La vice-présidence confiée à l'Algérie    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Mohamed Rabie Meftah agresse Banouh    L'Algérie qualifiée au bout du suspense    Almas, 10e président en 7 ans    Saisie de 60 kilogrammes de viandes impropres à la consommation    Arrestation de 7 individus    Journée d'information sur le cancer du sein    La troupe de danse de Chengdu subjugue le public    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'Algérie et l'Italie partagent "une vision commune"    Le Sénat américain ouvre solennellement le procès en destitution de Trump    TLS Contact Algérie annonce de nouvelles procédures    Les manifestants dénoncent toute atteinte à l'unité nationale    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    Ghoulam dans le viseur    Belhocini se rapproche de l'Espérance    Adil Djabout fait son retour    «Eniem en voie de trouver des solutions à sa crise financière»    11 personnes arrêtées à Constantine    Un navire algérien bloqué en Belgique depuis décembre    Dernier délai aujourd'hui pour les inscriptions    Le smecta déconseillé aux enfants de moins de deux ans !    Le baril algérien a perdu près de 7 dollars en 2019    Tebboune recevra mardi prochain les responsables    Un colloque national sur la procédure de communication les 19 et 20 janvier    Le patrimoine et l'héritage culturels algériens à l'honneur    Evaluation de leur situation et des perspectives d'avenir au menu    La position de l'Algérie partagée par l'Italie    Réunion samedi du Conseil des ministres    Handball / CAN-2020 : l'Algérie domine le Congo et assure la qualification au 2e tour    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Djamel Ould Abbas de nouveau à la barre    TLEMCEN : Saisie de 117 bouteilles de spiritueux à Remchi    BEDRABINE EL MOKRANI (SIDI BEL ABBES) : Un ouvrier communal écrasé par une benne tasseuse    VOL ET BRAQUAGE DE CITOYENS A ORAN : Un groupe de motocyclistes sème la terreur    CORRUPTION DANS UNE BANQUE PUBLIQUE : Arrestation de 11 personnes impliquées à Constantine    PRATIQUES COMMERCIALES : Défaut d'affichage des prix à Mostaganem    LA FIRME ‘'ALPHYT'' EN COLLABORATION AVEC LA SRPV DE MOSTAGANEM : Journée de sensibilisation sur le traitement d'hiver des arbres fruitiers    TRIBUNAL DE BOUMERDES : L'ancien chef de la sûreté de Tipasa incarcéré    Le fils d'Amirouche porte plainte à cause de Mehenni    La FAF s'oppose à la domiciliation de la CAN Futsal 2020 dans la ville de Laâyoune occupée    Le moudjahid Mohamed Kechoud n'est plus    L'Algérie et l'Italie conviennent de renforcer la coordination et la concertation concernant la situation en Libye    Archives nationales: un colloque national sur la procédure de communication les 19 et 20 janvier    La pièce GPS du TNA primée au Festival du Théâtre arabe 2020    L'Algérie, la seule puissance arabe capable de rétablir les équilibres dans le dossier libyen    Batna : Ouverture du Café culturel "Thaziri" en présence de nombreux intellectuels de la ville    Le président du Conseil italien achève sa visite de travail en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procureur requiert 20 ans de prison
Procès de Toufik, Tartag, Saïd Bouteflika et louisa Hanoune
Publié dans Liberté le 25 - 09 - 2019

Le procureur de la République près le tribunal militaire de Blida a requis, hier, vingt ans de prison ferme contre la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, Saïd Bouteflika, le frère du président déchu, et les anciens patrons des services de renseignement le général de corps d'armée à la retraite Mohamed Mediène dit Toufik et le général-major Bachir Tartag.
Le procès Toufik, Tartag, Saïd Bouteflika et Louisa Hanoune, qui s'est ouvert lundi au tribunal militaire de Blida, s'est poursuivi hier. Le procureur a requis vingt ans de réclusion criminelle contre les quatre prévenus. Le tribunal a auditionné, dans la matinée, l'ancien patron du DRS le général de corps d'armée à la retraite Mohamed Mediène dit Toufik et, dans l'après-midi, la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune. L'audience d'hier s'est déroulée en l'absence, comme au premier jour, de l'ex-coordinateur des services secrets le général-major Bachir Tartag, mais en présence de Saïd Bouteflika qui, la veille, avait demandé à quitter l'audience et y a été autorisé. Il avait quitté le tribunal une demi-heure après le début du procès, après avoir refusé de répondre aux questions du magistrat. Convoqués en qualité de témoins dans l'affaire, l'ex-conseiller d'Abdelaziz Bouteflika Sid-Ali Boughazi, son secrétaire particulier Mohamed Rougab, l'ancien secrétaire général de la présidence de la République Habba Okbi, ainsi que quatre officiers chargés de l'écoute et de la gestion de la résidence Affia, où a eu lieu le 27 mars la rencontre secrète entre Saïd Bouteflika, le général Toufik et Louisa Hanoune, étaient présents à l'audience. Lors de son audition, le général Toufik a précisé, selon son avocat, Me Farouk Ksentini, au magistrat que la rencontre pour laquelle il est incriminé était une rencontre avec un conseiller du président encore en exercice et avait pour but de "proposer une personnalité nationale susceptible de résoudre la crise".
Abordant les circonstances de son entrevue avec l'ancien président de la République Liamine Zeroual, l'ancien patron du DRS, qui s'exprimait difficilement, a soutenu que c'est Saïd Bouteflika qui avait proposé de le désigner en tant que Premier ministre, avec les prérogatives d'un président, pour gérer la période de transition, après avoir décliné l'option des deux anciens Premiers ministres Ahmed Benbitour et Ali Benflis. Le général Toufik a affirmé que Zeroual était au début d'accord "de se mettre au service du pays" et lui a même "donné rendez-vous pour le 30 mars", chez lui à la "résidence de Moretti". Selon le même prévenu, le président Zeroual a décliné l'offre à la dernière minute, prétextant la détérioration de son état de santé et l'envergure prise par le hirak. Se défendant contre les accusations dont il fait l'objet, le général Toufik s'est dit victime de persécution, surtout depuis l'ouverture par ses services de certains dossiers de corruption. "Le président Bouteflika ne souhaitait pas l'ouverture du dossier Sonatrach. Ce qui m'a coûté mon poste", a affirmé l'ex-patron des services secrets.
Le magistrat a ensuite auditionné la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, pendant une heure. Loquace comme à son habitude, la prévenue a tenté de démonter une à une les accusations portées contre elle. "Toutes les tentatives de l'interrompre ont été vaines", nous dit-on. "Elle a défendu tout le monde en soutenant notamment qu'il fallait faire face à une situation", ajoute notre source, en l'occurrence la vacance de la présidence de la République à cause de l'incapacité de Bouteflika à gouverner le pays. Concernant Saïd Bouteflika, qui a été le premier accusé à être appelé à la barre lundi, le magistrat s'est suffi de la lecture de ses procès-verbaux durant l'instruction. Le magistrat a ensuite appelé à la barre le premier témoin, à savoir l'ex-conseiller de Bouteflika, ancien ministre de la Justice et président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaïz, pour recueillir son témoignage. À l'issue des auditions, le procureur a prononcé son réquisitoire, après quoi les avocats ont entamé leurs plaidoiries.
Nissa H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.