Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les 12 commandements de la phase transitoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il avait été intercepté par la marine iranienne: Le pétrolier algérien libéré après 75 mn de blocage
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 07 - 2019

Le pétrolier algérien « MESDAR » de 2.000.000 de barils de capacité, bloqué vendredi dernier, pendant 75 minutes, par la marine nationale iranienne a été libéré le jour même suite aux contacts d'Alger avec Téhéran, a indiqué, hier, la compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach. «Le vendredi 19 juillet 2019, le navire pétrolier MESDAR a été bloqué à 19h30 par la marine nationale iranienne, pendant 01h15mn, et a été libéré à 20h45 immédiatement après le contact des autorités algériennes avec leurs homologues iraniennes», a rapporté un communiqué de Sonatrach. Cette dernière avait annoncé, samedi dernier, que son pétrolier a été contraint vendredi de mettre le cap vers les eaux territoriales iraniennes par les garde-côtes de la marine iranienne, au moment où il traversait le détroit d'Ormuz. Selon la même source, le navire se dirigeait, en fait, vers Tanura pour charger du pétrole brut pour le compte de la compagnie chinoise UNIPEC.
Dans ce même communiqué de presse, Sonatrach avait fait savoir que le suivi de cette affaire a été assuré par une cellule de crise mise en place par les ministères de l'Energie et des Affaires étrangères, précisant qu'«aucun incident humain ou matériel n'a été enregistré». Pourtant, l'ambassade d'Iran à Alger a démenti, samedi, dans un communiqué adressé à la presse l'information publiée par plusieurs médias. La chancellerie iranienne a expliqué que le navire algérien «a poursuivi dans la nuit de vendredi son itinéraire vers la destination initiale qu'il avait choisie», soulignant que l'information telle qu'elle avait été donnée par les différents médias «locaux et régionaux» est dénuée de tout fondement et «dictée par les propagandes médiatiques concernant la situation qui prévaut actuellement dans la région».
L'arraisonnement du tanker algérien intervient dans un contexte de haute tension dans la région qui a vu également un pétrolier battant pavillon britannique arraisonné, le même jour, dans le détroit d'Ormuz. Arraisonné vendredi pour «non-respect du Code maritime international» par les Gardiens de la Révolution, le Stena Impero, dont le propriétaire est suédois, a été emmené au port de Bandar Abbas (sud de l'Iran), selon les autorités portuaires locales. Cette saisie est survenue quelques heures après la décision de la Cour suprême de Gibraltar (extrême sud de l'Espagne) de prolonger de 30 jours la détention d'un pétrolier iranien, le Grace 1, arraisonné le 4 juillet par les autorités de ce territoire britannique, et soupçonné de vouloir livrer du brut à la Syrie en violation des sanctions européennes contre Damas. L'Iran a nié cette accusation et dit qu'il riposterait à cet acte de «piraterie».
Pour le chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt, la saisie du Stena Impero est une mesure de représailles à celle du Grace 1. «C'est œil pour œil, dent pour dent», a-t-il déclaré, assurant que les situations des deux pétroliers n'avaient rien à voir. «Le Grace 1 a été [saisi] légalement dans les eaux de Gibraltar [...] en violation des sanctions de l'UE. [...] Le Stena Impero a été saisi dans les eaux omanaises en violation flagrante du droit international.». La région du Golfe et du détroit d'Ormuz, par où transite un tiers du pétrole acheminé par voie maritime sur la planète, se trouve au cœur des tensions, sur fond de bras de fer entre l'Iran et les Etats-Unis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.