«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'onction qui trahit la manœuvre ?
La présidence a salué l'initiative du Forum de la société civile
Publié dans Liberté le 20 - 07 - 2019

Le chef de l'Etat par intérim a été très prompt à la détente. Sitôt la liste des 13 personnalités choisies par le Forum civil pour le changement pour mener la médiation et le dialogue rendue publique, la présidence de la République a vite fait d'apporter son onction à cette initiative, en la qualifiant de "pas positive". "Le chef de l'Etat a pris connaissance du contenu de la communication faite le 17 juillet 2019 par le Forum de la société civile pour le changement'' et considère qu'il s'agit d'"un pas positif dans le sens de la concrétisation de la démarche proposée par l'Etat", a indiqué la Présidence dans un communiqué rendu public jeudi 18 juillet.
Et d'ajouter : "En prenant cette louable initiative, la société civile apporte ainsi une contribution concrète à l'amorce d'un dialogue constructif et de bonne foi, auquel n'a cessé d'appeler le chef de l'Etat", s'est félicitée la Présidence, qui n'a pas manqué de mettre en exergue le soutien de l'armée à l'option du dialogue. "Ce dialogue, prôné également par notre Armée nationale populaire et sur lequel a insisté à maintes reprises M. le vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, qui s'est engagé à l'accompagner, reste l'unique moyen pour construire un consensus fécond, le plus large possible, de nature à permettre la réunion des conditions appropriées pour l'organisation, dans les meilleurs délais, de l'élection présidentielle, seule à même de permettre au pays d'engager les réformes dont il a tant besoin", a-t-elle souligné.
Cette proposition du Forum de la société civile est "de nature à servir de base pour la constitution du panel de personnalités nationales appelées à mener le processus de facilitation du dialogue", a estimé le chef de l'Etat par intérim, qui a assuré que "des consultations seront, donc, entreprises en vue de parvenir à la constitution de ce panel dont la composition définitive sera annoncée prochainement". Même l'identité des personnalités choisies par l'organisation présidée par Abderrahmane Arar pour manager le dialogue semble totalement agréer la Présidence et qui ne s'en est d'ailleurs pas caché. "Les personnalités proposées par le Forum sont de ce point de vue, et sous réserve de leur disponibilité, pleinement éligibles à l'accomplissement de cette noble mission au service de notre pays", s'est-elle félicitée.
Aussi, d'aucuns ne manqueront pas de s'interroger sur l'adoubement par la présidence de la République d'une initiative lancée par une entité (Forum de la société civile pour le changement) très peu connue sur la scène nationale et qui n'a fait que confectionner (et seule) une liste de personnalités à même de mener, selon elle, le dialogue et non pas d'autres initiatives (celle des syndicats autonomes par exemple) menées par des acteurs connus pour leur engagement de plusieurs années dans les luttes démocratiques (syndicales ou autres). Parce que la proposition du Forum de M.
Arar apporte de l'eau au moulin du chef de l'Etat par intérim qui, le 3 juillet dernier, à la veille de l'indépendance, a appelé à un dialogue inclusif qui sera "mené en toute liberté et en toute transparence par des personnalités nationales crédibles, indépendantes, sans affiliation partisane et sans ambition électorale". Possible. Contesté par le mouvement du 22 février et plus que jamais dos au mur, le régime de Bensalah, en mal de soutien, ne peut qu'être soulagé par une telle initiative qui apporte de l'eau à son moulin. Mais il n'est pas exclu que cette initiative soit une opération téléguidée par le pouvoir en place.
Et les éloges appuyés de la Présidence à son égard peuvent être, aux yeux de certains du moins, comme de bons arguments accréditant cette thèse.
D'où les premiers couacs enregistrés par cette initiative (la montée au créneau de la moudjahida Djamila Bouhired dont le nom a été inclus dans la liste sans son accord (c'est le cas aussi de Mouloud Hamrouche et d'Ahmed Taleb Ibrahimi) ou le "oui mais" de Me Bouchachi, de l'économiste Smaïl Lalmas et même de l'ancien président de l'APN Karim Younès, qui ont posé leurs conditions).

Arab CHIH


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.