Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Velud : "L'arbitrage est le mal du football africain"
Face à un Taradji peu convaincant, la JSK a redécouvert l'arbitrage africain
Publié dans Liberté le 08 - 12 - 2019

La formation kabyle a été victime d'un arbitrage scandaleux du referee sénégalais Maguette Ndiaye qui a officié ce duel maghrébin à sens unique.
Si la JS Kabylie a eu bien du plaisir à humer de nouveau l'ambiance enivrante du football africain, après une longue traversée du désert, les Canaris ont aussi retrouvé, avant-hier soir au stade de Radès, les affres et les coups bas bien connus de l'arbitrage africain. Face au tenant du trophée continental, l'Espérance de Tunis, la mission était certes périlleuse, mais les Kabyles avaient certainement oublié qu'en Coupe d'Afrique l'arbitrage est un obstacle supplémentaire qui n'est pas facile à surmonter.
Et pour cause, la formation kabyle a été victime d'un arbitrage scandaleux du referee sénégalais Maguette Ndiaye qui a officié ce duel maghrébin à sens unique. Non content d'avantager au vu et au su de tout le monde l'ES Tunis dans son propre fief et de fermer les yeux sur des fautes flagrantes contre les joueurs kabyles, le Sénégalais avait annoncé la couleur en infligeant d'abord un carton jaune gratuit au capitaine et pivot kabyle Nabil Saâdou dès la 18' de jeu, scénario bien connu chez les arbitres malintentionnés.
En seconde mi-temps, le directeur de jeu ferma carrément les yeux sur une agression caractérisée du défenseur axial Yakoubi sur Addadi, évacué sur une civière à la 65', et pour achever sa sale besogne, l'homme en noir s'était empressé de siffler, cinq minutes après, un penalty pas du tout évident contre le défenseur Belaïli pour offrir le seul but de la partie à la formation tunisoise (70'). "Dans l'ensemble, nous avons réussi une bonne prestation et nous avons fait douter tel qu'il se doit l'ES Tunis, malheureusement nous avons été victimes d'un arbitrage catastrophique qui a fait preuve d'une partialité condamnable à plus d'un titre, mais c'est un scénario bien connu en Afrique, et je ne peux que condamner de telles pratiques qui ne peuvent que nuire au football africain", dira, en fin de match, Hubert Velud, visiblement scandalisé par le parti pris de l'arbitre sénégalais Maguette Ndiaye.
Il faut dire qu'à 0-0, l'issue du match était indécise, du fait que l'Espérance n'arrivait pas à développer son jeu habituel et était largement prenable face à un onze kabyle bien en place depuis le début du match et entreprenant à souhait. Mieux encore, les poulains d'Hubert Velud ont fait preuve d'une riposte héroïque face à tant d'adversité et ont réussi à opérer des contres dangereux qui avaient lézardé, à maintes reprises, la forteresse tunisienne, visiblement surprise par tant d'audace et de vivacité des joueurs algériens.
Ceci dit, force est de reconnaître que les Canaris ne doivent s'en vouloir qu'à eux-mêmes, car ils s'étaient créé toute une cascade d'occasions de but, notamment en début de match où Benchaïra, seul devant les buts, s'était emmêlé les pinceaux dès la 2', puis sur un centre de Bensayah où Banouh avait raté le cuir d'un cheveu (14') alors que Hamroune, bien décalé sur une splendide talonnade de Bensayah encore, avait lamentablement loupé le cadre, lui qui était pourtant idéalement placé face au but (17').
Et comme il traverse actuellement une période de doute et de poisse tout à la fois, l'infortuné avant-centre Banouh a malheureusement précipité la défaite kabyle en ratant encore un but tout fait à la 35' et, pour noircir davantage le tableau, on se demande comment il s'est arrangé pour gâcher cette balle de match à la 89', alors qu'il s'était retrouvé nez à nez avec le gardien tunisois Bencherifia.
Les Kabyles doivent s'en mordre encore les doigts, car ils ont réussi à traiter d'égal à égal avec les champions d'Afrique en titre et auraient pu aisément repartir de l'antique Carthage avec, au minimum, le point du nul sans que l'adversaire crie au scandale.

Mohamed HAOUCHINE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.