Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    AADL: Lancement à la fin du mois en cours des travaux de réalisation de 140.000 logements    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Covid-19: Krikou inspecte l'application du protocole sanitaire à l'Ecole des jeunes sourds-muets de Rouiba    SEISME DE SKIKDA : Mise en place d'une cellule de crise    HOPITAL DE BLIDA : 17% du professionnel infectés par le Covid    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Accident de la circulation : plus de 2.400 morts au cours des 10 premiers mois de 2020    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    Milan AC : Nouveau match solide de Bennacer lors du succès face à Naples    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    Cinq joueurs ménagés    Youcef Belaïli compte s'«illustrer davantage»    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    La justice otage du virus    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    106 kg de viande et abats saisis    Colère après la mort d'un jeune dans un commissariat    Près de mille personnes verbalisées à El-Bayadh    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    L'enjeu de la crise à Guerguerat    Coupure d'internet : La longue souffrance à Aïn taya    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Le verdict attendu le 30 novembre    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    L'appel de la forêt    Les précisions de Linde Gas Algérie    L'engagement des dirigeants du G20    Le MCO dans la ligne de mire    El Guerguerat : La Mauritanie émet des réserves sur le 2e mur érigé par le Maroc    Grippe aviaire : les Pays-Bas abattent 190 000 poulets    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    El Tarf: Des pluies salvatrices pour l'agriculture    Retour à la case départ pour l'association dédiée au cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"J'ai voulu raconter cette ville qui m'habite encore"
Maya Boutaghou, professeure aux USA et auteure de "Voyage d'Alger"
Publié dans Liberté le 16 - 11 - 2019

Maya Boutaghou, docteur en littérature comparée à l'Université de Limoges, est professeur assistant dans le département de français de l'Université de Virginie (USA) où elle enseigne depuis 2008 la littérature comparée (arabe et français). À son actif de nombreux articles sur le monde arabe et la francophonie, ayant publié en France en 2016 un essai "Occidentalismes, romans historiques postcoloniaux et identités nationales au XIXe siècle", elle était présente au Sila 2019 pour présenter son premier roman "Voyage d'Alger" paru chez Aframed Editions. Interrogée sur son parcours et son premier roman, l'auteure a bien voulu répondre aux questions de "Liberté".
Liberté : Pourquoi avez-vous eu envie d'écrire ce roman, Voyage d'Alger ?
Maya Boutaghou : Il faut savoir que j'ai écrit ce roman en même temps que j'écrivais ma thèse de doctorat qui remonte à quelques années déjà. Mais je l'ai beaucoup retravaillé et réécrit entre-temps. Je l'ai d'abord soumis à des éditeurs en France, et j'ai reçu l'accord de quelques-uns d'entre eux, mais je devais retoucher quelques passages ou supprimer quelques autres en "retravaillant" mes dialogues ou expressions, chose que j'ai refusée de faire. Je voulais absolument garder l'esprit et l'esthétique choisis à escient pour mon roman
Etait-ce une manière de censurer le texte ?
Non, je ne pense pas que c'était une question de censure, mais plutôt une méconnaissance du terrain algérien, si je puis dire, et une "insensibilité" chez eux à notre réalité algérienne que j'avais besoin de garder intacte en la retranscrivant aussi fidèlement que possible dans mon roman Voyage d'Alger, à travers les dialogues de mes personnages. Je voulais que mon lecteur y retrouve ce français algérianisé, ce parler algérois, ce bilinguisme, ces expressions bien de chez nous que seul un éditeur algérien pouvait comprendre ; cette chronologie que j'ai voulu garder avec tous ses aspects "algérois" : urbanité, quotidien des années 90 à 2000, la culture, les relations… Et ce fut le cas avec mon éditeur Madani Guermouche qui a tout de suite compris le sujet et les nuances du roman, et j'en suis très contente. Notre collaboration dure depuis longtemps sur beaucoup de plans et là je suis devenue son auteure.
Quel a été l'écho du livre, puisqu'il a été publié cet été bien avant le Sila ?
J'ai eu des échos des journalistes qui l'ont lu et qui en ont fait l'éloge, je dois dire humblement. Et ce qui a frappé mes lecteurs surtout, c'est l'hyper réalisme du texte où ils se reconnaissent car mon histoire ressemble beaucoup à leur vécu qu'elle semble décrire à la perfection et en toute sensibilité, et j'en suis très contente car c'était entre autres mon but. Aussi beaucoup ont apprécié les rapports entre mes personnages qu'ils ont aussi trouvés réels et humains. Même mes lecteurs autres qu'Algériens ont aimé mes descriptions de ce quotidien qui les a fait connaître Alger et comprendre un peu la complexité des relations, en période de terrorisme et de violence certes, mais pour dire aussi qu'il y a eu la beauté, la jeunesse, l'amour, l'énergie de la résistance…
Quelle est la part de la femme dans ce roman ?
Mon personnage principal du roman est une femme, Lamia, mais elle n'est pas seule ; en fait, il n'y a pas une, mais plusieurs femmes autour desquelles se construit mon histoire, Sabrina, Zina, Aïda...
Il y a aussi un homme, Sofien, et quelques autres, mais le monde que je décris est vu et décrit par des femmes, de différentes générations, selon la vision d'une femme sur beaucoup de sujets : politique, société, culture… mais mon roman n'est pas un roman à thèse, j'ai juste voulu parler de cet Alger qui m'habite encore même si je n'y vis plus depuis longtemps.
J'ai voulu décrire cette ville que j'aime beaucoup et y faire vivre ou revivre mes personnages qui peuvent aussi habiter ailleurs qu'à Alger d'ailleurs, peu importe pour le lecteur car il peut y retrouver pas mal de ressemblances ou de vécus communs.
J'ai voulu aussi parler de ce quotidien de femme qui se bat au quotidien pour gagner sa place dans la société et qui doit toujours prouver doublement qu'elle est capable de gérer telle ou telle situation, mais sans pour autant faire dans la victimisation ou le drame car le problème de "citoyenneté" touche tout le monde.
La littérature algérienne est-elle connue et étudiée aux USA ?
Etant moi-même universitaire et professeur de littérature comparée, je donne à étudier des textes d'auteurs algériens à mes étudiants et ils apprécient de découvrir cette nouvelle littérature qu'ils ne connaissaient pas du tout, ou très peu pour certains grâce à quelques noms devenus connus à l'international, grâce à des prix et donc à la traduction. Mais il y a surtout je dois dire la littérature "féminine" qui est connue le plus car on semble s'intéresser beaucoup plus aux écrivains "femmes" comme Assia Djebar ou plus récemment Maïssa Bey qui plaît beaucoup. Il y a aussi Ahlem Mosteghanemi pour ce qui est de l'arabe. Mais il faut savoir aussi que notre littérature algérienne a du mal à se faire connaître directement sans se faire éditer en France ou se faire traduire ailleurs. Il y a un travail sérieux à faire là-dessus. Il arrive heureusement que la critique littéraire touche parfois certains auteurs algériens qui se font connaitre à travers ça, ou encore à travers des travaux de recherches universitaires ou de thèses d'étudiants, mais cela reste insuffisant vu toutes la richesse de cette production foisonnante que je vois aujourd'hui au Sila, et tous ces auteurs qui écrivent sans que leurs écrits traversent nos frontières pour être lus et appréciés ailleurs.

Entretien réalisé par : Samira Bendris-Oulebsir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.