DEFENSE NATIONALE : Un terroriste abattu et 4 éléments de soutien arrêtés    La justice va confisquer aux Hamel 10000 milliards de cts    TIPASA : Livraison de 1600 logements AADL    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les frères Kouninef condamnés de 12 à 20 ans de réclusion    REOUVERTURE DES FRONTIERES : Le professeur Fourar exclut la France    TRANSPORT DE VOYAGEURS : Une aide de 30 000 DA au profit des transporteurs    OUM EL BOUAGHI :Démantèlement d'un réseau international de trafic de drogues    SIDI LAKHADAR (MOSTAGANEM) : 11 harraga secourus et 37 autres interceptés    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    3 ans de prison requis contre Mohamed Djemai    La distribution de dizaines de milliers de logements programmée    Des peines de 12 à 20 ans de prison ferme    Report à fin octobre ou début novembre ?    Un terroriste abattu à Jijel    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    Le ministère de la Communication dépose une plainte contre M6    PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Révision de la Constitution : 58.628 inscrits à distance sur les listes électorales    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    La CAPC salue la volonté de l'Etat de réviser l'accord commercial Algérie-UE    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Neghiz face à la presse    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    AFN: le projet d'amendement de la Constitution "permettra d'aller vers des lois au service du citoyen"    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    Prorogation des promotions au 30 septembre    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    PAIX ET SERENITE    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Confessions de Tayeb Abdelli
"Matoub Lounès - Notes et souvenirs d'un compagnon de lutte"
Publié dans Liberté le 19 - 09 - 2019

Adulé par ses fans du titre de maître et jugé "infréquentable" par ses hâbleurs, l'existence de l'interprète A tarwa n lhif (enfants de la misère) n'était pas ce fleuve tranquille que s'imaginent les fans du regretté Matoub Lounès.
Que sait-on en réalité du regretté Matoub Lounès ? Rien ! Sinon qu'on a seulement à l'esprit la voix de l'enfant de Taourirt Moussa à l'aide de laquelle le poète a tracé la voie vers la liberté, car Avrid n izerfan yergel (le chemin des droits est obstrué) qu'il chantait ! Et s'il reste un inconnu pour ses fans de moins de 20 ans, le livre d'obédience révélations et intitulé Notes et souvenirs d'un compagnon de lutte, du poète Tayeb Abdelli, narre et éclaire l'itinéraire de ce "maquisard de la chanson" qui est balisé de succès, mais aussi d'engagement sur le front de la résistance et du refus.
D'essence pacifique, le nom du "Rebelle" (éd, Stock 1995) est intimement lié au combat et est l'égal de l'éloquence du verbe qu'il cueillait dans l'immensité de son âme. Son arme ? Le poète n'avait que sa rime et ses fils de mandole qu'il opposait au déni identitaire et au diktat de la secte de l'intolérance. Certes qu'elle n'est plus à présenter son étoile, puisqu'"elle brille au firmament de sa patrie, de son peuple, de sa Kabylie et de toute Tamazgha", a écrit l'écrivain, poète et journaliste Noufel Bouzeboudja en guise de préface.
Plus qu'un témoignage, l'empreinte littéraire de Tayeb Abdelli se veut un carnet de bord de l'amitié d'un duo d'aèdes qui osa l'irrigation de l'identité amazighe sur les sillons asséchés de l'interdit : "Si vous veniez à lire ce modeste ouvrage sur Lounès mon acolyte, sachez qu'il a été écrit dans les deux mois qui ont suivi son tragique assassinat."
C'est ainsi que l'auteur Tayeb Abdelli se confesse à l'aide d'un livre confessionnel où il avoue une utile complicité née au début de l'année 1978 dans le XVIIe à Paris et longtemps dissimulée avec le héraut des libertés qu'il fut de son vivant : "Nous étions des partisans de la vérité nue, crue, sans démagogie ni faux-fuyants.
Un chat est un chat." D'où l'opus A tidet rdju (vérité, attend !) que Matoub Lounès a écrit pour l'auteur qui était également un animateur à la radio d'Alger Chaîne II dite aussi chaîne kabyle. Adulé par ses fans du titre de maître et jugé "infréquentable" par ses hâbleurs, l'existence de l'interprète A tarwa n lhif (enfants de la misère) Matoub Lounès n'était pas ce fleuve tranquille que s'imaginent ses fans.
Loin s'en faut : "Certains de ses pourfendeurs sont miraculeusement devenus ses meilleurs amis, ce qu'ils n'ont jamais été de son vivant." De ce fait, l'auteur décrit beaucoup plus l'homme que l'artiste que fut ce Tafat n tlelli (lumière de la liberté), notamment l'enthousiasme et la sincérité dérangeante du défunt.
À dire vrai, le témoignage de Tayeb Abdelli, notamment sur le chemin du premier Olympia du 10 mai 1980 de Matoub Lounès, laissera le lecteur bouche bée : "Les imposteurs abjects ne dorment que quand l'eau dort." Autre aveu, la déclaration de Masin Ferkal et l'album de photos qui authentifient l'amitié de l'auteur avec Lounès Matoub.
Pour conclure, les notes et souvenirs de Tayeb Abdelli ne sont que l'épitaphe que l'auteur aurait aimé graver sur la pierre tombale de son ami Matoub Lounès, qu'il repose en paix.

Louhal Nourreddine
"Matoub Lounés. Notes et souvenirs d'un compagnon de lutte",
de Tayeb Abdelli, Ed. Aframed,
197 pages – 700 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.