Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché
Après une immobilisation de plus de 45 jours à Gibraltar
Publié dans Liberté le 17 - 08 - 2019

"Notre pétrolier illégalement saisi a été relâché. Cette victoire, obtenue sans leur donner de concessions est le résultat d'une diplomatie puissante et d'une volonté forte de se battre pour les droits de la nation", a affirmé le porte-parole du gouvernement iranien.
Le pétrolier iranien Grace 1, immobilisé depuis début juillet à Gibralar, a été autorisé à lever l'ancre suite à une décision de la Cour suprême de Gibraltar. Le Chef du gouvernement de Gibraltar, Fabian Picardo, commentant cette décision, a expliqué avoir reçu des garanties et la promesse écrite de Téhéran de ne pas envoyer en Syrie, frappée par un embargo de l'Union européenne, la cargaison du navire estimée à 2,1 millions de barils de pétrole. Le 4 juillet, le Grace 1 a été arraisonné par la police de Gibraltar et les forces spéciales britanniques justifiant que le navire iranien se rendait en Syrie.
"Nous avons privé le régime d'Assad en Syrie de plus de 140 millions de dollars de pétrole brut", a déclaré Fabian Picardo. La libération du Grace 1 a toutefois suscité la colère des Etats-Unis qui semblent mal digérer cette décision. Et pour cause, peu avant l'autorisation de justice accordée au navire iranien, Washington a saisi les autorités de Gibraltar pour obtenir le prolongement de l'immobilisation du pétrolier en Méditerranée. "Le ministère américain de la Justice a demandé la saisie du Grace 1 en alléguant un certain nombre de motifs qui sont en train d'être examinés", a précisé un porte-parole du gouvernement de Gibraltar. Peine perdue.
Le président de la Cour, le juge Anthony Dudley, a déclaré qu'il n'avait pas été saisi par écrit d'une telle demande qualifiée de "tentative de piraterie", par l'Iran. La "tentative de piraterie" américaine a échoué, s'est réjoui jeudi, sur Twitter le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. M. Zarif a profité de cette occasion pour fustiger "le niveau de mépris qu'a l'administration (du président américain Donald Trump) pour la loi. Les Etats-Unis avaient tenté d'abuser du système judiciaire et de voler les biens (iraniens) en haute mer", a-t-il ajouté.
Hier, l'Iran a également démenti avoir donné des garanties sur la destination de son pétrolier arraisonné, puis relâché par Gibraltar, dont les autorités disent avoir reçu une promesse écrite de Téhéran sur le fait qu'il n'irait pas en Syrie. Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Abbas Moussavi, a affirmé que son pays n'avait pas fait une telle promesse. "L'Iran n'a donné aucune garantie concernant le fait que le Grace 1 n'irait pas en Syrie", a-t-il affirmé, cité par un site de la chaîne de télévision d'Etat, Irib.
"La destination du pétrolier n'était pas la Syrie (...) et même si c'était le cas, cela n'est l'affaire de personne". "Notre pétrolier illégalement saisi a été relâché. Cette victoire, obtenue sans leur donner de concessions, est le résultat d'une diplomatie puissante et d'une volonté forte de se battre pour les droits de la nation", a affirmé encore le porte-parole du gouvernement iranien.
De son côté, le vice-directeur des ports iraniens et de l'organisation maritime, Jalil Eslami, a annoncé que le navire allait partir en Méditerranée sous pavillon iranien, et non panaméen. Au lendemain de l'arraisonnement du Grace 1 à Gibraltar, le 4 juillet, les Iraniens ont à leur tour saisi un navire britannique en signe de représailles.
Le 19 juillet, l'Iran a immobilisé dans le détroit d'Ormuz, le Stena Impero, soupçonné de "non-respect du code maritime international", une décision vue comme une mesure de représailles par la Grande-Bretagne. Jeudi, le Royaume-Uni a redemandé à Téhéran de relâcher ce pétrolier. "Il n'y a pas de comparaison ni de lien entre la saisie ou l'attaque de navires de commerce par l'Iran dans le détroit d'Ormuz et l'application de sanctions européennes contre la Syrie par le gouvernement de Gibraltar", a déclaré un porte-parole du Foreign office.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.