Benzema : «Et pendant ce temps-là, les chiens aboient»    Coronavirus : 320 nouveaux cas,191 guérisons et 10 décès    Chanegriha instruit la GN de prendre toutes les mesures pour sécuriser les centres et bureaux de vote    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Le ministre hongrois des AE souhaite le renforcement des relations économiques bilatérales    Taoufik Makhloufi: "Je suis un athlète propre"    Cour d'Alger : début du procès en appel de Maheddine Tahkout    Foot/ Qualifications CAN-2021: programme des 3e et 4e journées    Arrestation d'un terroriste à Tlemcen    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    ZLECAf : Rezig prend part à la réunion préparatoire    Conférence nationale sur l'œuvre de Malek Bennabi: les participants appellent à réhabiliter sa pensée    Affaire Rooney : Un nouveau document qui enfonce le Camerounais    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Succès annoncé pour le colosse électrique    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    La deuxième vague de la Covid-19 pourrait plomber la mobilité    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    Sofiane Kherraz, Saied Abderraouf et Saïdoune Mohamed Anis, les dernières recrues    Trois ans de prison ferme requis contre l'activiste Yanis Adjlia    Changement dans la continuité    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    2 décès et 287 nouveaux cas    La mercuriale en roue libre à Sétif    Toyota en leader dans l'automobile    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    La clôture de la campagne référendaire mise en exergue par ses animateurs    Santé du président Tebboune : «Aucune inquiétude», selon la présidence    L'amendement de la Constitution: réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Le Vote Des Expatriés En Question    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rassemblement de protestation devant le siège de la wilaya de Béjaïa
FERMETURE DES éGLISES PROTESTANTES EN KABYLIE
Publié dans Liberté le 17 - 10 - 2019

Les membres de l'Eglise protestante d'Algérie (EPA) de la wilaya de Béjaïa disent être depuis quelque temps "sous pression", voire à la limite de la persécution. Un sentiment qui s'est accentué après que les responsables ont été informés de la mise sous scellés de trois nouveaux lieux de culte dans la wilaya de Tizi Ouzou. Ce qui va porter le nombre de fermetures à 12 en l'espace de 24 mois. Ils ont estimé, par conséquent, que "l'heure est grave", d'où l'organisation, hier, d'un second sit-in devant le siège de la wilaya de Béjaïa en l'espace d'une semaine. Aussi, ils étaient des dizaines à manifester, dans la matinée d'hier, en familles et avec des banderoles géantes, que les citoyens ont pu découvrir. Les membres de la communauté protestante ont été soutenus, une nouvelle fois, par des acteurs de la société civile et par de simples citoyens, engagés, pour certains d'entre eux, dans le hirak. Bien que le durcissement remonte à quelque 13 années, soit à la promulgation de la loi du 28 février 2006, qui restreint les conditions de la pratique des cultes non musulmans, les manifestants, notamment ceux qui activent dans le mouvement du 22 février, considèrent qu'"il s'agit là d'une fuite en avant des autorités pour diviser le hirak en essayant d'opposer les Algériens entre eux après avoir échoué à diviser les citoyens avec l'histoire du drapeau culturel amazigh et entre berbérophones et arabophones". Joint au téléphone, le président de l'EPA, Salah Chalah, nous a déclaré : "Nous dénonçons vigoureusement ces atteintes au droit de nos communautés à pratiquer leur culte, qui est pourtant garanti par la Constitution algérienne dans son article 42. Nous réclamons l'abrogation de la loi de 2006, qui, au lieu de contribuer — comme annoncé officiellement, à l'organisation du culte chrétien —, a toujours constitué un outil de persécution entre les mains des autorités." Pis encore, elle est comme "une épée de Damoclès suspendue sur la tête des chrétiens". Et d'expliquer : "On nous demande des autorisations, alors que la commission nationale des cultes, prévue dans le cadre de la loi 2006, n'a jamais siégé à ce jour. Aussi, les dossiers que l'EPA avait déposés, par le passé, auprès des Drag de Tizi Ouzou et de Béjaïa, conformément aux instructions du ministère de l'Intérieur, restent sans réponse." Pour lui, "il y a une volonté manifeste de fermer nos lieux de culte, car l'on refuse tout simplement d'accepter que des Algériens de souche embrassent la foi chrétienne". Et le communiqué rendu public avant-hier affirme : "Nous assistons, malheureusement, à une mise à mort programmée de la liberté de culte en Algérie, l'un des droits fondamentaux de l'homme, inscrit dans la Charte des Nations unies et consacré par la Constitution algérienne dans son article 42." Par ailleurs, l'EPA a tenu à informer l'opinion publique que "le seul motif invoqué par les autorités pour justifier ces fermetures, qualifiées d'‘abusives', de ces lieux de culte, à savoir ‘exercice de culte sans autorisation', n'a aucun fondement". Et pour cause : "L'EPA est légalement constituée et ce, depuis 1974. Son agrément est toujours valable", car elle a effectué toutes les démarches "de mise en conformité avec tous les textes législatifs et réglementaires parus depuis". Par conséquent, l'EPA a donc non seulement une existence légale, reconnue par l'Etat et ses textes de lois, "mais aussi effective, et elle a une activité permanente et ce, à l'échelle nationale. Toutes les églises dont les lieux de culte ont été mis sous scellés sont officiellement affiliées à l'EPA, et donc activent en toute légalité".

M. OUYOUGOUTE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.