7 astuces pour brûler des graisses et gagner en muscles avec l'alimentation    PSG-OM : Neymar accusé à son tour de propos racistes    Les importateurs face à leur destin    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    Entretiens marathons de Boukadoum à Bamako: L'Algérie au chevet du Mali    Retrouver la grandeur américaine    Abdelmadjid Tebboune: «Partenaires de l'UE mais pas au détriment de notre économie»    COLERES ET ENTORSES    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Ain El Kerma: Découverte d'un troisième cadavre rejeté par la mer    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Tébessa: Trois morts dans une collision    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    «Khayrek sbaq»    Tebboune annonce des législatives anticipées    L'Algérie a opté pour "la protection du citoyen"    Les contaminations sous la barre des 200    Communiqué du Conseil des ministres    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Un ramassis de clichés et de mensonges    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Ighil prolonge d'une année    Le timing se précise    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Une opportunité de relance économique du secteur    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    Boukaroum exclu de l'AG    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal
Tamanrasset
Publié dans Liberté le 25 - 08 - 2019

Cette démarche chapeautée par les symboles du système abhorré a été contestée par certains activistes de la région de l'Ahaggar et par les véritables leaders de la révolution populaire.
Occuper illégalement une place publique pour y organiser un rassemblement ou un meeting non autorisé n'est pas une surprise pour le FLN qui a toujours bénéficié d'un traitement de faveur aux dépens des lois de la République. Mais attenter à l'autorité traditionnelle et œuvrer à la destitution de l'Amenokal en tentant de se réapproprier le titre du chef spirituel des Touareg de l'Ahaggar, là, c'en est une. Pourtant, c'est ce qui s'est passé, jeudi, à la place du 1er-Novembre de la ville de Tamanrasset en présentant au public l'ex-sénateur, Mustapha Amed, comme le nouveau rival de l'Amenokal de l'Ahaggar, Ahmed Edaber.
Agissant au nom de la société civile et après avoir épuisé toutes les chances de revenir sur la scène politique, l'ex-sénateur et le doyen des députés à Tamanrasset, Mahmoud Guemmama, ont ainsi choisi une manière qui s'apparente à une démonstration de force pour participer au dialogue, non en tant que représentants de l'ex-parti unique, mais en qualité de "leaders" des tribus relevant de Taïtok et de Tamesna.
La rencontre à laquelle ont pris part plusieurs personnes a été ainsi sanctionnée par une déclaration qui sonne comme une demande de participation au panel et, donc, à la commission contestée de Karim Younès. La déclaration lue à la fin de la rencontre mentionne plusieurs points déjà soulignés par le chef de l'Etat par intérim dans ses précédents discours, notamment ceux relatifs à l'installation d'une instance indépendante chargée de préparer, d'organiser et de superviser les élections et à l'organisation d'un dialogue national inclusif.
Cette démarche chapeautée par les symboles du système abhorré a, toutefois, été contestée par certains activistes de la région de l'Ahaggar et par les véritables leaders de la révolution populaire qui estiment que celui qui a été une partie dans la crise politique que vit notre pays ne peut jamais être convié à trouver des solutions à cette même crise. Moussa Wankila, activiste et porte-parole de l'Amenokal de l'Ahaggar, a qualifié cette démarche de "mascarade et de mise en scène des rescapés du FLN qui tentent de se refaire une virginité politique en exploitant la carte du tribalisme et du communautarisme dans l'Ahaggar".
Pour notre interlocuteur, "il est inadmissible, voire insensé, de présenter quelqu'un comme chef spirituel des tribus dont il ne fait même pas partie". Joint par téléphone, l'Amenokal de l'Ahaggar, Ahmed Edaber, revient, quant à lui, sur les déclarations faites en mars 2018 par les organisateurs de ce meeting qui, rappelons-le, pour dissuader les tribus targuies de prendre part au rassemblement décidé par leur chef spirituel, avaient publiquement renié l'existence de l'Amenokal et de l'autorité traditionnelle. "Je ne vois pas comment venir aujourd'hui apporter des déclarations contradictoires et nous parler d'un Amenokal qui est à peine soutenu par deux tribus de l'Ahaggar", peste M. Edaber.

RABAH KARECHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.