PLFC 2020: la hausse des prix des carburants réduira leur gaspillage    Le Président Tebboune affirme qu'il "fera face aux lobbies ciblant l'ANP par des campagnes désespérées"    Conseil de la Nation: adoption à l'unanimité du texte de loi de finances complémentaire 2020    Conseil de la nation: la préservation du caractère social de l'Etat dans le PLFC 2020 saluée    Le comité scientifique, seul "habilité à donner le feu vert pour la levée ou pas du confinement"    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Deux terroristes neutralisés en mai dernier    La famille Nezzar poursuivie pour évasion fiscale !    Chemseddine autorisé à revenir sur Ennahar TV    DOCUMENTAIRE DIFFUSEE PAR FRANCE 5 SUR LE HIRAK : Le RND dénonce une campagne tendancieuse    MOSTAGANEM : Le non-port du masque, une infraction pouvant être érigée en délit    LUTTE CONTRE LE COVID19 : La wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    AIN TEMOUCHENT : Deux filles membres d'un réseau de passeurs    LE PRESIDENT TEBBOUNE EN VISITE AU MDN : Le siège de l'état-major baptisé au nom de feu Gaid Salah    Ligue1 algérienne-USM Alger: Zeghdoud évasif sur son avenir    L'envoi de troupes de l'ANP en dehors des frontières ne remet pas en cause la doctrine de non ingérence de l'Algérie    «Tebboune s'est engagé à libérer Tabbou et Benlarbi»    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    L'Amérique brûle    Un webinaire interactif pour la région Mena    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    246 autorisations accordées en 2019    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    EHS Canastel: Vingt-deux enfants atteints du Covid-19 pris en charge    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le directeur du groupe Ennahar incarcéré à la prison de Koléa
Présenté, jeudi soir, devant le tribunal de Bir-Mourad-Raïs
Publié dans Liberté le 15 - 02 - 2020

Poursuivi dans une affaire liée à "l'acquisition d'indus avantages" et à "la détention de comptes bancaires à l'étranger", Anis Rahmani est mis en détention provisoire et écroué dans la nuit de jeudi à vendredi à la prison de Koléa.
Le directeur général du groupe de presse Ennahar, Anis Rahmani, de son vrai nom Mohamed Mokadem, a été mis en détention préventive dans la nuit de jeudi à vendredi par le juge d'instruction près le tribunal de Bir-Mourad-Raïs devant lequel il a été présenté, après une garde à vue chez les gendarmes à Bab J'did, après son arrestation mercredi après-midi devant le siège de son entreprise. Il est incarcéré à la prison de Koléa.
Selon le parquet, cité par l'agence de presse officielle APS, Anis Rahmani est poursuivi dans une affaire liée à "l'acquisition d'indus avantages" et à "la détention de comptes bancaires à l'étranger". Interrogé à la Section de recherche de la Gendarmerie nationale de Bab J'did, il a été présenté, jeudi soir, devant le juge d'instruction du tribunal de Bir-Mourad-Raïs. L'arrivée du fourgon cellulaire devant le tribunal a mobilisé des dizaines de journalistes et de citoyens.
Des vidéos de l'arrivée d'Anis Rahmani, menotté, devant le tribunal, ont largement circulé sur le Net. Le directeur général du groupe Ennahar a été la cible de quolibets de la part de citoyens qui se sont massés devant le tribunal. Jeudi, les médias du groupe Ennahar ont démenti quasiment toutes les informations rapportées par la presse quant à l'affaire Rahmani. Seule, celle relative à son arrestation le mercredi a été confirmée.
Les médias du groupe Ennahar ont estimé que "les accusations évoquées par certains médias sont fausses". Notamment, précisent-ils, celles relatives "au transfert illicite de devises de et vers l'étranger, à l'ouverture de comptes bancaires à l'étranger par une personne ayant essentiellement son activité en Algérie, à la diffamation, au chantage et la pression pour d'indus avantages".
Ennahar estime que "ce sont des allégations", allant jusqu'à menacer "de saisir la justice contre les médias qui répandent ces mensonges". D'autres informations ont révélé que le patron du groupe Ennahar a cumulé quelque 700 plaintes pour diffamation depuis la création de la chaîne Ennahar TV en 2012. Aucune de ces plaintes n'a abouti.
Toutefois, la justice l'avait condamné, tout récemment, dans deux affaires. L'une contre le général à la retraite Hocine Benhadid et l'autre contre Amar Brahmia, chef de délégation des athlètes algériens ayant participé en 2016 aux jeux Olympiques de Rio de Janeiro. Anis Rahmani, considéré comme "le bras médiatique" du régime de Bouteflika, s'est illustré pendant des années par ses attaques et ses cabales contre les opposants à Abdelaziz Bouteflika.
Les médias appartenant au groupe — télévision, journal et sites d'information — ont pris position contre le soulèvement populaire et contre le système en place. Lors de la campagne électorale pour la présidentielle du 12 décembre dernier, le groupe Ennahar a adopté une position franche, dans un premier temps, contre Abdelmadjid Tebboune, et soutenu Azzedine Mihoubi, avant de tenter de se ressaisir vers la fin de la campagne électorale.

Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.