"Les choses commencent à s'apaiser"    Tebboune, à coeur ouvert    Le PNC suspend sa grève    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    La LFP maintient à son tour la 20e journée pour aujourd'hui    Ronaldo adoube Mbappé !    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Un 53e vendredi grandiose à Alger    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Irak : le pouvoir déterminé à mater la révolution
Bombes lacrymogènes et tirs à balles réelles contre les manifestants
Publié dans Liberté le 26 - 01 - 2020

Les forces de l'ordre ont fait usage une nouvelle fois de tirs à balles réelles, faisant un mort à Nassiriyah, alors que dans le Sud les bombes lacrymogènes mortelles ont refait leur apparition.
Des milliers d'Irakiens ont investi de nouveau les rues du pays, faisant face à une violente répression menée par les forces de l'ordre, au lendemain d'une semaine meurtrière qui s'est soldée par la mort de dix manifestants au moins. À Nassiriyah, dans le sud du pays, un manifestant a été tué, alors que six autres ont été blessés par balles réelles, selon les médias irakiens.
Dans la capitale, la police antiémeute a fait encore usage de tirs à balles réelles pour tenter de déloger les manifestants fortement mobilisés, quatre mois après le début du mouvement de contestation contre une classe dirigeante qui continue de faire la sourde oreille aux revendications de la rue.
Aux moins une dizaine de blessés ont été recensés, selon des sources médicales, après l'intervention musclée des forces de l'ordre pour disperser un sit-in tenu par les manifestants depuis lundi dernier dans la place Tayaran, au centre de Bagdad. Les médias locaux, citant des témoins, ont rapporté par ailleurs plusieurs cas d'asphyxie au gaz lacrymogène.
Toujours dans la capitale, le pont Al-Ahrar est resté hier partiellement bloqué par une centaine de protestataires qui ont installé des barricades. La veille, des affrontements d'une rare violence ont eu lieu sur place, après la grande manifestation antiaméricaine organisée par les partisans chiites du leader Moqtada Sadr.
Ce dernier a annoncé le jour même qu'il ne soutenait plus le mouvement de contestation. Une prise de position qui, d'après des observateurs, pourra aggraver la crise politique dans un pays déjà laminé par les luttes d'influences étrangères et une grave crise socioéconomique sur fond de violence quasi quotidienne.
Dans la ville portuaire de Bassora, dans le sud de l'Irak, les forces de sécurité ont dispersé, dans l'après-midi d'hier, des protestataires installés dans un campement. Leurs tentes ont été brûlées. Les mêmes scènes se sont déroulées dans les villes de Hilla, Diwaniya, Kut e t Amara, où des affrontements violents ont été rapportés par des médias.
À Nassiriya, dans le Sud, les forces gouvernementales et des groupes armés, identifiés comme étant des milices, s'en sont pris aux manifestants pacifiques qui ont organisé un grand rassemblement pour réclamer, entre autres, le départ de la classe politique au pouvoir et l'organisation d'élections anticipées.
Selon des médias irakiens, les milices ont attaqué les manifestants sur la route internationale à l'ouest de la ville dans le gouvernorat de Dhi Qar avec des balles réelles et des bombes de gaz lacrymogène mortelles interdites et dont l'utilisation, au début de la contestation, a suscité une indignation internationale.
Depuis octobre, plus de 460 personnes ont perdu la vie, la plupart des manifestants, alors qu'un centre de documentation irakien de crime de guerre a révélé récemment que le nombre de manifestants tués avoisine les 670.

Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.