Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    Algérie-Arabie Saoudite: des perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Nécessité d'identifier les passagers du vol transportant l'italien atteint du coronavirus    Une secousse tellurique de 3 degrés enregistrée ce matin    Oran : 2 mois de prison requis contre Affif Abderrahmane    Dans le désordre    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    À quand l'accès au hall d'attente ?    Conférence sur le développement des routes et des transports en Afrique    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Une boîte automatique intelligente    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    Les Canaris préparent le Chabab à Tigzirt    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Une médaille pour le hirak à Montréal    Tarte pommes, amandes et chocolat    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    COA: les membres du Comité exécutif rejettent une démission "verbale" de Berraf    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Baccalauréat professionnel: le projet en phase de détermination des spécialités    Le Brexit obligé de revoir le cadre des échanges dans une année : Vers un nouvel accord de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    A l'appel de l'UNPEF: Grève à l'Education aujourd'hui    Blida: Un ressortissant malien arrêté pour escroquerie    Les étudiants poursuivent leur mobilisation    Remise des décisions d'affectation: 120.000 souscripteurs AADL convoqués la semaine prochaine    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projection de "12 hommes en colère" à la cinémathèque de Béjaïa
Organisée par le ciné-club "Allons voir un film"
Publié dans Liberté le 21 - 01 - 2020

Organisée samedi dernier par le ciné-club "Allons voir un film", de l'association Project'heurts à la cinémathèque de Béjaïa, la projection de 12 Hommes en colère a été ponctuée par un débat avec trois magistrats, qui sont "revenus sur la question de la justice et ses structures inhérentes". Pour l'ancien magistrat et avocat Me Boualem Boudina, ce premier long-métrage, qui raconte le procès d'un jeune homme accusé de parricide, est "l'un des plus beaux films en matière de droit".
Et d'assurer devant un auditoire clairsemé que cette œuvre, qu'il a vue une dizaine de fois, "est un chef-d'œuvre et une vraie leçon de cinéma qui nous pousse à réfléchir". En l'occurrence, le film posait le problème essentiel de la vérité : "Comment puis-je être sûr de ne pas me tromper ? Comment savoir qu'on est dans le vrai ? Et, finalement, qu'est-ce que la vérité ?"
Pour Me Boudina, "le conformisme est simple, facile. Cette liberté n'est pas l'intime conviction des gens." C'est en ce sens que l'on peut considérer, a-t-il poursuivi, que "nous venons de revoir l'un des plus beaux films en matière de droit". Il se déroule dans une salle de délibération, en témoigne l'ambiance instaurée grâce au huis clos.
"Les jurés n'auront qu'à déclarer l'accusé : coupable ou non coupable." Et le réalisateur a réussi à faire naître chez le téléspectateur une certaine lassitude dès le départ, a expliqué Me Boudina. "Les jurés avaient donné l'impression de ne pas être concernés par cette responsabilité en déclarant d'emblée l'accusé coupable. Heureusement qu'il y a parmi eux quelqu'un qui a dit non", Henri Fonda en l'occurrence.
Il a par ailleurs fait remarquer au public présent l'absence de musique, sauf au premier revirement de situation et à la fin du long-métrage, ainsi que la lumière qui baisse, symbole du doute. Pour l'intervenant, l'objet de ce film : la justice pénale doit être un instrument "de défense sociale" qui ne peut être, selon lui, "celui d'une vengeance sociale".
Interrogé sur la place du pouvoir judiciaire en Algérie, Me Boudina n'a pas hésité à mettre dos à dos les magistrats et les citoyens. "La justice n'est pas indépendante ; elle est inféodée même à l'opinion publique, au pouvoir exécutif, au pouvoir de l'argent. Mais aussi au 4e pouvoir." Et d'affirmer qu'"en dehors des pays nordiques, tout est relatif".
Me Zaïdi dira, quant à lui, qu'"il n'y a pas de système judiciaire parfait. Chacun a ses défauts propres. Mais ce n'est pas seulement aux auxiliaires de justice de changer les choses". Le vrai travail doit se faire à partir de l'école où on doit apprendre les "vraies valeurs de la vie".

M. OUYOUGOUTE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.