Belhimer : consacrer la place de leader de la Télévision publique dans le secteur audiovisuel    Algérie-Emirats arabes unis : nécessité de renforcer la coopération bilatérale et de poursuivre les concertations    Douanes: réduire le temps de stationnement des conteneurs dans les ports    Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Djerad reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères    Robert Moreno évoque le cas Slimani    Cinq pays au 10eme Festival international du théâtre de Bejaia    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    Les consommateurs dénoncent    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    TIZI-OUZOU : Destruction d'une casemate pour terroristes    BECHAR : Un dealer condamné à 3 ans de prison pour trafic de drogues    L'APN LUI DONNE UN DELAI DE 10 JOURS : Abdelkader Ouali refuse de renoncer à son immunité parlementaire    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Amitié entre les peuples: Ghlamallah prendra part à une conférence en Croatie    Coupe de la CAF : Le Paradou hypothèque ses chances de qualification    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    Sit-in de solidarité avec Ilyas Lahouazi    Les efforts de lutte contre la corruption stagnent dans les pays du g7    Un "terminus" brutal pour la JSK    Le WA Tlemcen rejoint l'O Médéa en tête du classement    Casoni pose ses conditions    Les Algériennes en regroupement à Alger    La défaillance de l'EGSA    Enquêtes sur les biens immobiliers des hommes d'affaires    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Biscuits roulés à la cannelle    Le ministère de la Santé recommande de reporter les voyages prévus en Chine    Convergence de vues entre Tebboune et Erdogan    L'Algérie condamne avec "force"    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Hirak : discuter pour être indiscutable    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Hommage et recueillement à la mémoire de matoub lounès    Au Louvre, une œuvre cinétique de l'artiste vénézuélien Elias Crespin    Serie A : La Juventus chute face à Naples    Crise libyenne: Un conflit naît dans les laboratoires américains ?    SEOR: Perturbation de l'alimentation en eau dans 12 communes    Tunisie: Vers un nouveau gouvernement ?    Assemblage de tramways: Alstom n'a pas respecté le contenu de l'accord    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rue divisée à Constantine
grève générale de quatre jours
Publié dans Liberté le 08 - 12 - 2019

Depuis plusieurs jours, les appels à une grève générale de quatre jours à compter d'aujourd'hui se sont multipliés sur les réseaux sociaux et lors des marches hebdomadaires et quotidiennes où les manifestants relayent constamment ce mot d'ordre.Jusqu'à hier, la rue constantinoise était divisée entre ceux qui adhèrent à cette grève en la considérant comme le seul et unique moyen de maintenir la pression sur le régime en place et le pousser à annuler ce scrutin largement contesté par la population et ceux qui estiment que l'option d'une grève générale serait synonyme d'une radicalisation qui risque d'entraîner des dérapages à même de compromettre le pacifisme du mouvement du 22 février.
Selon ces derniers, "la grève générale va se répercuter de façon négative sur le simple citoyen. La meilleure façon de faire pression sur les autorités pour les amener à annuler ce vote reste les manifestations pacifiques". Cela étant, plusieurs citoyens rencontrés, hier, au centre-ville de Constantine, ont affirmé qu'ils adhèrent totalement à cette grève, comme l'explique Hassan, employé d'une entreprise étatique : "Au début, j'étais contre la grève générale, mais maintenant je suis pour, car ce système ne veut pas comprendre ces milliers de gens qui sont dans la rue depuis plus de neuf mois.
Il ne veut pas comprendre que le peuple rejette catégoriquement cette mascarade qui ne vise qu'à régénérer le système. C'est pour cela que tout le monde doit participer à cette grève. Personnellement, demain, je ne bougerai pas de chez moi." De leur côté, la plupart des commerçants du centre-ville de Constantine se disent prêts à baisser les rideaux.
Selon Mourad, propriétaire d'une supérette, "l'organisation de cette élection constitue un danger qui guette notre mouvement pacifique. Les tenants du pouvoir tentent à travers ce scrutin de faire avorter cette révolution. Personnellement, je ne veux pas revenir à la situation de stress et de désespoir d'avant le 22 février, je veux une nouvelle Algérie et je ferai mon possible pour que ce peuple s'en sorte glorieux. Voilà pourquoi je suis pour cette grève générale".
En revanche, certains estiment que la grève générale n'apportera pas grand-chose au mouvement et n'aidera nullement à l'annulation de l'échéance électorale. "La grève générale ne va rien apporter, bien au contraire, elle compliquera davantage les choses car c'est la population qui sera pénalisée. À mon avis, il faut maintenir la pression avec des marches pacifiques quotidiennes", dira Rabah, un citoyen rencontré dans un bureau de tabac.

Ines Boukhalfa


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.