Covid-19: 532 nouveaux cas, 474 guérisons et 9 décès    Le général Gouasmia nouveau commandant de la Gendarmerie    La défense de Khalida Toumi évoque une détention ‘'illégale''    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : 4 ans de prison requis contre le journaliste Khaled Drarni    Effondrement d'un tunnel minier à Ain Azal: Tebboune présente ses condoléances    INCENDIE A LA FORET DE CANASTEL (ORAN) : Deux hectares de pins d'Alep partis en fumée    CONSTANTINE : Saisie de 90 000 comprimés de psychotropes    Réouverture prochaine des mosquées: appel au respect des mesures préventives    JO-2020: "les athlètes d'élite ont besoin d'un suivi physique et mental individualisé"    Football : la LFP propose de baptiser le stade de Saïda au nom de Saïd Amara    Mandi, un autre Algérien en Premier League ?    Révision du calendrier des demi-finales    Marche des supporters de l'ES Sétif    Les travailleurs de l'Enad de Sour-el-Ghozlane en colère    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    El Mou'amara !    LE SOIR D'ALGERIE FÊTE SES 30 ANS    L'Assemblée générale extraordinaire du GS Pétroliers mercredi...    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Covid-19 et Toufik-34    Nouvelles de Tiaret    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    FAF - Après l'arrêt du championnat: Des dirigeants de clubs montent au créneau    Boulevard «Emir Abdelkader»: Un immeuble menaçant ruine suspend un arrêt du tramway    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Des départs plus grands !    DECOMPTE ET ANNIHILATION    Djerad parle d'"actions préméditées"    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Pour un élargissement des domaines de compétences    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    18 civils tués dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les messages émouvants des étudiants aux détenus d'opinion
Université de Bab Ezzouar
Publié dans Liberté le 22 - 10 - 2019

L'Université de Bab Ezzouar (USTHB) est, depuis dimanche, le théâtre d'une action de solidarité qui restera gravée dans les mémoires des étudiants. Une séance d'écriture à grande échelle durant laquelle des milliers d'étudiants se sont consacrés à coucher leur sentiment, leur opinion et leur solidarité sur le papier à remettre à des destinataires bien particuliers, à savoir les détenus d'opinion.
Et pour immortaliser ce geste d'exception, ils ont été nombreux à répondre à l'appel du cœur. C'est ainsi qu'ils ont pris le temps d'écrire, avec soin, à leurs camarades et à ceux qu'ils ont qualifiés de "symboles de la révolution" et d'"espoir de tout un peuple". Il est d'ailleurs quasi impossible de museler les jeunes même au prix de privation des libertés, car c'est aujourd'hui et là que se joue le chapitre le plus important de leur avenir. "Nous sommes solidaires avec nos camarades et tous les détenus d'opinion que nous ne lâcherons jamais.
Nous sommes aussi et surtout fidèles et profondément attachés à nos opinions et nos revendications que nous estimons légitimes", nous a déclaré, hier, Mohamed, un étudiant de l'USTHB et l'un de ceux à l'origine de cette initiative. Il déclare : "Nous avons reçu la visite de deux avocats pour nous parler et nous expliquer ce qui se passe. Ils nous ont dit que cela ferait beaucoup de bien d'écrire à nos camarades incarcérés depuis des mois.
Une idée qui a été longuement discutée dans le cercle des étudiants mobilisés pour le hirak. Et nous avons opté, à l'unanimité, pour la confection de boîtes aux lettres en carton dont chacune a été accompagnée du portrait de l'un des jeunes détenus pour recueillir un maximum de messages à transmettre aux concernés par le biais des avocats." "Du fond de vos cellules, lisez-nous", résument les écrits des étudiants lors de cette journée mémorable intitulée "Une lettre, un sourire".
Elle s'est soldée par des centaines de messages de solidarité très émouvants et des pensées pleines de détermination. "Il est important que nos amis et tous les détenus d'opinion sachent que nous n'avons jamais baissé les bras. Les arrestations arbitraires et la répression étaient prévisibles, car c'est leur dernière cartouche", nous a déclaré Sarah, étudiante en génétique, qui poursuit : "Cela est loin de nous arrêter ou nous décourager et nous continuerons jusqu'à atteindre notre but.
Je dis à mes amis étudiants et à tous les autres détenus : patience, l'issue est proche et l'histoire retiendra les sacrifices de chacun." Walid Aouissi, Dahmani Nour El-Houda Yasmina, Samira Messouci, Guessoum Cherif, Benzine Khair-Eddine, Idir Ali, Safi Tahar, Bekkis Bakir et bien d'autres noms trônent sur le grand tableau qui orne la place de l'université choisie pour abriter l'événement. Parmi cette liste de noms, une phrase résume l'aspiration de tout un peuple : "Osez la liberté, c'est tellement mieux."

Nabila SaIdoun


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.