Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Les avocats dénoncent les nouvelles taxes    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Le football local victime de bricolage    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Le rendez-vous de Benflis    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    En dépit du déficit: «Le système de sécurité sociale n'est pas en faillite»    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    Tizi Ouzou: Un mort et un blessé dans une fusillade    La convergence se dessine entre le politique et le syndical    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    «Papicha» ou le drame de la censure?    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    L'enseignement religieux : Une pratique séculaire dans les ksour et oasis de Ghardaïa    Syrie: Paix toujours fragile au deuxième jour de la trêve entre Turcs et Kurdes    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Jeux Méditerranéens 2021 : Noureddine Bedoui préside une réunion interministérielle consacrée aux préparatifs    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Des milliers de manifestants à Londres pour un second référendum    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Confessions de Tayeb Abdelli
"Matoub Lounès - Notes et souvenirs d'un compagnon de lutte"
Publié dans Liberté le 19 - 09 - 2019

Adulé par ses fans du titre de maître et jugé "infréquentable" par ses hâbleurs, l'existence de l'interprète A tarwa n lhif (enfants de la misère) n'était pas ce fleuve tranquille que s'imaginent les fans du regretté Matoub Lounès.
Que sait-on en réalité du regretté Matoub Lounès ? Rien ! Sinon qu'on a seulement à l'esprit la voix de l'enfant de Taourirt Moussa à l'aide de laquelle le poète a tracé la voie vers la liberté, car Avrid n izerfan yergel (le chemin des droits est obstrué) qu'il chantait ! Et s'il reste un inconnu pour ses fans de moins de 20 ans, le livre d'obédience révélations et intitulé Notes et souvenirs d'un compagnon de lutte, du poète Tayeb Abdelli, narre et éclaire l'itinéraire de ce "maquisard de la chanson" qui est balisé de succès, mais aussi d'engagement sur le front de la résistance et du refus.
D'essence pacifique, le nom du "Rebelle" (éd, Stock 1995) est intimement lié au combat et est l'égal de l'éloquence du verbe qu'il cueillait dans l'immensité de son âme. Son arme ? Le poète n'avait que sa rime et ses fils de mandole qu'il opposait au déni identitaire et au diktat de la secte de l'intolérance. Certes qu'elle n'est plus à présenter son étoile, puisqu'"elle brille au firmament de sa patrie, de son peuple, de sa Kabylie et de toute Tamazgha", a écrit l'écrivain, poète et journaliste Noufel Bouzeboudja en guise de préface.
Plus qu'un témoignage, l'empreinte littéraire de Tayeb Abdelli se veut un carnet de bord de l'amitié d'un duo d'aèdes qui osa l'irrigation de l'identité amazighe sur les sillons asséchés de l'interdit : "Si vous veniez à lire ce modeste ouvrage sur Lounès mon acolyte, sachez qu'il a été écrit dans les deux mois qui ont suivi son tragique assassinat."
C'est ainsi que l'auteur Tayeb Abdelli se confesse à l'aide d'un livre confessionnel où il avoue une utile complicité née au début de l'année 1978 dans le XVIIe à Paris et longtemps dissimulée avec le héraut des libertés qu'il fut de son vivant : "Nous étions des partisans de la vérité nue, crue, sans démagogie ni faux-fuyants.
Un chat est un chat." D'où l'opus A tidet rdju (vérité, attend !) que Matoub Lounès a écrit pour l'auteur qui était également un animateur à la radio d'Alger Chaîne II dite aussi chaîne kabyle. Adulé par ses fans du titre de maître et jugé "infréquentable" par ses hâbleurs, l'existence de l'interprète A tarwa n lhif (enfants de la misère) Matoub Lounès n'était pas ce fleuve tranquille que s'imaginent ses fans.
Loin s'en faut : "Certains de ses pourfendeurs sont miraculeusement devenus ses meilleurs amis, ce qu'ils n'ont jamais été de son vivant." De ce fait, l'auteur décrit beaucoup plus l'homme que l'artiste que fut ce Tafat n tlelli (lumière de la liberté), notamment l'enthousiasme et la sincérité dérangeante du défunt.
À dire vrai, le témoignage de Tayeb Abdelli, notamment sur le chemin du premier Olympia du 10 mai 1980 de Matoub Lounès, laissera le lecteur bouche bée : "Les imposteurs abjects ne dorment que quand l'eau dort." Autre aveu, la déclaration de Masin Ferkal et l'album de photos qui authentifient l'amitié de l'auteur avec Lounès Matoub.
Pour conclure, les notes et souvenirs de Tayeb Abdelli ne sont que l'épitaphe que l'auteur aurait aimé graver sur la pierre tombale de son ami Matoub Lounès, qu'il repose en paix.

Louhal Nourreddine
"Matoub Lounés. Notes et souvenirs d'un compagnon de lutte",
de Tayeb Abdelli, Ed. Aframed,
197 pages – 700 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.