Syndicat national des magistrats: Des élections régulières, garantes de la légitimité populaire    Présidentielle du 12 décembre : Révision exceptionnelle des listes électorales dès ce dimanche    USA: La Fed baisse son taux directeur, la suite reste incertaine    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'impasse iranienne met en lumière un fossé croissant entre l'UE et les Etats-Unis    Match amical Algérie - Colombie : La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Supercoupe d'Algérie de hand : Le CRBBA (messieurs) et le GSP (dames) vainqueurs    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    14 postulants ont retiré les formulaires de souscription    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Les nouveaux walis délégués installés    Horreur à Oum El-Bouaghi    Des contrats gaziers à long terme prochainement renouvelés    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    L'Algérie 4e en Afrique et 38e au niveau mondial    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    MCO : Suite à la suspension de CEO... Les Hamraoua en colère !    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un processus laborieux et de longue haleine
Récupération des fonds illicites détenus à l'étranger
Publié dans Liberté le 25 - 08 - 2019

Pour beaucoup de spécialistes en finances et en droit, la récupération des fonds illicites n'est pas impossible, mais néanmoins incertaine et complexe.
L'Algérie peut-elle prétendre à récupérer les fonds mal acquis transférés illicitement à l'étranger ? La question fait en tout cas partie, non seulement des revendications légitimes portées par le mouvement populaire du 22 février, mais aussi des perspectives souvent évoquées ces dernières semaines dans le discours officiel du gouvernement.
La lutte contre la corruption "n'atteindra ses objectifs qu'après la récupération des avoirs criminels que représentent les fonds détournés et qui constituent, à l'heure actuelle, une pierre angulaire aux niveaux national et international…", a, ainsi, déclaré, tout récemment, le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati.
Selon le garde des Sceaux, l'Algérie disposerait même "des mécanismes juridiques nécessaires pour récupérer les fonds détournés vers l'étranger", tout comme elle pourra s'appuyer, a-t-il fait valoir, sur la "Convention des Nations unies contre la corruption", qui permet notamment de renforcer la coopération avec les autres Etats pour faciliter la lutte contre ce fléau.
Qu'en est-il, cependant, dans la pratique ? Pour beaucoup d'experts en finances et de spécialistes en droit, la récupération des fonds illicites placés à l'étranger n'est, certes, pas impossible, mais néanmoins hypothétique, complexe et de très longue haleine. "Il est parfois impossible de faire l'inventaire des biens illicites et des infractions commises", nous explique, en ce sens, l'avocat d'affaires Nasr-Eddine Lezzar, ajoutant que l'établissement d'un lien entre les fonds concernés et l'infraction "est une condition difficile à réaliser dès lors que les avoirs sont blanchis, convertis ou transférés".
De plus, précise-t-il, même si de nombreux pays ont assoupli le principe du secret bancaire, "des résistances demeurent encore, notamment en France et en Suisse où atterrissent souvent les capitaux de chez nous". Cela étant, les recherches en vue de la récupération des fonds détenus illicitement, estime notre interlocuteur, "sont possibles et il suffit pour cela de cibler les richesses subites des uns et des autres", même si, a-t-il réitéré, les procédures qui ont le mérite d'exister en ce domaine "sont difficiles à mettre en œuvre, car elles ont un coût et exigent du temps et de la compétence".
Evoquant en définitive des informations laissant entendre que les patrons algériens poursuivis en justice "seraient prêts à restituer des biens contre un aménagement de leurs procès ou des remises de peine", Nasr-Eddine Lezzar estime, à ce propos, qu'une telle possibilité "permettrait à l'Etat de récupérer en quelques mois beaucoup plus que ce qu'il n'est pas sûr de récupérer en plusieurs années ou décennies".
Quoi qu'il en soit, par quelque bout qu'on les prenne, les procédures de récupération des fonds illicites sont très complexes et leur mise en œuvre "risque d'être très longue", comme nous l'explique, pour sa part, Raouf Boucekkine, professeur des universités et directeur de l'Institut d'études avancées d'Aix-Marseille (France). "Nous avons devant nous un vrai problème s'agissant de comportements criminels qui ont souvent bénéficié de techniques d'‘opacification' redoutables par les nombreux banksters (banquiers malhonnêtes, ndlr)", a-t-il avisé en ce sens.

Akli Rezouali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.