Abdelmadjid Tebboune: «Partenaires de l'UE mais pas au détriment de notre économie»    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    Entretiens marathons de Boukadoum à Bamako: L'Algérie au chevet du Mali    Retrouver la grandeur américaine    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Ain El Kerma: Découverte d'un troisième cadavre rejeté par la mer    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Tébessa: Trois morts dans une collision    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    «Khayrek sbaq»    Communiqué du Conseil des ministres    L'Algérie a opté pour "la protection du citoyen"    Les contaminations sous la barre des 200    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    Real : Une offre à venir pour Cavani ?    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    Ces quatre nouveaux joueurs convoqués par Belmadi pour le prochain stage de l'EN    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Ighil prolonge d'une année    Le timing se précise    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Une opportunité de relance économique du secteur    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    Boukaroum exclu de l'AG    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un processus laborieux et de longue haleine
Récupération des fonds illicites détenus à l'étranger
Publié dans Liberté le 25 - 08 - 2019

Pour beaucoup de spécialistes en finances et en droit, la récupération des fonds illicites n'est pas impossible, mais néanmoins incertaine et complexe.
L'Algérie peut-elle prétendre à récupérer les fonds mal acquis transférés illicitement à l'étranger ? La question fait en tout cas partie, non seulement des revendications légitimes portées par le mouvement populaire du 22 février, mais aussi des perspectives souvent évoquées ces dernières semaines dans le discours officiel du gouvernement.
La lutte contre la corruption "n'atteindra ses objectifs qu'après la récupération des avoirs criminels que représentent les fonds détournés et qui constituent, à l'heure actuelle, une pierre angulaire aux niveaux national et international…", a, ainsi, déclaré, tout récemment, le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati.
Selon le garde des Sceaux, l'Algérie disposerait même "des mécanismes juridiques nécessaires pour récupérer les fonds détournés vers l'étranger", tout comme elle pourra s'appuyer, a-t-il fait valoir, sur la "Convention des Nations unies contre la corruption", qui permet notamment de renforcer la coopération avec les autres Etats pour faciliter la lutte contre ce fléau.
Qu'en est-il, cependant, dans la pratique ? Pour beaucoup d'experts en finances et de spécialistes en droit, la récupération des fonds illicites placés à l'étranger n'est, certes, pas impossible, mais néanmoins hypothétique, complexe et de très longue haleine. "Il est parfois impossible de faire l'inventaire des biens illicites et des infractions commises", nous explique, en ce sens, l'avocat d'affaires Nasr-Eddine Lezzar, ajoutant que l'établissement d'un lien entre les fonds concernés et l'infraction "est une condition difficile à réaliser dès lors que les avoirs sont blanchis, convertis ou transférés".
De plus, précise-t-il, même si de nombreux pays ont assoupli le principe du secret bancaire, "des résistances demeurent encore, notamment en France et en Suisse où atterrissent souvent les capitaux de chez nous". Cela étant, les recherches en vue de la récupération des fonds détenus illicitement, estime notre interlocuteur, "sont possibles et il suffit pour cela de cibler les richesses subites des uns et des autres", même si, a-t-il réitéré, les procédures qui ont le mérite d'exister en ce domaine "sont difficiles à mettre en œuvre, car elles ont un coût et exigent du temps et de la compétence".
Evoquant en définitive des informations laissant entendre que les patrons algériens poursuivis en justice "seraient prêts à restituer des biens contre un aménagement de leurs procès ou des remises de peine", Nasr-Eddine Lezzar estime, à ce propos, qu'une telle possibilité "permettrait à l'Etat de récupérer en quelques mois beaucoup plus que ce qu'il n'est pas sûr de récupérer en plusieurs années ou décennies".
Quoi qu'il en soit, par quelque bout qu'on les prenne, les procédures de récupération des fonds illicites sont très complexes et leur mise en œuvre "risque d'être très longue", comme nous l'explique, pour sa part, Raouf Boucekkine, professeur des universités et directeur de l'Institut d'études avancées d'Aix-Marseille (France). "Nous avons devant nous un vrai problème s'agissant de comportements criminels qui ont souvent bénéficié de techniques d'‘opacification' redoutables par les nombreux banksters (banquiers malhonnêtes, ndlr)", a-t-il avisé en ce sens.

Akli Rezouali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.