Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Tennis/Tournoi international ITF juniors: Matis Amier en finale    Le 53e vendredi s'annonce grandiose à Alger    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    PSG: Cette grosse révélation dans le dossier Kylian Mbappé !    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    2020, an II de la nouvelle Algérie    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Abderrahmane Hadj-Nacer : « Le hirak finira par gagner »    Sidi Bel-Abbès : Lamine Osmani salue la décision du président de la République    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Une expulsion et des interrogations    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Une usine qui couvre les besoins nationaux pour les cancéreux    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Le virus de l'argent en quarantaine !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Libye : retour à la case départ    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Nouvelles accusation contre Anis Rahmani    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 12 - 2018

La directrice de la Culture de la wilaya de Tizi Ouzou, Nabila Goumeziane, a estimé, samedi, que l'œuvre du poète, conteur, parolier, et dramaturge, Abdallah Mohya, très connu sous le nom de Mohand Ou Yahia, restera une référence dans la connaissance de notre patrimoine culturel. «L'œuvre constitue un gisement littéraire inépuisable d'expression amazighe et une œuvre novatrice monumentale qui mérite d'être promue et étudiée », a-t-elle indiqué.
S'exprimant à l'ouverture des 10èmes journées théâtrales en hommage à Abdallah Mohya, qui se tiennent au niveau de la maison de la culture «Mouloud Mammeri» au Théâtre régional «Kateb Yacine» et au village natal de Mohia, Ath Rbah dans la commune d'Iboudrarène, au sud-est du chef-lieu de wilaya de Tizi-Ouzou, Nabila Goumeziane, a mis en avant sa modestie. «Son génie était immense», a-t-elle observé. Mohya, a poursuivi Nabila Goumeziane, a su, grâce à son originalité hors pair, introduire un souffle nouveau à l'art populaire et au patrimoine culturel oral en lui insufflant un style propre à lui. D'où, a-t-elle relevé, l'intérêt, particulier, qui lui est accordé par le large public mais aussi par les académiciens. «Précurseur du théâtre d'expression amazigh, Mohya s'est consacré complètement à traduire et à adapter des poèmes, des chansons et surtout des œuvres théâtrales universelles à la langue mais aussi à la réflexion amazighe», a-t-elle dit.
Auteur prolifique, Mohya, précurseur du théâtre d'expression amazigh, n'a eu besoin, durant plus de trente ans, ni de télé n de radio pour se faire connaître. Son génie était suffisant, a encore observé Nabila Gouméziane. «Il s'est consacré complètement à traduire et à adapter des poèmes, des chansons et surtout des œuvres théâtrales universelles à la langue mais aussi à la réflexion amazighe», a-t-elle ajouté. Au programme de ces journées théâtrales, organisées par la direction de la culture de Tizi-Ouzou en collaboration avec l'assemblée populaire communale d'Iboudrarène et la famille Mohia, un recueillement sur la tombe de Mohia au niveau du village Ath Rbah en présence des membres de sa famille, des autorités de la commune d'Iboudrarene ainsi que les responsables du secteur de la culture et les artistes de différents horizons.
Au deuxième jour, une exposition sur l'œuvre et le parcours du défunt dramaturge prévue au niveau du hall des expositions de la maison de la culture, Mouloud Mammeri, le lancement du prix Mohya d'or de la meilleure dramaturgie en tamazight et des conférences autour de l'œuvre dramaturgique de Mohya, animées par Amar Laoufi, enseignant de littérature kabyle au département de langue et culture amazighes de l'université de Bouira et Chemakh Saïd, enseignant à l'université mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou. Dans l'après-midi de la même journée, la présentation de l'immortelle œuvre théâtrale adaptée par Mohia et produite par la coopérative Machahu d'Iferhounene, «Sin Nni» en l'occurrence. Mohya est né le 1er novembre 1950, dans la région d'Azazga, dramaturge, conteur, parolier et poète. Grande figure du théâtre algérien d'expression amazighe, Mohia enregistrait ses productions sur des supports audio (cassettes).
Il a consacré toute sa vie à traduire et à adapter des poèmes, des chansons et des œuvres théâtrales universelles. Telles que En attendant Godot, de Samuel Beckett, Le ressuscité (Mohand Ouchaabane), du célèbre écrivain chinois Lu Xun, La jarre (Tachbailit) de Pirandello, Tartuffe de Molière et Ubu Roi d'Alfred Jarry, sont aussi adaptés en 1984 sous les titres respectifs de Si Partuf et Caybibi. Médecin malgré lui, de Molière, En attendant Godot de Samuel Beckett, furent aussi traduites sous les titres Si Lahlu et AmWin Yettrajun Rabbi, Entre les émigrés de Mrozeck sous le titre «Sin Nni». Ainsi que les quatre autres productions phares de Mohia «Si nistri» adaptation de la pièce La farce de maître patelin composée au XIIIe siècle par un inconnu, Les fourberies de Scapin et le Malade imaginaire de Molière et Knock de Jules Romain, qui sont restées au stade de manuscrit. Mohia a tiré sa révérence en décembre 2004, dans une clinique parisienne après une longue maladie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.