Le général Kaidi nommé à la tête du DEP    COMMUNICATION : Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    LA SPECULATION ET LA FRAUDE : Rezig annonce la radiation des commerçants coupables    OUARGLA :Une fille de 9 ans succombe au Covid-19    Le premier président de la Cour suprême et la présidente du Conseil d'Etat font don d'un mois de leurs salaires    MESURES PREVENTIVES CONTRE LECOVID-19 : Les visites dans les maisons de retraite interdites    Report des examens d'attestation de niveau    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    JM Oran-2022: "ambitions revues à la hausse"    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Chay : "La JSK a toujours fait preuve de solidarité dans les moments difficiles"    Abdelouahab Fersaoui condamné à une année de prison ferme    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Les feuilles de l'automne    Les écoles privées aux abonnés absents    La détresse des ouvriers accentuée    L'infrangible lien…    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Impact de la pandémie de Covid-19 : Allégement des mesures fiscales pour les entreprises    Elle était la première femme parachutiste de l'Algérie post-indépendance : Décès de Mme El Moussaoui Fatima    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    Division nationale amateur - Ouest: Entre satisfactions et déceptions    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Le président du RAJ condamné à un an de prison    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne
Il était écrivain, journaliste et militant
Publié dans Liberté le 21 - 08 - 2019

Le 28 juin 1997, un avion en provenance de Paris atterrit à l'aéroport d'Alger. Il transportait la dépouille d'un moudjahid, décédé dans un hôpital parisien et qui devait être enterré au cimetière d'El-Alia. De nombreux officiels algériens étaient au bas de la passerelle pour saluer la mémoire du disparu.
Le lendemain, des funérailles grandioses lui furent organisées, en présence de représentants de l'Etat, de compagnons de combat et d'une foule nombreuse. Le moudjahid s'appelait Serge Michel, de son vrai nom Lucien Douchet, né le 22 juillet 1922 à Saint-Denis, en banlieue parisienne. Anticolonialiste, Serge Michel rejoint le mouvement national algérien au début des années 1950 en s'engageant dans l'UDMA de Ferhat Abbès.
Après le déclenchement de la guerre de Libération nationale, il devient membre du FLN et commence à écrire dans le journal clandestin La Résistance algérienne. Puis, il rejoindra Tunis pour travailler à "La Voix de l'Algérie", la radio de la Révolution. De 1957 à 1960, il sera rédacteur à El Moudjahid. En 1962, les autorités le chargent de récupérer des locaux administratifs coloniaux, dont le siège du gouvernement général.
À l'entrée, les gendarmes du poste de police (des Français) lui demandent de remplir une fiche. Sur l'objet de la visite, il écrit : "Prise du gouvernement général", puis, il monte sur le toit pour hisser le drapeau national à la place de l'emblème français. Mais il reste chevillé à sa passion: le journalisme. Il fut rédacteur en chef à l'APS et participa activement au lancement de nouveaux organes de presse comme El Chaâb, Alger ce soir…
Il s'attela ensuite à la formation des journalistes, parmi lesquels les futurs grandes plumes Kamel Belkacem et Bachir Rezzoug. "Serge Michel s'intéressa aussi au cinéma, travaillant notamment pour la société de production Casbah-films, grâce à laquelle le film de Yacef Saâdi et Gillo Pontecorvo, La Bataille d'Alger put voir le jour. Fêtard invétéré, poète et fort en gueule, Serge Michel, qui côtoya Kateb Yacine et croisa Jean Sénac, était l'un des rares "pieds-rouges" à avoir fait sa vie en Algérie.
C'est grâce à l'entremise de son ami le commandant Azzedine qu'il s'était décidé, à la fin des années 1980, à s'installer dans le Sud algérien, à Ghardaïa, pour raisons de santé" (journal Le Monde). Ami de Patrice Lumumba et de nombreux intellectuels et révolutionnaires africains, Serge Michel contribua au lancement de journaux dans plusieurs pays du continent où il connut des déboires comme sa condamnation à mort après l'assassinat de Patrice Lumumba. Il ne dut son salut qu'à sa fuite du pays.
Il était également écrivain (Uhuru Lumumba, essai-Julliard 1962, Nour le voilé, roman-Seuil 1982), poète : "Quand j'étais Nègre, Le Nègre courant d'aires, Nègre volontaire du Congo, Titulaire de Guinée-Bissau, On m'avait dit de ne pas dire, Que là-haut quelque part, Au septième ciel, Il y a comme un trou, Pas un trou noir, Un trou bleu dans le ciel noir…" (extrait du livre de la fille de Serge Michel, Marie-Joëlle Rupp, intitulé Serge Michel, un libertaire de la décolonisation, Ibis Press-2007).
En 1994, il quitta le Mzab où il s'était installé pour raisons de santé, et se rend en France : "Il laisse au désert ses dernières désillusions, un peu de son âme, et son double.
Et c'est avec un cruel déchirement que, en cette fin du printemps 1994, il prend l'avion pour Paris"(Rupp). Malgré des déceptions sur l'évolution du régime, en dépit du terrorisme, de sa maladie, son rêve était de revenir en Algérie, son vrai pays. Son état de santé l'a empêché de le revoir, mais son rêve est exaucé : pour l'éternité, il repose en Algérie, ce pays pour lequel il s'était battu et qu'il aimait tant.

ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.