Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 12 - 2018

La directrice de la Culture de la wilaya de Tizi Ouzou, Nabila Goumeziane, a estimé, samedi, que l'œuvre du poète, conteur, parolier, et dramaturge, Abdallah Mohya, très connu sous le nom de Mohand Ou Yahia, restera une référence dans la connaissance de notre patrimoine culturel. «L'œuvre constitue un gisement littéraire inépuisable d'expression amazighe et une œuvre novatrice monumentale qui mérite d'être promue et étudiée », a-t-elle indiqué.
S'exprimant à l'ouverture des 10èmes journées théâtrales en hommage à Abdallah Mohya, qui se tiennent au niveau de la maison de la culture «Mouloud Mammeri» au Théâtre régional «Kateb Yacine» et au village natal de Mohia, Ath Rbah dans la commune d'Iboudrarène, au sud-est du chef-lieu de wilaya de Tizi-Ouzou, Nabila Goumeziane, a mis en avant sa modestie. «Son génie était immense», a-t-elle observé. Mohya, a poursuivi Nabila Goumeziane, a su, grâce à son originalité hors pair, introduire un souffle nouveau à l'art populaire et au patrimoine culturel oral en lui insufflant un style propre à lui. D'où, a-t-elle relevé, l'intérêt, particulier, qui lui est accordé par le large public mais aussi par les académiciens. «Précurseur du théâtre d'expression amazigh, Mohya s'est consacré complètement à traduire et à adapter des poèmes, des chansons et surtout des œuvres théâtrales universelles à la langue mais aussi à la réflexion amazighe», a-t-elle dit.
Auteur prolifique, Mohya, précurseur du théâtre d'expression amazigh, n'a eu besoin, durant plus de trente ans, ni de télé n de radio pour se faire connaître. Son génie était suffisant, a encore observé Nabila Gouméziane. «Il s'est consacré complètement à traduire et à adapter des poèmes, des chansons et surtout des œuvres théâtrales universelles à la langue mais aussi à la réflexion amazighe», a-t-elle ajouté. Au programme de ces journées théâtrales, organisées par la direction de la culture de Tizi-Ouzou en collaboration avec l'assemblée populaire communale d'Iboudrarène et la famille Mohia, un recueillement sur la tombe de Mohia au niveau du village Ath Rbah en présence des membres de sa famille, des autorités de la commune d'Iboudrarene ainsi que les responsables du secteur de la culture et les artistes de différents horizons.
Au deuxième jour, une exposition sur l'œuvre et le parcours du défunt dramaturge prévue au niveau du hall des expositions de la maison de la culture, Mouloud Mammeri, le lancement du prix Mohya d'or de la meilleure dramaturgie en tamazight et des conférences autour de l'œuvre dramaturgique de Mohya, animées par Amar Laoufi, enseignant de littérature kabyle au département de langue et culture amazighes de l'université de Bouira et Chemakh Saïd, enseignant à l'université mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou. Dans l'après-midi de la même journée, la présentation de l'immortelle œuvre théâtrale adaptée par Mohia et produite par la coopérative Machahu d'Iferhounene, «Sin Nni» en l'occurrence. Mohya est né le 1er novembre 1950, dans la région d'Azazga, dramaturge, conteur, parolier et poète. Grande figure du théâtre algérien d'expression amazighe, Mohia enregistrait ses productions sur des supports audio (cassettes).
Il a consacré toute sa vie à traduire et à adapter des poèmes, des chansons et des œuvres théâtrales universelles. Telles que En attendant Godot, de Samuel Beckett, Le ressuscité (Mohand Ouchaabane), du célèbre écrivain chinois Lu Xun, La jarre (Tachbailit) de Pirandello, Tartuffe de Molière et Ubu Roi d'Alfred Jarry, sont aussi adaptés en 1984 sous les titres respectifs de Si Partuf et Caybibi. Médecin malgré lui, de Molière, En attendant Godot de Samuel Beckett, furent aussi traduites sous les titres Si Lahlu et AmWin Yettrajun Rabbi, Entre les émigrés de Mrozeck sous le titre «Sin Nni». Ainsi que les quatre autres productions phares de Mohia «Si nistri» adaptation de la pièce La farce de maître patelin composée au XIIIe siècle par un inconnu, Les fourberies de Scapin et le Malade imaginaire de Molière et Knock de Jules Romain, qui sont restées au stade de manuscrit. Mohia a tiré sa révérence en décembre 2004, dans une clinique parisienne après une longue maladie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.