Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Des urnes et des prospectus publicitaires brûlés    136 milliards de centimes de créances impayés    Des locaux et des terrains au profit des start-up    Le gouvernement s'engage à remettre sur pied GTH    Le Polisario sur l'ouverture de «consulats» dans les territoires sahraouis occupés : «C'est une violation de toutes les lois»    Trump et Biden multiplient les meetings    Nouvelle réunion de médiation à Genève    Une présidentielle à haut risque en Côte d'Ivoire    Haidar apporte son soutien aux manifestants    Face à une deuxième vague particulièrement virulente : Nouveau confinement d'un mois sur l'ensemble du territoire français    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    FAF-MCA, la guerre des communiqués    West Ham : Benrahma pourrait faire ses débuts ce dimanche face à Liverpool    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    Des directives pour accélérer les travaux    Les habitants du quartier changent les lampes grillées    Un combat reste toujours à mener    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Référendum sur l'amendement constitutionnel : ouverture de bureaux de vote à l'étranger    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Ligue 1– Amical : L'ASAM affrontera l'ASO cet après-midi    Wolves : Rayan Aït-Nouri décisif pour ses grands débuts (Vidéo)    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    Sahara occidental: toute dérobade au référendum d'autodétermination rend caduc le cessez-le-feu    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président du SNM déplore "l'absence de volonté politique"
Séparation des pouvoirs
Publié dans Liberté le 21 - 09 - 2019

Le président du Syndicat national des magistrats (SNM), Issad Mabrouk, a dressé, hier, un tableau pas très reluisant de la situation de l'institution judiciaire, en relevant "l'absence de volonté politique pour concrétiser le principe de la séparation des pouvoirs", avant de mettre en garde contre son instrumentalisation dans le cadre de la campagne de lutte contre la corruption en cours.
Dans son discours prononcé devant le conseil national du SNM, Issad Mabrouk a soutenu qu'"un aperçu objectif de la situation de la magistrature montre l'absence de volonté politique pour concrétiser le principe de la séparation des pouvoirs, ce qui a fait que le travail de la justice est instable, en fonction des conditions liées à chaque période". Et de relever : "L'instrumentalisation politique de la justice a révélé la justice de la nuit, ce qui se faisait se poursuit, et elle a porté atteinte aux principes de la justice qui est réclamée par tous, y compris par celui qui a le pouvoir de décision, mais sans la concrétiser dans les faits." Le président du SNM a particulièrement insisté sur le rôle du mouvement populaire, auquel ont pris part les magistrats et au nom duquel ils rendaient leurs jugements, leur permettant de se libérer des méthodes de la nuit et du harcèlement. Toutefois, il a estimé qu'il est impératif que "la légitimité juridique et la légitimé constitutionnelle soient en parfaite adéquation avec une plus forte légitimité, qu'est la légitimité populaire", d'autant que, a-t-il ajouté, "le peuple est la source de tout pouvoir conformément à l'article 7 de la Constitution". En abordant ensuite la lutte contre la corruption, Issad Mabrouk a fait remarquer que "la loi 01-06 donne les dispositions relatives à la prévention contre la corruption, avant les dispositions dissuasives", avant de soutenir : "Je ne suis pas là pour justifier ce phénomène qu'il faut affronter avec détermination, mais il ne faut pas que cela soit fait lors de campagnes conjoncturelles ou dans le cadre de la lutte d'intérêts, de règlement de comptes et de vengeance." Il a estimé que la lutte contre la corruption réalisera ses objectifs de façon concrète, en "traitant d'abord les raisons de ce phénomène et, ensuite, mener une lutte à partir de l'école, de la famille, des médias pour qu'intervienne la justice qui représente le dernier maillon du processus en appliquant les dispositions de la loi avec rigueur et équité".
Il a jugé que l'indépendance de la justice, réclamée par la corporation, nécessite "une prise de conscience des magistrats eux-mêmes qu'ils sont souverains dans leurs jugements et décisions et qu'ils ne doivent subir aucune influence extérieure quelle qu'en soit la provenance, de même qu'ils sont dans l'obligation de se conformer aux dispositions de la loi et à ce que leur dicte leur conscience, afin de prémunir les résultats de leurs travaux contre toute suspicion ou complot".
A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.