Le Président Tebboune reçoit le ministre français des Affaires étrangères    Coupe du Monde 2022 (Zone Afrique): tirage au sort favorable pour l'Algérie    Un tournoi de futsal dans la ville de Laâyoune est une "pure décision politique"    Khenchela : nécessité de la prévention pour se prémunir des asphyxies au monoxyde de carbone    Vers l'élimination du problème de spéculation sur le prix du lait en sachet    Benbouzid: une commission d'inspection à El Oued pour évaluer les services de santé    Sit-in des enseignants du primaire: les protestataires appellent à l'ouverture d'un dialogue    LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE ‘'CCI DAHRA'' : Eclaircissements sur la loi de finances 2020    ACCIDENTS DE LA ROUTE : Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    Karim Tabbou maintenu en prison    SUR INSTRUCTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Envoi d'une caravane d'aides humanitaires en Libye    LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE : 43 personnes arrêtées à l'extrême-sud du pays    BISKRA : Démantèlement d'un réseau de faussaires de monnaie    Saisie d'une importante quantité de kif    EL-HAMRI (ORAN) : L'opération de relogement des 153 familles fait des mécontents    JSK: Mellal condamné à 6 mois de prison ferme    Des dizaines de manifestants blessés en Irak    L'état d'urgence renouvelé pour trois mois    Des écoliers manifestent contre la hausse des prix    Trois postes de l'armée incendiés par les terroristes de Boko Haram    Une base de l'ONU ciblée par des terroristes    Le PLD annonce sa participation    Omari examine avec des représentants des Chambres d'agriculture le dossier des coopératives agricoles    Une réduction certes, mais la facture toujours aussi lourde    Cinq projets réalisés en 2019    La bataille des exportations reste à gagner    Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme    Une quarantaine de walis concernés    Le MSP propose l'intégration du Hirak dans le préambule    Chute mortelle d'un homme à Ouled Mahdi    ACTUCULT    Projection de "12 hommes en colère" à la cinémathèque de Béjaïa    "Il faut un plan pour sauver notre patrimoine culturel"    La Révolution racontée par Sid Ali Abdelhamid    Sétif, une ville sans cinéma    L'UA réitère la position commune de l'Afrique sur le cessez-le-feu en Libye    «Il n'y a pas de plan B, ça sera au Cameroun»    MOB : Préparation perturbée    MC Oran : Un mercato hivernal tristounet    Aïn Témouchent : Réduction drastique du nombre de départs à la retraite    Scène artistique algérienne : Décès de l'artiste Loubna Belkacemi    Salon du livre à Tizi Ouzou : Réconcilier le public avec la lecture    Le sg de l'UGTA Annaba dépasse les bornes, il agresse et chasse les syndicalistes    L'APN examine la levée d'immunité d'un député    Le NCM et le PAC se neutralisent    Le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Le COA demande à la CAF d'éviter «tout acte entravant l'action de l'ONU»    Un court-métrage tourné à Oran sélectionné    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kamel Belhocine allume ses "bougies artistiques" à Alger
Galerie d'art Mustapha-Kateb
Publié dans Liberté le 09 - 12 - 2019

Cette exposition qui se poursuit jusqu'au 11 décembre est "en réalité l'avant-projet d'un livre d'art où s'intègrent les photos d'Abouldjalil Djarri qui illustrent les pages de l'assortiment de mes bougies ainsi que mes poèmes".
Au temps où l'air des s'tah (terrasses) de la Casbah d'Alger s'encensait de la cire soyeuse qui s'élevait telle une colonne vaporeuse de la houma (quartier) de "chemaïne" à la Basse Casbah, la galerie d'art Mustapha-Kateb s'embaume elle aussi de l'identique effluve de la chandelle de Kamel Belhocine, cet artisan cirier qui moule comme autrefois la bougie. Et au signal d'"Envole toi…" que s'éclaire aussitôt l'Algérie, capitale Alger de Colette Grégoire, dite Anna Greki (1931-1966).
Mieux, la flamme de vivre se mue aussitôt en d'hétéroclites chandelles à l'aspect en bâtonnet, oblongues ou carrées où oscillent des lueurs de "bougies dites artistiques" et brochées chacune à son bougeoir. Si tant qu'elles rayonnent d'un clignotement d'éclat au-dessus de l'amas d'érodées pierres de plage alignées au milieu d'un fagotin de rameaux et d'une poignée de pétales de fleurs séchées.
Alors, comme pour les travaux manuels à l'école, Kamel Belhocine pétrit, fait et défait l'ébauche jusqu'à obtenir l'indice avant-coureur d'un jet de cire où il y a l'élan qui présage la beauté. "La bougie devient plurielle, présence. La lecture est pluridirectionnelle, multidimensionnelle, multiémotionnelle. Elle s'adjoint à l'environnement et aux différentes phases de la lumière et du jour aussi pour nous étonner et subjuguer tel un arc-en-ciel qui laisse éclater sa joie", a écrit Kamel Belhocine sous le sceau de "l'art est l'expression de soi".
D'où qu'il est difficile de situer ou de hiérarchiser Kamel Belhocine dans l'art, eu égard à l'intrigue qui guide son talent inné dans l'univers de la versification et le moulage de figurines en cire. "Mes bougies sont moulées puis nuancées et parées avec ce que j'ai à portée de main, telles des brindilles, des bouts de corde et des plantes séchées", a expliqué l'artiste. Habile pour s'être instruit à l'école de l'autodidactie, ce pharmacien de bled Sidi Rached façonne la cire dès l'instant récréatif que lui concèdent ses éprouvettes de laborantin.
"En façonnant des bougies, j'essaie de leur donner vie et faire ressortir les non-dits et les secrets enfouis au plus profond de leur cire transparente, pure, limpide", écrit encore le poète Kamel Belhocine. Si tant que l'espace Mustapha-Kateb s'harmonise à un chandelier près duquel se grêle le recueil de vers qu'il a compilés sous l'intitulé Ascension chromatique.
"L'exposition est en réalité l'avant-projet d'un livre d'art où s'intègrent les photos d'Abouldjalil Djarri qui illustrent les pages de l'assortiment de mes bougies ainsi que mes poèmes", a-t-on su de ce "chemaâ" (ciergier). Figurines mais pas anonymes, chaque bougie s'énumère d'un nom labellisé à notre patrimoine tel que "Tassili : parois parlantes", où le poète leur octroie un nuancier de sa palette, il extrait de la bougie cette vitalité et l'énergie pour qu'elle enlumine ce qui est fructueux.
Voire l'utile qu'il n'y a pas chez les esprits dits bien-pensants. C'est fou ce que recèle une bougie que l'on retire malheureusement et momentanément du placard qu'au moment où il y a coupure de courant… Allez-y donc voir l'expo de la bougie qui reste allumée jusqu'au 11 décembre.

Louhal Nourreddine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.