FC Barcelone : Lionel Messi a une offre de Manchester City    Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Divergences sur la liste des invités à la conférence nationale
Pacte de l'Alternative démocratique
Publié dans Liberté le 08 - 01 - 2020

Les forces inscrites dans le cadre du Pacte de l'alternative démocratique (PAD) préparent activement la tenue des assises de la démocratie et de la conférence nationale pour une transition démocratique. Pour préparer les assises qui auront lieu le 25 janvier prochain, les partis et personnalités inscrites dans le cadre du Pacte de l'alternative démocratique tiendront, ce mercredi, une réunion technique.
La rencontre aura pour première mission de discuter des aspects organisationnels liés à cette rencontre. Ainsi, les représentants des partis politiques et organisations vont s'entendre sur la liste des invités, choisir le lieu de la réunion — une demande d'autorisation va être adressée aux services de la wilaya d'Alger — et surtout l'ordre du jour qui sera débattu.
Parce que si le principe d'une rencontre est retenu, l'ordre du jour ne fait pas forcément l'unanimité. Même si pour la rencontre — puisque réservée aux forces qui se reconnaissent dans le pacte démocratique —, le problème ne se fait pas vraiment sentir, la question sera plutôt posée lorsqu'il s'agira de préparer la conférence nationale censée réunir l'ensemble des forces de l'opposition qui ont refusé de participer à la dernière élection présidentielle.
S'il est d'ores et déjà acquis au sein du PAD que les partis du pouvoir et le pouvoir lui-même ne seront pas conviés à cette conférence, le débat tourne actuellement autour de la présence des partis islamistes. Outre les divergences idéologiques qui existent entre les partis du Pacte démocratique et certaines formations islamistes (ce qui ne les a pas empêchés de se rencontrer à Mazafran, par exemple), c'est surtout l'attitude de certaines formations islamistes qui pose problème pour les partis de la mouvance démocratique.
Certains de ces partis, à l'image du MSP, ont effectivement refusé de participer à l'élection présidentielle. Mais une fois Abdelmadjid Tebboune installé à la Présidence, ils ont montré une position beaucoup plus conciliante avec le pouvoir. Le parti d'Abderrezak Makri s'est tout de suite ouvert au dialogue auquel appellent les autorités.
Plus que cela, le chef du parti islamiste a publié, hier, un tweet pour demander à la classe politique de "laisser travailler" l'actuel gouvernement "avant de le juger". Cela même si le leader du MSP tient à dénoncer ceux qui "l'accusent de se rapprocher du système" en affichant son acceptation du dialogue comme moyen de sortie de crise. Pour d'autres parties, les invitations seront adressées au mouvement associatif et personnalités nationales. "L'appel est adressé à tout le monde", résume un responsable d'un parti politique, contacté par téléphone. Outre la préparation des assises et de la conférence nationale, les membres du PAD devront aussi s'entendre sur une réponse commune à donner au pouvoir concernant notamment l'offre du dialogue.
Certains partis de la mouvance démocratique ont, en effet, exprimé leur adhésion à un dialogue sérieux, mais en posant des préalables. Le FFS, le PT et l'UCP ont exprimé une position de principe sur le sujet. En revanche, le RCD s'est contenté de rappeler sa position consistant à exiger une période de transition comme seule solution à la crise. Ce qui laisse prévoir des débats houleux au sein du PAD.




Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.