Syndicat national des magistrats: Des élections régulières, garantes de la légitimité populaire    Présidentielle du 12 décembre : Révision exceptionnelle des listes électorales dès ce dimanche    USA: La Fed baisse son taux directeur, la suite reste incertaine    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'impasse iranienne met en lumière un fossé croissant entre l'UE et les Etats-Unis    Match amical Algérie - Colombie : La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Supercoupe d'Algérie de hand : Le CRBBA (messieurs) et le GSP (dames) vainqueurs    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    14 postulants ont retiré les formulaires de souscription    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Les nouveaux walis délégués installés    Horreur à Oum El-Bouaghi    Des contrats gaziers à long terme prochainement renouvelés    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    L'Algérie 4e en Afrique et 38e au niveau mondial    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    MCO : Suite à la suspension de CEO... Les Hamraoua en colère !    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal
Tamanrasset
Publié dans Liberté le 25 - 08 - 2019

Cette démarche chapeautée par les symboles du système abhorré a été contestée par certains activistes de la région de l'Ahaggar et par les véritables leaders de la révolution populaire.
Occuper illégalement une place publique pour y organiser un rassemblement ou un meeting non autorisé n'est pas une surprise pour le FLN qui a toujours bénéficié d'un traitement de faveur aux dépens des lois de la République. Mais attenter à l'autorité traditionnelle et œuvrer à la destitution de l'Amenokal en tentant de se réapproprier le titre du chef spirituel des Touareg de l'Ahaggar, là, c'en est une. Pourtant, c'est ce qui s'est passé, jeudi, à la place du 1er-Novembre de la ville de Tamanrasset en présentant au public l'ex-sénateur, Mustapha Amed, comme le nouveau rival de l'Amenokal de l'Ahaggar, Ahmed Edaber.
Agissant au nom de la société civile et après avoir épuisé toutes les chances de revenir sur la scène politique, l'ex-sénateur et le doyen des députés à Tamanrasset, Mahmoud Guemmama, ont ainsi choisi une manière qui s'apparente à une démonstration de force pour participer au dialogue, non en tant que représentants de l'ex-parti unique, mais en qualité de "leaders" des tribus relevant de Taïtok et de Tamesna.
La rencontre à laquelle ont pris part plusieurs personnes a été ainsi sanctionnée par une déclaration qui sonne comme une demande de participation au panel et, donc, à la commission contestée de Karim Younès. La déclaration lue à la fin de la rencontre mentionne plusieurs points déjà soulignés par le chef de l'Etat par intérim dans ses précédents discours, notamment ceux relatifs à l'installation d'une instance indépendante chargée de préparer, d'organiser et de superviser les élections et à l'organisation d'un dialogue national inclusif.
Cette démarche chapeautée par les symboles du système abhorré a, toutefois, été contestée par certains activistes de la région de l'Ahaggar et par les véritables leaders de la révolution populaire qui estiment que celui qui a été une partie dans la crise politique que vit notre pays ne peut jamais être convié à trouver des solutions à cette même crise. Moussa Wankila, activiste et porte-parole de l'Amenokal de l'Ahaggar, a qualifié cette démarche de "mascarade et de mise en scène des rescapés du FLN qui tentent de se refaire une virginité politique en exploitant la carte du tribalisme et du communautarisme dans l'Ahaggar".
Pour notre interlocuteur, "il est inadmissible, voire insensé, de présenter quelqu'un comme chef spirituel des tribus dont il ne fait même pas partie". Joint par téléphone, l'Amenokal de l'Ahaggar, Ahmed Edaber, revient, quant à lui, sur les déclarations faites en mars 2018 par les organisateurs de ce meeting qui, rappelons-le, pour dissuader les tribus targuies de prendre part au rassemblement décidé par leur chef spirituel, avaient publiquement renié l'existence de l'Amenokal et de l'autorité traditionnelle. "Je ne vois pas comment venir aujourd'hui apporter des déclarations contradictoires et nous parler d'un Amenokal qui est à peine soutenu par deux tribus de l'Ahaggar", peste M. Edaber.

RABAH KARECHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.