Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    [Vidéos] Les manifestants exigent la libération des détenus d'opinion    Alger : Manif matinale face à une marée bleue    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Les compositions probables    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Des noms et des questions    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liberté provisoire pour deux jeunes arrêtés mardi à Oran
Présentés devant le tribunal pour avoir porté le drapeau amazigh
Publié dans Liberté le 27 - 06 - 2019

Présentés, hier après-midi, devant le tribunal correctionnel de Cité-Djamel, à Oran, pour atteinte à la sûreté nationale (article 79 du code pénal utilisé pour réprimer les porteurs du drapeau amazigh) et outrage à corps constitué, Afifi Abderrahmane et Abdelhadi Abbès, deux jeunes "hirakistes", ont finalement été remis en liberté par le juge d'instruction. Selon l'un des avocats qui se sont constitués bénévolement, le procureur de la République avait requis le mandat de dépôt, mais le magistrat instructeur n'a pas suivi.
Ce qui a soulagé défenseurs des droits de l'Homme, animateurs associatifs et autres simples citoyens qui s'étaient rassemblés devant le tribunal dès le début de la matinée pour exiger leur libération. Les contestataires, qui avaient également dénoncé la répression qui s'abat sur les manifestants et appelé à une justice indépendante, se sont particulièrement élevés contre les conditions d'interpellation d'Abdelhadi Abbès mardi soir, à la fin du Forum politique du 1er-Novembre."Il a été littéralement kidnappé. Alors qu'il se trouvait à bord de son véhicule en compagnie de ses deux neveux âgés de 4 et 6 ans, des policiers se sont engouffrés dans la voiture et l'ont forcé à prendre la direction du siège de la sûreté de wilaya.
Les deux enfants ont été récupérés deux heures plus tard en état de choc", a raconté un témoin oculaire. La mère des deux enfants s'apprête, d'ailleurs, à porter plainte devant le procureur de la République. "Ils ont vraiment été traumatisés par leur mésaventure (…) Je vais déposer plainte devant la justice", a-t-elle confirmé devant le nouveau palais de justice où les manifestants ont organisé un autre sit-in de protestation après avoir effectué une marche de protestation depuis le tribunal correctionnel. "La police n'a pas le droit d'agir de la sorte, pas lorsqu'il s'agit de manifestants pacifiques, pas lorsqu'il s'agit d'enfants.
C'est une honte !", ont encore dénoncé les manifestants en scandant des slogans appelant à l'indépendance de la justice et à l'élargissement des détenus politiques. Pour rappel, plusieurs interpellations de porteurs du drapeau amazigh ont été opérées lors de la marche de vendredi dernier. Si nombre d'entre eux ont été relâchés sous la pression populaire, d'autres, en revanche, ont fait l'objet de poursuites judiciaires. Lundi dernier, trois porteurs de l'étendard vert et jaune ont été placés sous contrôle judiciaire par le juge d'instruction près le tribunal correctionnel de Cité-Djamel.

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.