Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : L'Etat financera "la campagne électorale des jeunes''    LOGEMENTS LOCATION-VENTE A MOSTAGANEM : Les souscripteurs d'AADL 2 protestent devant la Wilaya    PROTECTION CIVILE DE MOSTAGANEM : Plus de 265 interventions en une semaine    ORGANISATION DES EXAMENS SEMESTRIELS A ADRAR : Des centres de proximité retenus par l'université    EL-BAYADH : La BRI arrête 4 individus faisant l'objet de mandats d'arrêt    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Révision de la loi électorale : La Commission a deux mois et demi pour soumettre son travail    Report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad    Un élément abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    Colère des transporteurs privés    Communiqué du Conseil des ministres (Texte intégral)    Boukadoum s'entretient à Bamako avec une délégation du CNSP    Fédération algérienne de handball : l'assemblée générale ordinaire fixée au 25 septembre    Foire agricole du 23 au 27 septembre à Alger: une occasion pour écouler les méventes    Coronavirus: 203 nouveaux cas, 124 guérisons et 7 décès    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    La justice à la recherche des complices de Haddad    Tebboune installe une commission pour l'amender    Une nouvelle vague d'anciens ministres concernée    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Où est l'Algérie ?    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La chanson kabyle, vecteur des idées militantes
Un Colloque lui est consacré
Publié dans Liberté le 15 - 10 - 2019

La problématique identitaire dans la chanson engagée d'expression amazighe est le thème d'une conférence animée hier, durant la deuxième journée du 1er colloque international sur "La chanson kabyle et berbère : une quête identitaire et revendicative permanente" qu'abrite, depuis avant-hier, l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou.
Animée par Dr Koussila Alik, de l'Ummto, cette communication s'est portée sur la chanson engagée et ses liens avec la question identitaire. "Il s'agit de savoir en quoi la chanson kabyle actuelle exprime une identité porteuse d'un projet et d'une cause", a affirmé le conférencier.
À ce propos, le conférencier a expliqué que dès le début des années 2000, il y a eu déjà l'émergence des chants révolutionnaires, populaires et patriotiques. "La chanson ancienne constitue une source d'informations précieuses, puisqu'elle permet une meilleure connaissance du colonisateur, mais aussi de retracer une image parfaite de la société kabyle à cette époque-là", a-t-il développé. "Après l'indépendance, la chanson kabyle a abordé la question identitaire sous un autre aspect, en mettant en valeur, entre autres, la langue et la culture amazighes, qui ont été réprimées des années durant", a-t-il ajouté.
"Cela a favorisé l'apparition des chanteurs kabyles, en l'occurrence Slimane Azem, Imazighen Imoula, Abranis, Ideflawen, Lounis Aït Menguellet, Matoub Lounès, Zedek Mouloud qui ont évoqué la situation que traverse le pays après l'indépendance et son rapport à la question identitaire d'une manière générale", a soutenu Dr Alik, qui a défini la chanson engagée comme "un moyen d'expression pour véhiculer des idées militantes, contestataires ou même satiriques".
La chanson, a-t-il ajouté dans le même sillage, a toujours traduit les espoirs et les révoltes, et surtout soutenu des causes et accompagné l'histoire. "Dans le temps, la chanson a été véhiculée par les médias, la télévision, la radio... Actuellement, c'est à travers les réseaux sociaux qu'elle est transmise. Elle peut aussi être chantée sous différentes formes de musique : jazz, rock, pop, rap…", a-t-il terminé.
Pour sa part, Dr Allaoua Rabhi, de l'université de Béjaïa, a présenté une communication non moins importante sur "La poésie féminine en Kabylie : questions et réflexions". "La poésie féminine est un bon syntagme, dont les mots se situent au-delà des aspects dénotatifs et qu'on est en plein dans la connotation", a-t-il déclaré pour expliquer toute l'importance accordée au sens et non pas seulement aux mots dans la poésie féminine.
Le conférencier a ensuite relevé l'importance de la "dichotomie" dans la poésie masculine et féminine en soulignant que "si on excepte les problèmes d'attribution et qu'on n'admet pas qu'un poème récité par une femme soit un poème féminin, à ce moment-là il n'y a pas d'autres indices pour prouver que tel ou tel poème a pour auteur un homme ou une femme". "Les deux se valent en matière de création, et les différentes thématiques peuvent être ainsi chantées à la fois par l'homme et par la femme", a-t-il soutenu.

K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.