JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Tebboune n'est pas notre président"
Acte 44 du hirak au canada
Publié dans Liberté le 24 - 12 - 2019

L'acte 44 du hirak à Montréal s'est focalisé sur l'absence de légitimité du nouveau président de la République et la nécessité de poursuivre le combat pacifique. Des centaines de manifestants ont pris part au rassemblement dominical à la place du Canada, au centre-ville de Montréal. Dès 11h, le décor est planté avec sonorisation, emblème national, étendard amazigh, pancartes, etc.
Les slogans habituels de la révolution du sourire sont scandés à tue-tête. "Tebboune ne nous représente pas, il n'est pas notre président", vocifère un manifestant au speaker corner, une sorte d'agora citoyenne, où des propositions sont formulées par les intervenants sur les perspectives du mouvement pacifique. Cette position s'explique par l'absence de légitimité populaire du chef de l'Etat, le scrutin présidentiel étant boudé par la majorité de la population. "C'est un président imposé contre la volonté populaire", dénonce-t-on. "Le peuple n'a pas demandé de remplacer Bouteflika par Tebboune", affirme une manifestante pour qui le peuple, qui manifeste chaque semaine, revendique une rupture systémique.
À vrai dire, les manifestants s'en tiennent à la revendication historique du hirak : Yetnahaw gaâ ! (Qu'ils dégagent tous), le système et ses hommes. Parce que pour eux, l'instauration d'un véritable Etat de droit passe nécessairement par le démantèlement du système, exigée par la rue depuis le 22 février. C'est la démocratie qui réhabilitera la souveraineté populaire, aujourd'hui spoliée, ajoute un autre intervenant. L'intronisation du nouveau président de la République ne semble pas amener les contestataires à cesser le combat.
Plusieurs manifestants ont porté un bandeau sur l'œil, manière pour eux de manifester leur solidarité agissante avec les éborgnés parmi les militants du hirak. À ce propos, la solidarité avec les blessés ne s'est pas limitée à ce geste symbolique que le pouvoir, dans sa nature violente, n'est pas capable de saisir le sens et la portée. Une militante pro-hirak a lancé une collecte de fonds pour venir en aide aux blessés qui ont besoin de soins lourds. En l'espace de trois jours, l'objectif de 35 000 dollars a été atteint.
Autre préoccupation de la diaspora : la situation des détenus politiques "injustement incarcérés". Leurs portraits trônaient dans le ciel de Montréal et semblaient donner des raisons supplémentaires pour poursuivre le hirak, né d'une lame de fond historique. Outre la pétition adressée au Parlement canadien, des proches de détenus d'opinion interpellent désormais Ottawa. C'est le cas de Sihem Chouicha, fille du militant des droits de la personne Kaddour Chouicha. Cette étudiante résidant à Ottawa demande à la communauté internationale de réagir devant l'arbitraire qui s'abat sur les militants politiques engagés dans le hirak.


De Montréal : Yahia Arkat


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.