Man City s'empare de la tête du championnat. Mahrez entré en jeu en deuxième période    Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Boulaya a pris une décision importante pour son avenir    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Nouveau statut pour le Cnes    Otretien, nouvelle application pour les Algériens    Véritable moelleux au chocolat    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Tébessa: Sit-in des habitants de «Mizab 2» devant la wilaya    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kamel Belhocine allume ses "bougies artistiques" à Alger
Galerie d'art Mustapha-Kateb
Publié dans Liberté le 09 - 12 - 2019

Cette exposition qui se poursuit jusqu'au 11 décembre est "en réalité l'avant-projet d'un livre d'art où s'intègrent les photos d'Abouldjalil Djarri qui illustrent les pages de l'assortiment de mes bougies ainsi que mes poèmes".
Au temps où l'air des s'tah (terrasses) de la Casbah d'Alger s'encensait de la cire soyeuse qui s'élevait telle une colonne vaporeuse de la houma (quartier) de "chemaïne" à la Basse Casbah, la galerie d'art Mustapha-Kateb s'embaume elle aussi de l'identique effluve de la chandelle de Kamel Belhocine, cet artisan cirier qui moule comme autrefois la bougie. Et au signal d'"Envole toi…" que s'éclaire aussitôt l'Algérie, capitale Alger de Colette Grégoire, dite Anna Greki (1931-1966).
Mieux, la flamme de vivre se mue aussitôt en d'hétéroclites chandelles à l'aspect en bâtonnet, oblongues ou carrées où oscillent des lueurs de "bougies dites artistiques" et brochées chacune à son bougeoir. Si tant qu'elles rayonnent d'un clignotement d'éclat au-dessus de l'amas d'érodées pierres de plage alignées au milieu d'un fagotin de rameaux et d'une poignée de pétales de fleurs séchées.
Alors, comme pour les travaux manuels à l'école, Kamel Belhocine pétrit, fait et défait l'ébauche jusqu'à obtenir l'indice avant-coureur d'un jet de cire où il y a l'élan qui présage la beauté. "La bougie devient plurielle, présence. La lecture est pluridirectionnelle, multidimensionnelle, multiémotionnelle. Elle s'adjoint à l'environnement et aux différentes phases de la lumière et du jour aussi pour nous étonner et subjuguer tel un arc-en-ciel qui laisse éclater sa joie", a écrit Kamel Belhocine sous le sceau de "l'art est l'expression de soi".
D'où qu'il est difficile de situer ou de hiérarchiser Kamel Belhocine dans l'art, eu égard à l'intrigue qui guide son talent inné dans l'univers de la versification et le moulage de figurines en cire. "Mes bougies sont moulées puis nuancées et parées avec ce que j'ai à portée de main, telles des brindilles, des bouts de corde et des plantes séchées", a expliqué l'artiste. Habile pour s'être instruit à l'école de l'autodidactie, ce pharmacien de bled Sidi Rached façonne la cire dès l'instant récréatif que lui concèdent ses éprouvettes de laborantin.
"En façonnant des bougies, j'essaie de leur donner vie et faire ressortir les non-dits et les secrets enfouis au plus profond de leur cire transparente, pure, limpide", écrit encore le poète Kamel Belhocine. Si tant que l'espace Mustapha-Kateb s'harmonise à un chandelier près duquel se grêle le recueil de vers qu'il a compilés sous l'intitulé Ascension chromatique.
"L'exposition est en réalité l'avant-projet d'un livre d'art où s'intègrent les photos d'Abouldjalil Djarri qui illustrent les pages de l'assortiment de mes bougies ainsi que mes poèmes", a-t-on su de ce "chemaâ" (ciergier). Figurines mais pas anonymes, chaque bougie s'énumère d'un nom labellisé à notre patrimoine tel que "Tassili : parois parlantes", où le poète leur octroie un nuancier de sa palette, il extrait de la bougie cette vitalité et l'énergie pour qu'elle enlumine ce qui est fructueux.
Voire l'utile qu'il n'y a pas chez les esprits dits bien-pensants. C'est fou ce que recèle une bougie que l'on retire malheureusement et momentanément du placard qu'au moment où il y a coupure de courant… Allez-y donc voir l'expo de la bougie qui reste allumée jusqu'au 11 décembre.

Louhal Nourreddine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.