Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le verdict reporté au 23 septembre    Régime sec    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Signature de six conventions avec Algérie Poste    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Les non-dits    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    Plaidoyer pour la reconnaissance officielle de la darija    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché
Après une immobilisation de plus de 45 jours à Gibraltar
Publié dans Liberté le 17 - 08 - 2019

"Notre pétrolier illégalement saisi a été relâché. Cette victoire, obtenue sans leur donner de concessions est le résultat d'une diplomatie puissante et d'une volonté forte de se battre pour les droits de la nation", a affirmé le porte-parole du gouvernement iranien.
Le pétrolier iranien Grace 1, immobilisé depuis début juillet à Gibralar, a été autorisé à lever l'ancre suite à une décision de la Cour suprême de Gibraltar. Le Chef du gouvernement de Gibraltar, Fabian Picardo, commentant cette décision, a expliqué avoir reçu des garanties et la promesse écrite de Téhéran de ne pas envoyer en Syrie, frappée par un embargo de l'Union européenne, la cargaison du navire estimée à 2,1 millions de barils de pétrole. Le 4 juillet, le Grace 1 a été arraisonné par la police de Gibraltar et les forces spéciales britanniques justifiant que le navire iranien se rendait en Syrie.
"Nous avons privé le régime d'Assad en Syrie de plus de 140 millions de dollars de pétrole brut", a déclaré Fabian Picardo. La libération du Grace 1 a toutefois suscité la colère des Etats-Unis qui semblent mal digérer cette décision. Et pour cause, peu avant l'autorisation de justice accordée au navire iranien, Washington a saisi les autorités de Gibraltar pour obtenir le prolongement de l'immobilisation du pétrolier en Méditerranée. "Le ministère américain de la Justice a demandé la saisie du Grace 1 en alléguant un certain nombre de motifs qui sont en train d'être examinés", a précisé un porte-parole du gouvernement de Gibraltar. Peine perdue.
Le président de la Cour, le juge Anthony Dudley, a déclaré qu'il n'avait pas été saisi par écrit d'une telle demande qualifiée de "tentative de piraterie", par l'Iran. La "tentative de piraterie" américaine a échoué, s'est réjoui jeudi, sur Twitter le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. M. Zarif a profité de cette occasion pour fustiger "le niveau de mépris qu'a l'administration (du président américain Donald Trump) pour la loi. Les Etats-Unis avaient tenté d'abuser du système judiciaire et de voler les biens (iraniens) en haute mer", a-t-il ajouté.
Hier, l'Iran a également démenti avoir donné des garanties sur la destination de son pétrolier arraisonné, puis relâché par Gibraltar, dont les autorités disent avoir reçu une promesse écrite de Téhéran sur le fait qu'il n'irait pas en Syrie. Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Abbas Moussavi, a affirmé que son pays n'avait pas fait une telle promesse. "L'Iran n'a donné aucune garantie concernant le fait que le Grace 1 n'irait pas en Syrie", a-t-il affirmé, cité par un site de la chaîne de télévision d'Etat, Irib.
"La destination du pétrolier n'était pas la Syrie (...) et même si c'était le cas, cela n'est l'affaire de personne". "Notre pétrolier illégalement saisi a été relâché. Cette victoire, obtenue sans leur donner de concessions, est le résultat d'une diplomatie puissante et d'une volonté forte de se battre pour les droits de la nation", a affirmé encore le porte-parole du gouvernement iranien.
De son côté, le vice-directeur des ports iraniens et de l'organisation maritime, Jalil Eslami, a annoncé que le navire allait partir en Méditerranée sous pavillon iranien, et non panaméen. Au lendemain de l'arraisonnement du Grace 1 à Gibraltar, le 4 juillet, les Iraniens ont à leur tour saisi un navire britannique en signe de représailles.
Le 19 juillet, l'Iran a immobilisé dans le détroit d'Ormuz, le Stena Impero, soupçonné de "non-respect du code maritime international", une décision vue comme une mesure de représailles par la Grande-Bretagne. Jeudi, le Royaume-Uni a redemandé à Téhéran de relâcher ce pétrolier. "Il n'y a pas de comparaison ni de lien entre la saisie ou l'attaque de navires de commerce par l'Iran dans le détroit d'Ormuz et l'application de sanctions européennes contre la Syrie par le gouvernement de Gibraltar", a déclaré un porte-parole du Foreign office.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.