OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Saïd Bouhadja n'est plus    Images d'ailleurs, regards d'ici    Entre avancées et entraves    Sonelgaz menace    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procureur requiert 20 ans de prison
Procès de Toufik, Tartag, Saïd Bouteflika et louisa Hanoune
Publié dans Liberté le 25 - 09 - 2019

Le procureur de la République près le tribunal militaire de Blida a requis, hier, vingt ans de prison ferme contre la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, Saïd Bouteflika, le frère du président déchu, et les anciens patrons des services de renseignement le général de corps d'armée à la retraite Mohamed Mediène dit Toufik et le général-major Bachir Tartag.
Le procès Toufik, Tartag, Saïd Bouteflika et Louisa Hanoune, qui s'est ouvert lundi au tribunal militaire de Blida, s'est poursuivi hier. Le procureur a requis vingt ans de réclusion criminelle contre les quatre prévenus. Le tribunal a auditionné, dans la matinée, l'ancien patron du DRS le général de corps d'armée à la retraite Mohamed Mediène dit Toufik et, dans l'après-midi, la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune. L'audience d'hier s'est déroulée en l'absence, comme au premier jour, de l'ex-coordinateur des services secrets le général-major Bachir Tartag, mais en présence de Saïd Bouteflika qui, la veille, avait demandé à quitter l'audience et y a été autorisé. Il avait quitté le tribunal une demi-heure après le début du procès, après avoir refusé de répondre aux questions du magistrat. Convoqués en qualité de témoins dans l'affaire, l'ex-conseiller d'Abdelaziz Bouteflika Sid-Ali Boughazi, son secrétaire particulier Mohamed Rougab, l'ancien secrétaire général de la présidence de la République Habba Okbi, ainsi que quatre officiers chargés de l'écoute et de la gestion de la résidence Affia, où a eu lieu le 27 mars la rencontre secrète entre Saïd Bouteflika, le général Toufik et Louisa Hanoune, étaient présents à l'audience. Lors de son audition, le général Toufik a précisé, selon son avocat, Me Farouk Ksentini, au magistrat que la rencontre pour laquelle il est incriminé était une rencontre avec un conseiller du président encore en exercice et avait pour but de "proposer une personnalité nationale susceptible de résoudre la crise".
Abordant les circonstances de son entrevue avec l'ancien président de la République Liamine Zeroual, l'ancien patron du DRS, qui s'exprimait difficilement, a soutenu que c'est Saïd Bouteflika qui avait proposé de le désigner en tant que Premier ministre, avec les prérogatives d'un président, pour gérer la période de transition, après avoir décliné l'option des deux anciens Premiers ministres Ahmed Benbitour et Ali Benflis. Le général Toufik a affirmé que Zeroual était au début d'accord "de se mettre au service du pays" et lui a même "donné rendez-vous pour le 30 mars", chez lui à la "résidence de Moretti". Selon le même prévenu, le président Zeroual a décliné l'offre à la dernière minute, prétextant la détérioration de son état de santé et l'envergure prise par le hirak. Se défendant contre les accusations dont il fait l'objet, le général Toufik s'est dit victime de persécution, surtout depuis l'ouverture par ses services de certains dossiers de corruption. "Le président Bouteflika ne souhaitait pas l'ouverture du dossier Sonatrach. Ce qui m'a coûté mon poste", a affirmé l'ex-patron des services secrets.
Le magistrat a ensuite auditionné la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, pendant une heure. Loquace comme à son habitude, la prévenue a tenté de démonter une à une les accusations portées contre elle. "Toutes les tentatives de l'interrompre ont été vaines", nous dit-on. "Elle a défendu tout le monde en soutenant notamment qu'il fallait faire face à une situation", ajoute notre source, en l'occurrence la vacance de la présidence de la République à cause de l'incapacité de Bouteflika à gouverner le pays. Concernant Saïd Bouteflika, qui a été le premier accusé à être appelé à la barre lundi, le magistrat s'est suffi de la lecture de ses procès-verbaux durant l'instruction. Le magistrat a ensuite appelé à la barre le premier témoin, à savoir l'ex-conseiller de Bouteflika, ancien ministre de la Justice et président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaïz, pour recueillir son témoignage. À l'issue des auditions, le procureur a prononcé son réquisitoire, après quoi les avocats ont entamé leurs plaidoiries.
Nissa H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.