Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chouicha libéré après plusieurs heures d'interrogatoire
Le président de LA Laddh à Oran arrêté par des agents en civil
Publié dans Liberté le 26 - 10 - 2019

Le président de la section d'Oran de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (Laddh), Kaddour Chouicha, a été relâché, jeudi, par la police peu après 18h. Son arrestation, le matin même, devant le tribunal de la cité Djamel où il participait à un rassemblement en soutien à une femme arrêtée lors de la manifestation du vendredi 18 octobre à cause d'une banderole brandie, a vite fait le tour de la Toile, alertant l'opinion publique sur son interpellation.
Le militant des droits de l'Homme a été gardé plus de sept heures à la brigade mobile de la police judiciaire de Dar El-Beïda. À sa sortie du commissariat, Kaddour Chouicha a expliqué avoir été arrêté par des agents en civil qui l'attendaient à proximité de sa voiture. "Je me suis dirigé vers mon véhicule pour y prendre une banderole et c'est à ce moment-là qu'ils m'ont embarqué", affirme le syndicaliste qui ajoute qu'il s'attendait à cette arrestation.
Arrivé au commissariat, Kaddour Chouicha qui apprend qu'il est accusé d'attroupement non autorisé, indique aux policiers qu'il ne répondra à aucune question, ne signera ni ne lira aucun PV d'audience. "Ils m'ont alors demandé mon téléphone portable que j'ai refusé de leur donner sans une perquisition du procureur de la République", ajoute Chouicha qui sera obligé de leur remettre son cellulaire après présentation dudit document.
À propos de la banderole représentant les détenus, dont Lakhdar Bouregaâ, on lui reproche qu'elle appelle à la désobéissance civile. Il précise en outre qu'on voulait le garder pour passer la nuit au commissariat et de fait le week-end avant d'être présenté devant la justice. La pression médiatique autour de la nouvelle de son arrestation a fait qu'il a été libéré mais sans son téléphone. Rappelons que, outre les citoyens qui ont dénoncé cette interpellation et appelé au soutien à Chouicha, le secrétariat national du FFS a exigé "sa libération immédiate et inconditionnelle".
Le RCD qui pense que cette arrestation a un lien avec la grève générale à laquelle ont appelé plusieurs syndicats autonomes, condamne "les arrestations arbitraires" en appelant à la libération "inconditionnelle" de tous les détenus d'opinion. Kaddour Chouicha, pour qui l'interpellation fait partie de la répression des citoyens, a expliqué que toutes les arrestations des symboles du mouvement populaire n'ont pas eu l'effet escompté à Alger alors «ils essayent d'appliquer ce procédé dans plusieurs régions du pays pour affaiblir le hirak".

Saïd OUSSAD


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.