Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Boulaya a pris une décision importante pour son avenir    Otretien, nouvelle application pour les Algériens    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Nouveau statut pour le Cnes    L'ESS, le MCA et l'OM, «voyageurs de luxe» !    Véritable moelleux au chocolat    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Tébessa: Sit-in des habitants de «Mizab 2» devant la wilaya    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un hymne pour le vivre-ensemble
Projection de "Chrétiens d'Algérie", documentaire de Jean Dulon à l'IFA
Publié dans Liberté le 16 - 12 - 2019

Dans ce documentaire de 52 minutes, le réalisateur a préféré montrer ce côté "humain et fraternel" que les médias et les plateaux télé n'évoquent pas vraiment, quand il est question de religion, notamment de chrétiens et de musulmans.
Le cycle "cinéma" du programme de l'Institut français d'Alger (IFA) pour cette année 2019 s'est clôturé cette semaine par la projection du documentaire Chrétiens d'Algérie – Sur les chemins de la rencontre en présence de son réalisateur Jean Dulon. Lui-même natif d'Algérie, comme il a tenu à le souligner dans son mot d'ouverture — un mot empreint d'émotion et de reconnaissance envers "son" beau pays qui l'a vu naître —, Jean Dulon a d'abord voulu dire pourquoi il a tenu à faire ce doc de 52 minutes et pourquoi précisément avoir choisi cette thématique.
Il expliquera que bien que les sujets sur l'Algérie soient multiples et variés, il a préféré, lui, montrer ce côté "humain et fraternel" que les médias et les plateaux télé ne montrent pas vraiment quand il est question de parler de religion, notamment de chrétiens et de musulmans.
En ces moments où le monde va mal, où l'islamophobie bat son plein, où le sujet du culte est tabou et surtout déclencheur de beaucoup de guerres ravageuses, parfois fratricides, ce travail documentaire vient lever le voile sur ce côté humain, spirituel, de cet être fraternel qui cherche à aller à la rencontre de l'Autre, à l'aider à faire son chemin et à se construire pour trouver sa voie loin de toute idéologie ou influence "religieuse".
Parler de "l'Eglise d'Algérie", de cette vie catholique qui rencontre la vie musulmane, c'est dire aussi cette liberté de pratiquer sa foi et son culte tout en respectant la foi et le culte de l'Autre. Et cela s'est vu lors de cette projection où le réalisateur est parti sur les traces de religieuses et religieux, de diverses nationalités, sur des milliers de kilomètres à travers les quatre diocèses que renferme l'Algérie.
Que ce soit à Alger, Annaba, Oran ou El-Goléa, ce sont des hommes et des femmes, des chrétiens et des musulmans qui se rencontrent, qui se côtoient, qui vivent ensemble dans l'amour de l'Autre et en toute tolérance à sa différence.
Que ce soit dans des lieux de culte (Basilique Notre-Dame, Maison Ben Smen, Alger ou Centre Pierre-Claverie, Oran), des bibliothèques ou des centres de formation (Bab El-Oued et Tizi Ouzou), c'est une Algérie, terre d'Islam et surtout "terre d'accueil" que le réalisateur a voulu montrer ; une terre où contrairement à ce qui est véhiculé, "les bâtisseurs de l'espérance", ces religieux qui ont choisi de vivre en Algérie ont toute leur place et toute la considération de celles et ceux qu'ils aident à surmonter leurs difficultés par une écoute, une formation ou tout simplement un geste amical et humain.
Lors du débat, cet aspect "humain et humanitaire" a bel et bien été perçu par l'assistance qui s'en est réjouie – dont certains semblaient ignorer cette présence catholique si discrète – mais une polémique existe et persiste encore lorsqu'il s'agit de parler de la "mission" du père Charles de Foucauld ou encore de la naissance et présence de saint Augustin d'Hippone (Annaba) que l'Histoire semble vouloir oublier ou du moins "délocaliser". D'autres séances de projection ici et là s'imposent pour lever ces nombreux voiles obscurs et susciter des débats ouverts et constructifs.
Sorti en 2017, produit par Grand Angle Productions (France) composé de toute une équipe technique 100% algérienne et soutenu par de nombreux organismes algériens qui en ont facilité les démarches, ce documentaire attend ardemment d'être diffusé plus largement en Algérie, comme l'a souligné le réalisateur Jean Dulon à la fin de la rencontre. Histoire de tracer d'autres chemins vers d'autres rencontres humaines.

Samira Bendris-Oulebsir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.