Ligue 1: Le programme des rencontres de la 15ème journée    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    «La pensée libre» à la barre    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    LDC : Mendy libère le Real Madrid face à l'Atalanta    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers une grève générale de quatre jours
Le front anti-élection s'étend à Béjaïa
Publié dans Liberté le 02 - 12 - 2019

Le front anti-élection présidentielle du 12 décembre ne cesse de s'amplifier dans la wilaya de Béjaïa. En effet, parallèlement aux actions de rue qui rythment quotidiennement la scène locale, une grève générale de quatre jours, à savoir les 8, 9, 10, 11 décembre prochains, se profile à l'horizon. Les responsables de l'union de wilaya de l'UGTA et le coordinateur de wilaya de l'UGCAA (Union générale des commerçants et artisans algériens) se sont engagés, hier, devant les nombreux activistes du hirak qui ont envahi, dans la matinée, leurs sièges respectifs, à lancer un appel à la grève générale, tous secteurs confondus, pour les 8, 9, 10 et 11 du mois de décembre en cours.
Un mouvement de grève qui s'inscrit dans la perspective du "rejet massif du simulacre d'élection visant à régénérer le système", expliquent les animateurs du mouvement populaire à Béjaïa. Après avoir réussi à arracher l'engagement du "syndicat-maison" (UGTA) à appuyer l'initiative du hirak, le groupe de militants béjaouis ont pris langue avec les responsables de bon nombre d'entreprises économiques, relevant des secteurs public et privé, pour les inviter à adhérer au mot d'ordre de grève générale de quatre jours, en signe de protestation contre le passage en force du pouvoir en place.
"Tous les responsables des sociétés que nous avons rencontrés à Béjaïa ont été unanimes à afficher leur soutien aux actions menées dans le cadre de notre révolution pacifique. Du coup, nous tenons à rassurer l'ensemble des travailleurs de la région de l'engagement solennel pris par leurs employeurs quant à leur adhésion à ce mot d'ordre de grève générale de quatre jours", nous a déclaré, hier, Yanis Adjlia, l'un des activistes du hirak à Béjaïa.
À noter que les représentants du Pacte de l'alternative démocratique (PAD) de Béjaïa, qui regroupe des partis politiques de la mouvance démocratique, des syndicats autonomes et des organisations non gouvernementales, s'attellent à rejoindre cet appel à un débrayage de quatre jours pour renforcer davantage ce front anti-élection qui prend forme à une dizaine de jours de la date de la tenue du scrutin. C'est ce que nous a affirmé, hier, Rachid Bedjaoui, cadre du Parti des travailleurs (PT) et membre du PAD de Béjaïa.
Selon lui, les Forces du pacte de l'alternative démocratique, qui se sont engagées amplement dans le mouvement populaire né le 22 février, ne peuvent qu'adhérer aux initiatives visant à faire aboutir les revendications légitimes du peuple algérien qui rejette la mascarade électorale du 12 décembre, tout en exigeant le départ de toutes les figures du système et la mise en place d'une véritable transition démocratique.
Par ailleurs, il est à signaler que le siège de la daïra d'Adekar, à 50 km au nord-ouest de Béjaïa, a été pris d'assaut, hier, par de nombreux citoyens qui ont érigé un muret devant l'entrée de l'institution, en signe de rejet du scrutin présidentiel du 12 décembre. Les manifestants ont également réclamé, lors de ce rassemblement, la libération de tous les détenus d'opinion.

Kamel Ouhnia


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.