Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne
Il était écrivain, journaliste et militant
Publié dans Liberté le 21 - 08 - 2019

Le 28 juin 1997, un avion en provenance de Paris atterrit à l'aéroport d'Alger. Il transportait la dépouille d'un moudjahid, décédé dans un hôpital parisien et qui devait être enterré au cimetière d'El-Alia. De nombreux officiels algériens étaient au bas de la passerelle pour saluer la mémoire du disparu.
Le lendemain, des funérailles grandioses lui furent organisées, en présence de représentants de l'Etat, de compagnons de combat et d'une foule nombreuse. Le moudjahid s'appelait Serge Michel, de son vrai nom Lucien Douchet, né le 22 juillet 1922 à Saint-Denis, en banlieue parisienne. Anticolonialiste, Serge Michel rejoint le mouvement national algérien au début des années 1950 en s'engageant dans l'UDMA de Ferhat Abbès.
Après le déclenchement de la guerre de Libération nationale, il devient membre du FLN et commence à écrire dans le journal clandestin La Résistance algérienne. Puis, il rejoindra Tunis pour travailler à "La Voix de l'Algérie", la radio de la Révolution. De 1957 à 1960, il sera rédacteur à El Moudjahid. En 1962, les autorités le chargent de récupérer des locaux administratifs coloniaux, dont le siège du gouvernement général.
À l'entrée, les gendarmes du poste de police (des Français) lui demandent de remplir une fiche. Sur l'objet de la visite, il écrit : "Prise du gouvernement général", puis, il monte sur le toit pour hisser le drapeau national à la place de l'emblème français. Mais il reste chevillé à sa passion: le journalisme. Il fut rédacteur en chef à l'APS et participa activement au lancement de nouveaux organes de presse comme El Chaâb, Alger ce soir…
Il s'attela ensuite à la formation des journalistes, parmi lesquels les futurs grandes plumes Kamel Belkacem et Bachir Rezzoug. "Serge Michel s'intéressa aussi au cinéma, travaillant notamment pour la société de production Casbah-films, grâce à laquelle le film de Yacef Saâdi et Gillo Pontecorvo, La Bataille d'Alger put voir le jour. Fêtard invétéré, poète et fort en gueule, Serge Michel, qui côtoya Kateb Yacine et croisa Jean Sénac, était l'un des rares "pieds-rouges" à avoir fait sa vie en Algérie.
C'est grâce à l'entremise de son ami le commandant Azzedine qu'il s'était décidé, à la fin des années 1980, à s'installer dans le Sud algérien, à Ghardaïa, pour raisons de santé" (journal Le Monde). Ami de Patrice Lumumba et de nombreux intellectuels et révolutionnaires africains, Serge Michel contribua au lancement de journaux dans plusieurs pays du continent où il connut des déboires comme sa condamnation à mort après l'assassinat de Patrice Lumumba. Il ne dut son salut qu'à sa fuite du pays.
Il était également écrivain (Uhuru Lumumba, essai-Julliard 1962, Nour le voilé, roman-Seuil 1982), poète : "Quand j'étais Nègre, Le Nègre courant d'aires, Nègre volontaire du Congo, Titulaire de Guinée-Bissau, On m'avait dit de ne pas dire, Que là-haut quelque part, Au septième ciel, Il y a comme un trou, Pas un trou noir, Un trou bleu dans le ciel noir…" (extrait du livre de la fille de Serge Michel, Marie-Joëlle Rupp, intitulé Serge Michel, un libertaire de la décolonisation, Ibis Press-2007).
En 1994, il quitta le Mzab où il s'était installé pour raisons de santé, et se rend en France : "Il laisse au désert ses dernières désillusions, un peu de son âme, et son double.
Et c'est avec un cruel déchirement que, en cette fin du printemps 1994, il prend l'avion pour Paris"(Rupp). Malgré des déceptions sur l'évolution du régime, en dépit du terrorisme, de sa maladie, son rêve était de revenir en Algérie, son vrai pays. Son état de santé l'a empêché de le revoir, mais son rêve est exaucé : pour l'éternité, il repose en Algérie, ce pays pour lequel il s'était battu et qu'il aimait tant.

ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.