Le Président Tebboune : si le peuple veut le changement, il est temps de l'opérer    La défense arrache difficilement un second renvoi    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Un attaquant étranger pour boucler le recrutement    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    Boukadoum retourne à Bamako    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Boukaroum exclu de l'AG    La fille des Aurès    Les non-dits    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    Les citoyens interpellent le wali    Entre enthousiasme et appréhensions    19 harraga arrêtés au large d'Arzew    Le Sébaou, un fleuve spolié    Les femmes en force à Jijel    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    Un projet de musée dédié au costume traditionnel    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    L'Algérie ne renoncera point à la récupération des restes mortuaires de ses résistants    Les comportements-barrières d'antan    Ils revendiquent la régularisation de leur situation professionnelle: Sit-in des travailleurs du pré-emploi devant la wilaya    Conseil des ministres: Feu vert pour l'exploitation artisanale des gisements d'Or    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Chlef: La nouvelle présidente du tribunal administratif installée    Tebboune rencontre des responsables de médias: Internet, rentrée scolaire, liberté d'expression…    ECORCHURE    DEPECHE PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    BRAVADE AVEUGLE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou
À l'occasion de la commémoration du décès du dramaturge hors pair
Publié dans Liberté le 08 - 12 - 2019

Ce prix de la meilleure dramaturgie en tamazight a pour objectif la promotion de la pratique théâtrale, l'encouragement des jeunes à la création artistique et à l'écriture dramatique en tamazight mais aussi de mettre en relief l'œuvre colossale de Mohia qui a inscrit son nom en lettres d'or dans l'histoire du 4e art algérien.
Le prix annuel Mohia d'Or de la meilleure dramaturgie en tamazight a été lancé, hier, au théâtre régional Kateb-Yacine à l'occasion de la commémoration du 15e anniversaire de la disparition (7 décembre 2004) de ce dramaturge et précurseur du théâtre d'expression amazigh. Institué en 2014 puis institutionnalisé en 2018 par le ministère de la Culture, le prix Mohia d'Or de la meilleure dramaturgie en tamazight a pour objectif la promotion de la pratique théâtrale, l'encouragement des jeunes à la création artistique et à l'écriture dramatique en tamazight mais aussi de mettre en relief l'œuvre colossale de Mohia qui a inscrit son nom en lettres d'or dans l'histoire du théâtre algérien.
Selon un communiqué émanant de la direction de la culture à Tizi Ouzou, la date limite de dépôt des textes est fixée au 27 mars 2020, Journée internationale du théâtre.
Le document précise que "le concours du meilleur texte dramatique Mohia d'Or est ouvert à tous les auteurs dramatiques en langue tamazight au niveau national". Il est à souligner qu'à l'occasion du lancement de ce concours et de la célébration du 15e anniversaire du décès de Mohia, hier, au théâtre régional Kateb-Yacine, la coopérative théâtrale "Machahu" d'Iferhounène avait présenté durant l'après-midi la pièce "Sin-Nni". Il s'agit d'un texte du regretté Mohia mis en scène par le jeune dramaturge Yousfi Sadek et interprété par les talentueux comédiens Rahmouni Ouziene et Yalali Mohand Ouidir.
"La pièce Sin-Nni est une adaptation faite par Mohia du texte Les immigré de Mrozek. L'histoire raconte la vie de deux Algériens notamment, un intellectuel et un ouvrier, qui vivent dans une cave à Paris. C'est une pièce qui finit par un hommage à Mohia qui, à mon sens, a vécu les deux personnages en exil, puisqu'il a vécu, à la fois, comme intellectuel et comme simple ouvrier", a indiqué Yousfi Sadek pour qui Mohia, dit-il, "demeure le père du théâtre d'expression amazigh.
C'est même grâce à lui que ce genre théâtral a accédé à l'universalité en adaptant des œuvres théâtrales universelles vers tamazight." Mohia, de son vrai nom Mohia Abdellah, est un écrivain, dramaturge et traducteur de langue amazigh, né le 1er novembre 1950 à Azazga d'une famille originaire d'At-Rbah, (commune d'Ibudraren).
Il décroche son bac en 1968, puis rejoint l'université d'Alger où il poursuit des études supérieures en mathématiques, en obtenant une licence en 1972. En 1973, il part en France, plus précisément à Strasbourg.
Au cours de la même année, il intègre le Groupe d'études amazighs créé à l'Université Paris VIII. Il a par la suite publié des poèmes, des nouvelles ainsi que de nombreuses traductions, vers le kabyle, de pièces de théâtres, nouvelles, poésies. Il est décédé le 7 décembre 2004 dans une clinique parisienne d'une longue maladie.

K Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.