L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mostaganem : Daouadji, Djilali et Amirat retrouvent la liberté
Alors qu'Oussama Tifour a été maintenu en prison
Publié dans Liberté le 28 - 01 - 2020

Plus de trois mois après avoir été interpellés par la police, Brahim Daouadji, Oussama Tifour, Djilali Mohamed et Ayatallah Amirat ont été condamnés hier à trois mois de prison ferme et 50 000 DA d'amende par le tribunal correctionnel de Mostaganem. Trois d'entre eux ont, vers midi, recouvré la liberté alors qu'Oussama Tifour a été gardé en détention en raison d'une affaire de droit commun dont il devra répondre ultérieurement.
Les quatre hommes avaient été jugés le 20 janvier dernier pour outrage et violences à fonctionnaires de l'Etat (art. 144 du code pénal), exposition au regard du public de documents de nature à nuire à l'intérêt national (art. 96), attroupement non armé (art. 100) et atteinte à l'intégrité nationale (art. 79 modifié). Faits qui remontent à octobre dernier à l'occasion d'un rassemblement citoyen contre une visite effectuée par le ministre de la Jeunesse et des Sports de l'époque, Salim Bernaoui. Brahim a été arrêté et jeté dans une cellule avec son fils de trois ans, que son grand-père a récupéré quelques heures plus tard.
Lors du procès, le procureur de la République avait requis 18 mois de prison ferme contre Brahim Daouadji et une année contre ses trois compagnons. À la barre, les prévenus ont rejeté les accusations portées contre eux en expliquant avoir exercé leurs droits de s'exprimer et de manifester comme tous les Algériens qui marchent depuis presque une année pour un changement radical. Les avocats de la défense — tous des bénévoles qui courent les tribunaux d'Algérie pour assister les hirakistes — ont dénoncé l'utilisation de l'appareil judiciaire contre ceux qui osent s'opposer au pouvoir politique et plaidé la relaxe pour les quatre prévenus qui n'avaient commis aucun crime. "En quoi exprimer son opinion peut-il menacer l'intégrité du pays ? En quoi crier ‘makanch intikhabat mâa el-îssabat' (Pas de vote avec la bande) peut-il porter atteinte à l'unité nationale ?", se sont-ils notamment demandé en appelant le tribunal à séparer "le politique du judiciaire" dans le traitement du dossier. Quelques minutes après l'énoncé du verdict, une explosion de joie a retenti à l'extérieur. Elle émanait des hirakistes venus apporter leur soutien aux accusés. Le père de Daouadji, notamment, a exprimé son soulagement de voir son fils retrouver sa liberté et les siens. "Je suis content qu'il soit libéré, mais en colère car il a été incarcéré simplement pour avoir exprimé son opinion", a-t-il déclaré. Au milieu des manifestants qui témoignaient toute leur gratitude aux avocats "Yal mouhamin, bravo âalikoum, El-Djazaïr teftakher bikoum" (Bravo les avocats, l'Algérie est fière de vous), le frère de Brahim Daouadji a demandé de ne pas oublier les "cinq hirakistes qui sont toujours en prison", la vingtaine de manifestants qui sont en liberté en attente d'être jugés le 20 février pour attroupement et, plus généralement, tous les détenus du hirak.
Rappelons que Brahim Daouadji qui avait observé une grève de la faim de 39 jours, avait dû être hospitalisé en raison de la dégradation de son état de santé. À sa sortie de prison, il a été accueilli en héros par de nombreux amis et hirakistes qui l'ont accompagné chez lui sous bonne escorte.

Samir Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.