Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Canada : Une marche et un rassemblement devant le consulat d'Algérie à Montréal
A la une : les autres articles
Publié dans El Watan le 17 - 01 - 2011

Une centaine d'Algériens résidents à Montréal ont répondu à l'appel d'un collectif initié par le professeur Omar Aktouf et l'écrivaine Zehira Houfani et d'un comité composé principalement de jeunes Algériens vivant au Canada pour soutenir le soulèvement populaire en Algérie qui a eu lieu au début du mois en cours.
Emeutes de la faim ? Rien de plus faux. Les émeutes allaient au-delà de la protestation sur la hausse des prix de certaines denrées alimentaires, selon le collectif de solidarité avec les luttes du peuple algérien pour la démocratie et l'Etat de droit et du Comité de Soutien de Montréal.
«Le soulèvement populaire de ces derniers jours exprime le ras le bol des populations, des jeunes en particulier, marginalisés par des gouvernants embourgeoisés qui n'ont cure de leur désarroi. Ces jeunes, qui se comptent par millions et qui sont l'avenir de l'Algérie, ont besoin de notre soutien pour arracher leurs droits à la liberté et à une vie décente dans une Algérie libérée de la dictature et promue à l'Etat de droit», peut-on lire dans la déclaration du collectif.
Celle-ci a été remise, à l'issue du rassemblement, ce samedi, devant le siège de la représentation algérienne à Montréal, à un des vice-consuls présents au nom des manifestants par Oamr Aktouf, Zehira Houfani et Mehdi Nacer.
Le rassemblement a été précédé par une marche le long de la rue Sherbrooke malgré le légendaire froid canadien en ce mois de janvier. « Ni souker ni zite, bye bye les parasites » (ni sucre, ni huile, bye bye les parasites), « l'Algérie aux Algériens », « Bouteflika, Tewfik fossoyeurs de l'Algérie, Dehors », « le peuple algérien a le droit à la démocratie », «les dictatures au Maghreb, c'est fini, le peuple reprend ses droits », « l'état d'urgence, jusqu'à quand ? »… sont quelques uns des slogans brandis sur les pancartes des manifestants.
«Tunisia did it, Let's do it too » (la Tunisie l'a fait, faisons le aussi » renvoyait à ce qui se passe actuellement en Tunisie. Ironiquement, plus de 22 ans après les événements d'octobre 1988, les Algériens se retrouvent toujours à la case départ sur le plan des libertés démocratiques et économiques et sont réduits à jalouser leurs voisins dans leur révolte.
Bien que la « révolution du jasmin » focalise l'attention et s'impose dans les media locaux de Montréal, du Québec et du Canada, les organisateurs ont maintenu leur marche prévue bien avant.
Omar Aktouf, professeur aux HEC Montréal, estime pour El Watan que « Même si les situations en Algérie et en Tunisie sont comparables sur le plan de la misère et du chômage, l'Etat algérien a des moyens de répression plus important que ceux de l'Etat tunisien.» Il affirme que dans tout pays, si plus de 25% de la population n'a rien à perdre, la révolution n'est toujours pas loin. Il a appelé le premier ministre canadien, Stephen Harper, à s'inspirer de Barak Obama qui a convoqué l'ambassadeur tunisien avant la chute de Benali.
Pour Zehira Houfani, « la situation en Algérie ou en Tunisie est la même. C'est la même dictature. Le soutien occidental pour ces régimes est le même. Le prétexte du rempart anti-islamiste ou anti-terroriste ne tient pas la route ». D'ailleurs, l'appel du collectif soutient clairement que « Le peuple algérien étouffe depuis près de vingt ans sous les lois de l'état d'urgence et assiste impuissant au pillage de son pays par les barons locaux et les multinationales ».
Mehdi Nacer, jeune étudiant aux HEC Montréal, qui a été très actif sur Facebook pour mobiliser les jeunes d'origine algérienne estime que son groupe a voulu « témoigner de notre solidarité avec nos concitoyens et faire une communication positive autour de l'événement à Montréal».
Faisant montre d'une maturité politique, ce jeune Montréalais issu d'une famille aux antécédents syndicaux reconnus en Algérie, affirme que « le nombre de participants à l'événement importe peu. Quand on voit que ça va du bébé dans son berceau jusqu'aux grands-parents, on comprend bien que les gens sont conscients des enjeux en Algérie». Juste après ce rassemblement, plusieurs participants ont rejoint la grande manifestation pour la Tunisie qui s'est déroulé dans les rues du centre-ville de Montréal ou les organisateurs ont recensé près de 5 000 personnes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.