Mohamed Sbahi dément sa convocation par la justice    Nabila Smaïl démissionne de l'APW de Tizi Ouzou    18 mois de prison pour Brahim Laâlami et un an pour les autres prévenus    Campagne de sensibilisation pour l'utilisation des TPE    La flamme de l'espoir    Adel Kansous, nouveau P-DG de l'Anep    Boumerdès : Faible reprise du marché du travail    L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Investiture controversée de Loukachenko au Bélarus : L'opposition redescend dans la rue    Le ministère de la Défense dénonce une atteinte à la sécurité    Le SG de l'ONU en appelle à la responsabilité des états    Téhéran dévoile un nouveau missile sur fond de tensions avec les états-Unis    Le ministre des Affaires étrangères à Tunis pour une visite de travail    La fille des Aurès    Les non-dits    Mandi buteur malheureux    Mohamed Ouadjaout dévoile ses propositions    Hamidou appelle à la promotion d'un tourisme responsable et durable    Prise en charge psychiatrique d'adolescents : Plaidoyer pour l'aménagement de structures d'hospitalisation    Plus de 10 ha partent en fumée    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les jeunes artistes à l'honneur    Un tribunal de la "raison" et de la "saison"    3 principaux bienfaits des sardines    Beni Amrane : Le déplacement de la stèle des martyrs contesté    Mutisme !    En solidarité avec le bâtonnier Sellini: Des avocats protestent à Alger    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les avis des partis et des personnalités    Guardiola encense de nouveau Mahrez    Sit-in des avocats à Alger    Report du procès en appel    Les contaminations continuent de baisser    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    «La rentrée culturelle doit être célébrée chaque année»    "L'Accord d'Alger" mis en exergue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un militant de toutes les révolutions
Serge Michel, un libertaire dans la décolonisation, de Marie Joëlle Rupp
Publié dans La Tribune le 05 - 10 - 2012


Photo : M. Hacène
Par Wafia Sifouane
Mais qui est donc Serge Michel ? Un homme mystérieux qui a su se glisser dans le monde en toute discrétion et surfer sur les vagues des révolutions sans pour autant laisser de traces. Fantôme de la révolution et grande gueule, Serge Michel, ou plutôt Lucien Douchet de son vrai nom, est un homme libertaire ayant un goût prononcé pour l'aventure. Le petit parisien, fils d'ouvrier, a su faire de sa vie un véritable roman et cela en multipliant les tâches, les aventures et les rencontres. Homme aux différentes facettes, il a fait récemment l'objet d'un livre, Serge Michel, un libertaire dans la décolonisation, qui dresse son portrait sous la plume de sa propre fille, Marie Joëlle Rupp. L'ouvrage vient d'être publié chez les éditions Apic (Algérie) et a été présenté lors du 17e Salon international du livre d'Alger. Ce livre inédit présente un personnage atypique, celui d'un petit parisien dadaïste, qui décide de tout lâcher pour venir en Algérie. En 1960, Serge Michel débarque dans une Algérie qui était encore sous l'emprise de la colonisation française. Dans ses pérégrinations, son chemin croise celui de Kateb Yacine et de son comparse M'Hamed Issiakhem. C'est alors que Serge décide de devenir journaliste et adhère au FLN. Dès lors, le jeune français devient un fidèle collaborateur du mouvement indépendantiste. Discret, à l'identité trouble, Serge se faufile un peu partout tel un agent double. Il effectue de nombreuses opérations pour l'Algérie encore colonisée et fait valoir son talent de journaliste et caricaturiste. Connu pour se lasser rapidement, Serge Michel devient par la suite le bras droit de l'ex-président congolais Patrice Lumumba, qu'il accompagnera jusqu'à la fin de son mandat. A Alger, Serge Michel est aussi l'interlocuteur de Che Guevara et Amilcar Cabral. Tout en assurant la promotion du FLN, Serge Michel prendra également part à la création de l'agence de presse nationale, Algérie presse service (APS). Il en deviendra même le premier journaliste à rédiger des dépêches. Homme au parcours tumultueux, Serge Michel a toujours vécu en entretenant une part de rêve dans tout ce qu'il a entrepris, brisant les obstacles et tutoyant les dangers, il a réussi à faire de sa vie un roman. Quant au côté libertaire de Serge Michel, il a toujours su le préserver et il est resté fidèle à cet esprit anarchiste d'une époque antérieure où le mot libertaire avait du sens, du bien réel. «Je crois que son souci a été de mettre son état d'esprit libertaire en accord avec la libération de l'Algérie et celle des colonies françaises», écrit Jean Claude Carrière dans la préface du livre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.