention    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    De nouvelles structures sanitaires réquisitionnées    Repêchage d'un corps à Sidi-Djelloul    Le Premier ministre achève sa visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Belkhir Mohand-Akli, le chanteur folk kabyle    Migration clandestine: l'approche algérienne dans le traitement du phénomène présentée    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    Le confinement durci dans 9 communes    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liberté provisoire pour deux jeunes arrêtés mardi à Oran
Présentés devant le tribunal pour avoir porté le drapeau amazigh
Publié dans Liberté le 27 - 06 - 2019

Présentés, hier après-midi, devant le tribunal correctionnel de Cité-Djamel, à Oran, pour atteinte à la sûreté nationale (article 79 du code pénal utilisé pour réprimer les porteurs du drapeau amazigh) et outrage à corps constitué, Afifi Abderrahmane et Abdelhadi Abbès, deux jeunes "hirakistes", ont finalement été remis en liberté par le juge d'instruction. Selon l'un des avocats qui se sont constitués bénévolement, le procureur de la République avait requis le mandat de dépôt, mais le magistrat instructeur n'a pas suivi.
Ce qui a soulagé défenseurs des droits de l'Homme, animateurs associatifs et autres simples citoyens qui s'étaient rassemblés devant le tribunal dès le début de la matinée pour exiger leur libération. Les contestataires, qui avaient également dénoncé la répression qui s'abat sur les manifestants et appelé à une justice indépendante, se sont particulièrement élevés contre les conditions d'interpellation d'Abdelhadi Abbès mardi soir, à la fin du Forum politique du 1er-Novembre."Il a été littéralement kidnappé. Alors qu'il se trouvait à bord de son véhicule en compagnie de ses deux neveux âgés de 4 et 6 ans, des policiers se sont engouffrés dans la voiture et l'ont forcé à prendre la direction du siège de la sûreté de wilaya.
Les deux enfants ont été récupérés deux heures plus tard en état de choc", a raconté un témoin oculaire. La mère des deux enfants s'apprête, d'ailleurs, à porter plainte devant le procureur de la République. "Ils ont vraiment été traumatisés par leur mésaventure (…) Je vais déposer plainte devant la justice", a-t-elle confirmé devant le nouveau palais de justice où les manifestants ont organisé un autre sit-in de protestation après avoir effectué une marche de protestation depuis le tribunal correctionnel. "La police n'a pas le droit d'agir de la sorte, pas lorsqu'il s'agit de manifestants pacifiques, pas lorsqu'il s'agit d'enfants.
C'est une honte !", ont encore dénoncé les manifestants en scandant des slogans appelant à l'indépendance de la justice et à l'élargissement des détenus politiques. Pour rappel, plusieurs interpellations de porteurs du drapeau amazigh ont été opérées lors de la marche de vendredi dernier. Si nombre d'entre eux ont été relâchés sous la pression populaire, d'autres, en revanche, ont fait l'objet de poursuites judiciaires. Lundi dernier, trois porteurs de l'étendard vert et jaune ont été placés sous contrôle judiciaire par le juge d'instruction près le tribunal correctionnel de Cité-Djamel.

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.