Belhimer trace au marqueur le rôle futur du Hirak    L'Algérie applique le principe de réciprocité    Tebboune relence le débat sur lamémoire    Pagaille à l'aéroport d'Alger    "Proche du véhicule neuf", selon Ferhat Aït Ali    Rezig s'en prend de nouveau aux laiteries    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Contrôle sanitaire en pleine radew    "Je ne suis pas mort"    Le Président Tebboune réitère son engagement à récupérer les restes mortuaires des chouhada    Real : Un rêve d'enfance pour Reinier    Boukadoum reçu par Fayez Al-Sarraj à Tripoli    Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Cumul retraite et nouvelle activité    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    Karim Younès nommé médiateur de la République    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    «La libéralisation du code des collectivités locales est une priorité»    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    France : Les incidences positives de l'immigration    En bref…    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    13 harraga algériens secourus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les commerçants indélicats avertis !
Lait subventionné
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2020

Le ministère du Commerce menace les commerçants indélicats qui s'adjugent le droit de vendre plus de 25 DA le lait subventionné. Ceux-là mêmes qui pratiquent la vente concomitante en obligeant le client à acheter un sachet de lait de vache pour 4 sachets de lait pasteurisé.
Le premier responsable du département accorde à ces épiciers un délai d'une semaine pour se conformer à la réglementation en vigueur et abandonner leurs infractions. Dans un premier temps, la tutelle se contente d'avertir seulement ces commerçants fraudeurs sans recourir aux sanctions prévues par la loi.
Mais au cas où ces derniers persisteraient dans leur entorse aux règles régissant les pratiques commerciales liées à ce produit, des mesures, qui peuvent aller jusqu'à la fermeture de leurs locaux et au rayage de leurs noms du Centre national du registre du commerce, seront prises à leur encontre. "Ceux qui considèrent que ce lait à 25 DA n'est plus rentable n'ont qu'à ne plus le commercialiser", a déclaré, hier, le ministre Kamel Rezig en marge d'une rencontre sur les exportations.
Selon lui, le ministère dispose de solutions de rechange et n'écarte pas l'éventualité de permettre aux producteurs de commercialiser eux-mêmes le lait en sachet. Force est de constater que les différents ministres, qui se sont succédé à ce département ministériel durant ces trois dernières décennies, n'ont pu résoudre les nombreux problèmes soulevés par les acteurs de cette filière.
L'Algérie demeure toujours un grand importateur de poudre de lait, avec un volume de 50% de ses besoins importés, pour un montant de près de 1,3 milliard de dollars. Notre pays produit annuellement quelque 3,5 milliards de litres de lait, pour un marché estimé à environ 4,5 milliards de litres, soit un déficit d'un milliard de litres comblé par les importations.
La poudre de lait, importée par l'Office national interprofessionnel du lait (Onil), avoisine les 400 000 tonnes/an. Cette poudre de lait, subventionnée, faut-il le préciser, par l'Etat dans le but de combler le déficit enregistré par la production locale, est destinée principalement aux laiteries pour la production du lait en sachet.
Les quantités de lait cru collectées ont, quant à elles, augmenté de 350 millions de litres en 2009 à 850 millions de litres en 2019. Néanmoins, ces quantités restent en deçà des besoins nationaux en la matière. Tous les observateurs très au fait du secteur s'accordent à dire que seule la production nationale peut réduire les importations de la poudre de lait.
Mais en Algérie, les quantités de lait cru produites chaque année ne peuvent répondre actuellement à la demande nationale. Pis encore, la production locale de lait de vache a régressé de 35% à 25%. Ces 10% de pertes représentent en fait le volume qui n'est pas recensé, puisqu'il alimente d'autres circuits que celui destiné à la production laitière.

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.