La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    Placé sur liste noire par les Etats-Unis, le Chinois Xiaomi répond    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    La Lamborghini des bourdes !    La Juventus et l'Inter, deux visions du mercato    La Lazio se relance en corrigeant la Roma dans le derby    L'AG ordinaire de la FAC le 23 janvier à Alger    Relance des travaux    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Le lait en sachet, une denrée rare    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Zetchi entame sa campagne    Les avocats plaident l'innocence    Le schiste américain remonte la pente    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    300 millions de centimes dérobés    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    La rue fait monter la pression au Soudan    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Situation politique et questions régionales au menu    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    LOURDE CHARGE    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    O. Médéa: L'Olympique force le respect    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Lentement ou sans précipitation ?    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le RCD fustige le gouvernement    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les bénéficiaires exigent une commission d'enquête
Arnaque et malfaçons aux Logements AADL de Bir El Nsa (Sétif)
Publié dans Liberté le 05 - 12 - 2019

Cela fait quelques semaines que les bénéficiaires des 3000-Logements AADL de Bir El Nsa à l'est du chef-lieu de la wilaya de Sétif crient à l'arnaque et dénoncent les malfaçons dans la réalisation des logements qui leur ont été livrés dernièrement à l'occasion de la célébration du 1er Novembre. Ils ont demandé aux responsables du ministère de l'Habitat d'ouvrir une enquête pour constater de visu les malfaçons dans la réalisation.
En effet, la joie des souscripteurs qui ont pu accéder à leurs appartements, après une longue attente, n'a pas duré. Au moment où le constat est amer, voire un trouble-fête, les responsables font la sourde oreille. "La société qui a été chargée de la réalisation de nos logements a failli à sa mission et ses engagements et les organismes et responsables chargés du contrôle semblent être complices.
Les défauts et malfaçons sont visibles à l'œil nu, au point où la plupart des bénéficiaires ont été obligés d'entreprendre des travaux de réhabilitation qui leur ont coûté les yeux de la tête", nous dira un membre de l'association des souscripteurs. Et d'ajouter : "Nous avons attendu pas moins de 7 années durant lesquelles la plupart d'entre nous payaient un loyer de pas moins de 30 000 DA par mois.
Pis encore, le prix des logements dont la réalisation a été confiée à une entreprise turque est très élevé par rapport à la qualité. Ils nous ont promis d'avoir des logements de très bonne qualité, cependant vous pouvez voir que c'est une véritable catastrophe".
Il est à noter que des architectes et entrepreneurs ont évalué le coût des travaux à entreprendre par les bénéficiaires pour la réhabilitation de leurs logements à pas moins de cent millions de centimes. "J'ai refait le plâtre qui se grattait avec le doigt, la dalle de sol qui a été mal posée, le revêtement de la cuisine et des sanitaires et autres installations d'eau et d'électricité.
Notre déception est très grande", nous a confié Fouad, un bénéficiaire qui a indiqué que les travaux lui ont coûté pas moins de 90 millions de centimes. "Je tiens à dénoncer la qualité douteuse des matériaux utilisés pour la réalisation et la finition tout en demandant aux responsables de l'AADL et du ministère de l'Habitat leur intervention", a indiqué notre interlocuteur qui a aussi soulevé un autre problème qui taraude l'esprit des habitants de la cité.
"Hormis les deux établissements d'enseignement primaire et collège, aucune structure d'accompagnement, dont l'antenne administrative, l'agence ou le bureau de poste, les structures de santé publique, les salles et terrains de sport, les marchés de proximité, la sûreté d'arrondissement et autres équipements nécessaires, n'a été prévue. La cité est un grand dortoir", nous dira-t-il .

FAOUZI SENOUSSAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.