Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La chanson kabyle, vecteur des idées militantes
Un Colloque lui est consacré
Publié dans Liberté le 15 - 10 - 2019

La problématique identitaire dans la chanson engagée d'expression amazighe est le thème d'une conférence animée hier, durant la deuxième journée du 1er colloque international sur "La chanson kabyle et berbère : une quête identitaire et revendicative permanente" qu'abrite, depuis avant-hier, l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou.
Animée par Dr Koussila Alik, de l'Ummto, cette communication s'est portée sur la chanson engagée et ses liens avec la question identitaire. "Il s'agit de savoir en quoi la chanson kabyle actuelle exprime une identité porteuse d'un projet et d'une cause", a affirmé le conférencier.
À ce propos, le conférencier a expliqué que dès le début des années 2000, il y a eu déjà l'émergence des chants révolutionnaires, populaires et patriotiques. "La chanson ancienne constitue une source d'informations précieuses, puisqu'elle permet une meilleure connaissance du colonisateur, mais aussi de retracer une image parfaite de la société kabyle à cette époque-là", a-t-il développé. "Après l'indépendance, la chanson kabyle a abordé la question identitaire sous un autre aspect, en mettant en valeur, entre autres, la langue et la culture amazighes, qui ont été réprimées des années durant", a-t-il ajouté.
"Cela a favorisé l'apparition des chanteurs kabyles, en l'occurrence Slimane Azem, Imazighen Imoula, Abranis, Ideflawen, Lounis Aït Menguellet, Matoub Lounès, Zedek Mouloud qui ont évoqué la situation que traverse le pays après l'indépendance et son rapport à la question identitaire d'une manière générale", a soutenu Dr Alik, qui a défini la chanson engagée comme "un moyen d'expression pour véhiculer des idées militantes, contestataires ou même satiriques".
La chanson, a-t-il ajouté dans le même sillage, a toujours traduit les espoirs et les révoltes, et surtout soutenu des causes et accompagné l'histoire. "Dans le temps, la chanson a été véhiculée par les médias, la télévision, la radio... Actuellement, c'est à travers les réseaux sociaux qu'elle est transmise. Elle peut aussi être chantée sous différentes formes de musique : jazz, rock, pop, rap…", a-t-il terminé.
Pour sa part, Dr Allaoua Rabhi, de l'université de Béjaïa, a présenté une communication non moins importante sur "La poésie féminine en Kabylie : questions et réflexions". "La poésie féminine est un bon syntagme, dont les mots se situent au-delà des aspects dénotatifs et qu'on est en plein dans la connotation", a-t-il déclaré pour expliquer toute l'importance accordée au sens et non pas seulement aux mots dans la poésie féminine.
Le conférencier a ensuite relevé l'importance de la "dichotomie" dans la poésie masculine et féminine en soulignant que "si on excepte les problèmes d'attribution et qu'on n'admet pas qu'un poème récité par une femme soit un poème féminin, à ce moment-là il n'y a pas d'autres indices pour prouver que tel ou tel poème a pour auteur un homme ou une femme". "Les deux se valent en matière de création, et les différentes thématiques peuvent être ainsi chantées à la fois par l'homme et par la femme", a-t-il soutenu.

K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.