La hausse des prix alimente l'appétit des investisseurs, optimistes    Baisse drastique des réserves de change et dérapage accéléré de la cotation du dinar    Une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Plus de 100 kg de drogue saisis à Alger et 11 suspects arrêtés    L'Etat œuvre à redonner aux zones rurales un rôle pionnier économiquement    Les meilleures œuvres primées    L'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    Le portier algérien Oukidja suspendu pour cinq matches    «Soulagé d'être réhabilité»    Ligue des Champions: le MCA s'impose au Sénégal face au Teungueth FC    Procès en appel de l'auteur présumé de l'assassinat d'Ali Tounsi : Le colonel Chouaib Oultache condamné à la prison à vie    INESG: ouverture des travaux d'une journée d'étude portant sur la guerre del'information    Une responsable sahraouie appelle les organisations féminines à travers le monde à protéger les sahraouies des exactions marocaines    Le FFS éloigne la perspective de sa participation aux prochaines élections    Arsenal : Le successeur de Lacazette déjà trouvé ?    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Qui s'y frotte s'y pique    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Les matchs amicaux face à la Côte d'Ivoire et la Zambie officialisés    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Les attaques de l'armée sahraouie contre les forces armées marocaines s'intensifient    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Imposante mobilisation à Alger    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Crimes commis à l'étranger: Un projet de loi pour la déchéance de la nationalité    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Les rentiers cachés de la République    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le chantage turc à l'Otan sur les Kurdes-Syriens
Menace sur LE plan de l'Alliance en Pologne et dans les pays baltes
Publié dans Liberté le 04 - 12 - 2019

Le président français et Erdogan se sont mutuellement accusés, avec échange d'insultes, faisant ainsi passer les enjeux mondiaux au second plan. Hier, Trump s'en est pris lui aussi à Macron.
Le sommet de l'Alliance atlantique (Otan), qui fête aujourd'hui ses 70 ans, s'est ouvert hier à Londres sur fond de tensions entre ses membres provoquée par la passe d'armes entre le président français Emmanuel Macron et son homologue turc Reçep Tayyip Erdogan. Le président Erdogan a menacé qu'il continuerait de bloquer un plan de l'Otan concernant les pays baltes et la Pologne tant que l'alliance ne reconnaîtra pas comme "terroriste" les Kurdes syriens combattus par Ankara.
Selon la presse turque, Ankara a mis son veto à un plan de l'Otan visant à renforcer les défenses des pays baltes et de la Pologne face à la Russie, en réaction au blocage d'un texte décrivant les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) comme une "menace".
Cette question risque d'être au cœur des discussions aujourd'hui lors de ce sommet sur lequel plane l'ombre de l'agression turque en Syrie contre les YPG, malgré l'opposition de ses alliés. Interrogé sur le sujet avant l'ouverture de ce sommet, M. Erdogan a déclaré que la position de la Turquie ne bougerait pas. "Si ce sujet est mis sur la table (au sommet de l'Otan), alors notre attitude sera la même, rien n'a changé", a déclaré le président turc. Avant le sommet, le président turc a accusé la France de "parrainer" le terrorisme, en réaction aux propos du président Emmanuel Macron sur la "mort cérébrale de l'Otan". Les deux présidents sont à couteaux tirés depuis plusieurs semaines, notamment depuis l'intervention militaire lancée par Ankara dans le nord-est de la Syrie sans en informer les autres membres de l'Alliance. Paris a aussitôt riposté en convoquant l'ambassadeur de Turquie le soir même au ministère des Affaires étrangères. La France a déploré ses insultes, mais Macron a assumé ses propos sans renoncer à ses griefs. Le dirigeant turc a profité quant à lui du contexte pour porter le différend au sommet de l'Alliance. Erdogan sait que son pays est un pilier de l'Alliance atlantique. Mais il sait aussi que la Turquie a besoin de l'Otan, seule véritable garantie de sécurité dans une région minée par les conflits. La passe d'armes entre la France, la Turquie et les Etats-Unis intervient dans un contexte particulier. Les 29 alliés traversent actuellement un moment compliqué de leur histoire. Au plan interne à l'organisation, les Européens craignent que Donald Trump désengage les Etats-Unis comme il l'a fait en Syrie. Ils ont certes fait un geste et augmenté leur contribution au budget de fonctionnement de l'Otan pour réduire la contribution américaine, mais les Etats-Unis tapent plus que jamais du poing sur la table afin que les alliés augmentent davantage leur budget de défense. Au plan externe, l'Otan se trouve à une période charnière.
L'Alliance ne sait toujours pas avec quelles pincettes prendre la problématique russe. Le pays de Vladimir Poutine reste toujours au cœur des débats, 70 ans après la création de l'Otan. S'ajoute à cela le conflit en Syrie qui n'est pas encore près de se terminer, l'équation libyenne de plus en plus menaçante tant ce pays s'enfonce dans le bourbier, la question du nucléaire iranien, celle de la Corée du Nord, et à toutes ces inquiétudes se joint la question de l'achat du système de défense antiaérienne russe S-400, que la Turquie a même déjà commencé à tester. Les puissances occidentales jugent ce système incompatible avec ceux de l'Otan déployés en Turquie.

Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.