Arkab présidera samedi la 179ème réunion de la conférence de l'OPEP    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    104 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    INSOUCIANCE ET LEGERE PRISE DE CONSCIENCE CITOYENNES : La difficile adaptation au port du masque à Tissemsilt    ADRAR : 8 ans de prison et 50 millions d'amende pour un vol à la tire    OCCUPANT LEUR HABITATION DE 52 ANS : Deux familles menacées d'expulsion à Oran    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Effondrement d'un vieil immeuble à la Casbah d'Alger    Ecoles privées: début des préinscriptions sur un litige du payement des frais scolaires    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Le Care critique les choix du gouvernement    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    La colère des américains ne baisse pas    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Pas de vote avant le départ du système !"
29e VENDREDI DE MOBILISATION à BéJAIA
Publié dans Liberté le 07 - 09 - 2019

L'élection présidentielle à laquelle appelle le patron de l'armée sera certainement boycottée par la majorité des Algériens.
La rue béjaouie a renoué, hier, avec la mobilisation populaire des grands jours, à la faveur de la marche du 29e vendredi de manifestations contre le système, qui intervient en pleine rentrée sociale et politique particulière.
En effet, plusieurs dizaines de milliers de citoyens, venus des quatre coins de la wilaya de Béjaïa et munis des deux drapeaux amazigh et national, ont battu le pavé dans l'après-midi d'hier, depuis la maison de la culture Taos-Amrouche jusqu'à l'ancienne ville.
Le rejet de l'agenda électoral du pouvoir et le maintien de la mobilisation citoyenne jusqu'à la chute définitive du régime ont été les principaux mots d'ordre de la nouvelle démonstration de force du mouvement populaire à Béjaïa.
Reprenant en chœur des slogans fort significatifs, les manifestants béjaouis ont surtout juré de ne pas aller voter avant le départ définitif du système et de ses symboles. "Wallah manvotiw hata trahlou gaâ", ont-ils scandé à tue-tête dans une ambiance festive. C'est dire que l'élection présidentielle à laquelle appelle le patron de l'armée sera certainement boudée par la majorité des Algériens, comme ce fut le cas de celle annoncée par l'actuel chef de l'Etat par intérim, prévue pour le 4 juillet passé.
Le message du hirak est on ne peut plus clair : il n'y aura pas d'élection sans le départ de toutes les figures du système, dont le chef d'état-major de l'ANP, le chef de l'Etat par intérim, le gouvernement Bedoui, le Sénat et la Chambre basse du Parlement, ainsi que le Conseil constitutionnel.
Même le panel de médiation et de dialogue que dirige Karim Younès, bien qu'il soit déjà discrédité, n'a pu échapper aux foudres des manifestants qui ont traité ouvertement ses membres de "traîtres" et de "larbins du régime militaire".
S'adressant aux tenants du pouvoir en place, les marcheurs ont crié haut et fort : "Ya hna ya n'touma, maranach habsine" (Ou c'est vous, ou c'est nous, nous n'allons pas nous arrêter), ou encore "Errahlou RND et FLN, errahlou houkouma wa el barlamane" (RND, FLN, gouvernement et Parlement, dégagez !). Une façon de réaffirmer leur détermination à en découdre avec le régime militaro-autoritaire qui a pris en otage la destinée de l'Algérie depuis l'indépendance.
Encore une fois, les Béjaouis n'ont pas été tendres avec le vice-ministre de la Défense nationale. "Asmaâ ya El Gaïd, dawla madania, machi âaskaria" (Ecoutez M. Gaïd Salah, nous voulons d'un Etat civil et non militaire), "Les Algériens sont des Amazighs", sont autant de slogans brocardant et dénonçant le premier responsable de l'institution militaire qui incarne, aux yeux des manifestants, le pouvoir réel en Algérie.
Par ailleurs, la déferlante humaine, qui brandissait tout au long de son parcours l'emblème national et le drapeau amazigh, n'a pas manqué de réitérer la revendication du mouvement populaire né le 22 février, à savoir "la libération immédiate et inconditionnelle de l'ensemble des détenus politiques et d'opinion", dont le grand moudjahid Lakhdar Bouregâa. "Ya Amirouche, ya El-Houès, el moudjahiddine fi lahbas", "Ya Abane, ya Krim, el khayen wella zaïm", a scandé la foule.

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.